La guerre de Vendée

La guerre de Vendée © Victor Soares - Fotolia.com

Si les symboles de la monarchie ont péri, la France traverse toujours une période de troubles. Entre 1793 et 1796, la guerre de Vendée, véritable guerre civile, voit s'affronter les révolutionnaires et les contre-révolutionnaires. Alors que des troupes étrangères menacent toujours la France et forment une coalition, la Convention ordonne la réquisition d'hommes pour organiser la riposte. Le 10 mars 1793, en Vendée des partisans de la monarchie attachés à l'autorité religieuse prennent les armes. La révolte et les combats gagnent toute la région. Le conflit bascule en guerre civile lorsqu'il s'étend à tout le pays. Les Vendéens avec les Chouans, les blancs, affrontent les Républicains, les bleus. Les 16 et 17 juillet 1795, les Vendéens sont défaits et leurs chefs Stofflet et Charrette sont exécutés. Le conflit aurait fait 150 000 victimes dans d'atroces crimes et massacres. Mais depuis le 6 avril 1793, le comite de salut public a été formé par crainte de menace contre la République. C'est la période de la Terreur où vont mourir sous la guillotine tous ceux qui sont jugés anti-révolutionnaires à tort ou à raison.

Suggestions de contenus