Alexandre Le Beuan

Directeur , Shantitravel

Chroniques de Alexandre Le Beuan

Dernières chroniques de Alexandre Le Beuan

  • Un été au Ladakh

    Chronique de Alexandre Le Beuan
    A l’extrême Nord de l’Inde se trouve une région himalayenne fantastique : le Ladakh. Elle rime avec paradisiaque et ce n’est qu’un faible adjectif pour la définir. Ce lieu enchanteur se situe à environ 3500 m d’altitude, sur le toit du monde.

  • Le Sri Lanka : l’île aux sourires

    Chronique de Alexandre Le Beuan
    Autrefois appelée Ceylan, le Sri Lanka demeure mystérieux pour la plupart des voyageurs qui l’imagine comme une larme tombée de l’Inde dans l’océan indien.

  • Le Bhoutan c’est maintenant

    Chronique de Alexandre Le Beuan
    Ce petit royaume himalayen reste un territoire mystérieux qui attire de plus en plus de voyageurs. L’ouverture du pays aux étrangers est récente et ceux-ci doivent s’acquitter en plus d’un visa, d’une taxe journalière d’environ 250 dollars par jour. Ainsi, le flux de touristes volontairement limité permet la préservation de l’environnement et de la culture propre au Bhoutan. Un voyage au Bhoutan est une chance à saisir une fois dans sa vie !

  • Voyager chez l'habitant au Népal

    Chronique de Alexandre Le Beuan
    Le Népal, grande terre de trekking pour l’imaginaire occidental, est avant tout une terre riche de ses habitants. Des touristes récidivistes à ceux qui ont fait le choix de s’y installer, le discours est le même. Si on voyage au Népal, la première fois pour ses montagnes, c’est pour sa population qu’on y revient.

  • A la découverte de Sumatra

    Chronique de Alexandre Le Beuan
    Lorsque l’on pense à l’Indonésie, on pense avant tout à Bali et Java. Les grands explorateurs penseront peut-être aussi aux Célèbes, à Komodo et Florès voire Bornéo.

  • Voyage au pays des yourtes

    Chronique de Alexandre Le Beuan
    La beauté des espaces infinis, entre steppe et désert, semble être l’ultime quête d’un voyage en Mongolie. Mais l’intérêt principal de ce pays singulier réside dans son peuple nomade, au mode de vie unique au monde. Le plus beau voyage n’est-il pas de comprendre cette tradition ancrée dans le temps, à la fois fragile et résistante ?