En fuite, la famille royale est arrêtée à Varennes

Arrestation du roi à Varennes © Victor Soares - Fotolia.com

Le pouvoir royal semble donner des gages aux révolutionnaires : ainsi le 14 juillet 1790, le roi participe à la fête de la Fédération qui commémore la prise de la Bastille. Mais les apparences sont trompeuses. Louis XVI, qui ne supporte pas la baisse d'influence de l'église catholique et la confiscation des biens du clergé sollicite en secret l'appui des royaumes alliés. Dans la nuit du 20 juin 1791, le roi et sa famille quittent en secret les Tuileries pour rejoindre la frontière rhénane, près du Luxembourg. Le comte de Mirabeau avait conseillé au souverain de tenter un coup de force en rejoignant les troupes de Condé qui n'attendaient que l'ordre d'envahir. Au petit matin, la fuite est découverte et des soldats partent à leur poursuite. Le carrosse royal, qui est arrivé le soir à Sainte-Ménehould en Champagne, a du retard et les partisans censés le protéger ne sont pas arrivés. Selon la légende, un villageois aurait reconnu le visage du roi grâce à un écu. Pourchassé, le cortège sera finalement arrêté à Varennes vers 23 heures. Le 22 juin au matin, le carrosse reprend la route vers Paris accompagné de trois députés. L'arrivée dans la capitale, le 25 juin, se fait d'abord dans un silence de plomb puis la foule redouble d'agressivité.

Suggestions de contenus