Premier jour de la rentrée : les aventures d'Emmanuel Macron à l'école

Premier jour de la rentrée : les aventures d'Emmanuel Macron à l'école RENTREE SCOLAIRE 2017 - Pour son "premier jour de la rentrée", le président Emmanuel Macron a visité des classes de CP dédoublées et des enfants en situation de handicap en Moselle. Les infos clés de la rentrée 2017...

L'ESSENTIEL - En France, la rentrée scolaire a lieu ce lundi 4 septembre 2017 pour environ 12 millions d'élèves de la primaire au lycée, après les vacances scolaires d'été. Parmi les grands changements de la rentrée, qui touchent aussi quelques 800 000 enseignants de l'Hexagone, figurent : le passage de 24 à 12 élèves par classe de CP dans les zones défavorisées REP+ ; le retour possible au rythme scolaire des 4 jours ; l'enseignement facultatif d'une deuxième langue vivante pour les 6e et celui de "langues et cultures européennes" pour les élèves de 5e - 4e - 3e. A noter également, le programme "Devoirs faits" d'aide aux devoirs ou encore des ''évaluations diagnostiques" pour tous les CP et 6e en début d'année, en français et maths. Enfin, une hausse du budget de l'Education nationale est prévue pour 2018, dixit le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer : de 49,3 milliards à 50,5 milliards d'euros.

23:15 - Le logement, principale problématique des jeunes bacheliers

Alors que la rentrée des universités n'a pas encore eu lieu, la rentrée des logements universitaire, elle, a bel et bien commencé. Ouest France a consacré un reportage sur les galères des bacheliers à trouver un logement dans le cadre de leurs études. "Les agences immobilières sont rapidement à court de logements meublés et certains propriétaires n'hésitent pas à programmer six ou sept visites dans une journée, quitte à renvoyer les intéressés avant même qu'ils n'aient eu le temps de mettre un pied dans les lieux", écrit le quotidien. Selon une enquête de la Fage ( Fédération des associations générales étudiantes), 47% du budget des étudiant est consacré au logement. 

21:19 - La moitié des écoles fermées pour grève à Vaulx-en-Velin

Si ce lundi 4 septembre représente le jour J pour plus de 12,4 millions d'écoliers, certains établissements n'ont pas connu une rentrée scolaire comme les autres. Plusieurs grèves et mobilisations ont perturbé le premier jour des classes dans plusieurs écoles françaises, afin de protester contre les effectifs trop importants, les dotations horaires jugées insuffisantes par les professeurs ou encore la fermeture de classe. A Vaulx-en-Velin (Rhône), près de la moitié des écoles étaient fermées en raison de la grève des professeurs. Selon 20 Minutes, sur les trente-deux établissements scolaires de la commune, située en réseau d’éducation prioritaire (REP +), treize n’ont pas ouvert leurs portes.

19:51 - 37% des communes ont fait le choix de retourner à la semaine des 4 jours

La rentrée 2017 a lieu sous le signe de la rupture avec l'ancien gouvernement. La controversée réforme des rythmes scolaires mise en place sous le qunquennat de François Hollande a été modifiée par l'actuel ministre de l'éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Depuis ce lundi 4 septembre, les municipalités peuvent supprimer les cours du mercredi matin et repasser à la semaine des quatre jours. Selon La Croix, 37% des communes ont fait ce choix, en particulier celles situées dans des zones rurales. 

17:57 - Une cellule "aide handicap école" pour la scolarisation des enfants handicapés

Pour l'année scolaire 2017-2018, ce sont 164 000 élèves en situation de handicap qui doivent être accompagnés d'AVS, ou Auxiliaires de vie scolaire. Objectif : un accompagnement renforcé de ce type d'élèves, dont la scolarisation représente une priorité pour ce gouvernement. En parallèle, une celule "aide handicap école" est mise en place en cette rentrée 2017 avec un numéro vert destiné aux familles ayant des difficultés à scolariser un enfant handicapé : 0810 55 55 00 (numéro non surtaxé). Un mail permet également de contacter la cellule : aidehandicapecole@education.gouv.fr. Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a confirmé un nombre de contrats aidés d'AVS augmenté de 80 000 personnes cette année.

17:43 - Pourquoi Emmanuel Macron s'est fait (entre autre) siffler ce matin

Il vous est arrivé aux oreilles que pour sa première rentrée des classes "présidentielle", Emmanuel Macron s'était fait siffler (en plus de se faire applaudir aux cris des "youyous") devant l'école de Forbach, en Moselle, qu'il allait visiter ce lundi matin ? Son arrivée dans le quartier du Wiesberg, relate Francebleu.fr, n'a pas été accueillie qu'avec bienveillance par les élus et nombreux partisans présents. Des Mosellans ont aussi profité du passage du président pour s'indigner des suppressions d'emplois aidés à l'école ou encore l'exploration des gaz de couche, une source d'énergie potentiellement présente dans le sous-sol Mosellan. Des habitants du quartier se sont aussi élevés contre la visite de rentrée massivement médiatisée du président, qu'ils considèrent comme un "coup de comm'"). Enfin, des mineurs de charbon ont souhaité rappeler la nécessité de la sauvegarde de leur régime particulier de sécurité sociale.

17:12 - La réponse de Jean-Michel Blanquer à la baisse du nombre d'emplois aidés

En marge de la visite présidentielle à l'école de Forbach, ce lundi matin de rentrée des classes, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a répondu à des interrogations sur la baisse du nombre d'emplois aidés ayant entraîné un report de la rentrée (voir plus bas dans ce live) dans plusieurs communes de France. "Les inspecteurs d'académie et les préfets travaillent avec les communes, au cas par cas" a-t-il notamment souligné, ajoutant qu'allaient être réglés "les cas problématiques en bonne convergence avec les collectivités". Aux côtés de la secrétaire d'Etat aux personnes handicapées Sophie Cluzel, le ministre a précisé qu'"aucun emploi aidé n'avait été supprimé pour les enfants en situation de handicap".

16:43 - Le message d'Emmanuel Macron aux 12 millions d'élèves français

Pour sa première rentrée des classes en tant que président, Emmanuel Macron aura passé trois heures à l'école Louis-Houpert de Forbach en Moselle (région Grand Est). Dans une des salles de classe de cette école primaire, le chef d'Etat a enregistré un message destiné aux quelque 12 millions d'élèves concernés par cette rentrée scolaire 2017, de la primaire au lycée :

16:12 - Une rentrée scolaire à base de couacs

En France, des dizaines d'enfants ont vu leurs vacances se prolonger à l'heure de la rentrée scolaire. Plusieurs communes ont par exemple protesté contre la suppression généralisée de contrats aidés qu'a annoncée le gouvernement (à Sartilly-Baie-Bocage dans la Manche ; dans trois villages d'Ardèche ou encore dans une grande partie des communes de La Réunion). D'autres villes se sont insurgées contre la réforme des classes de CP, comme à Vaulx-en-Velin, dans le Rhône, où deux tiers des classes de primaire n'ont pas ouvert ce lundi matin, sur fond de grèves. Le syndicat des enseignants du primaire, le SNUipp, a lancé un appel à la grève lundi dans le département, pour dénoncer le manque de moyens alloué à l'organisation de cette réforme et l'abandon ressenti par les classes d'autres niveaux. Enfin, à l'école élémentaire Louis-Le-Châtelier de Caen dans le Calvados, France 3 Normandie fait état d'une opération "cartables dans la cour" en ce premier jour de la rentrée : le chef d'établissement a appelé les 240 élèves environ de l'école à déposer leur sac dans la cour sans entrer en classe, en guise de protestation. Toujours à Caen, dans l'école Eustache-Restout, les parents d'élèves eux-mêmes ont bloqué l'accès aux salles de cours. A l'origine des protestations dans ces deux écoles, la fermeture de classes ne permettant pas d'appliquer les 12 élèves par classe en zone prioritaire.

15:39 - En visite à Forbach pour la rentrée, Macron semble s'être pris au jeu

C'est la tradition : en tant que président, Emmanuel Macron s'est rendu dans une école le jour de la rentrée. A Forbach, en Moselle, dans une école primaire en réseau d'éducation prioritaire renforcée (REP+) n'accueillant qu'une douzaine d'élèves par classe de CP et des élèves en situation de handicap, le chef d'Etat a semblé se prendre au jeu. Aidant une élève à faire un calcul par-ci, chantonnant "Quand on n'a que l'amour" de Jacques Brel en choeur avec les écoliers par-là ou encore, répondant à des questions d'orthographe, il a aussi régulièrement pris un moment pour dialoguer avec les enfants en se mettant à leur hauteur.

15:11 - Le conseil d'un psychologue pour gérer la séparation de la rentrée en maternelle

Selon Stefan Valentin, psychologue interrogé par le magazine Psychologies, "il faut trouver le juste milieu" lors des matins de rentrée, pour surmonter sans encombres le moment des au revoir. "Si l'enfant vous retient, il faut lui expliquer que la maternelle commence". En gros, qu'il est temps pour lui de retrouver sa maîtresse et ses amis en classe, et pour vous d'aller travailler. "C'est au parent de montrer la limite", conseille le praticien. "Un enfant pleure 2-3 minutes, mais dès qu'on lui donne un jouet, il oublie son chagrin." Et d'ajouter, rassurant : "Des personnes sont là pour gérer ces petits aléas, c'est leur métier". Inutile, donc, vous l'aurez compris, de trop prolonger le moment des au revoir le jour de la rentrée.

15:05 - L'interdiction de fumer dans l'enceinte des collèges et lycées reste en vigueur

Face aux inquiétudes de certains sur les attroupements de collégiens ou de lycéens devant les établissements lors des pauses cigarettes, fumer étant interdit entre les murs (mêmes extérieurs) des établissements, le gouvernement tient bon : Matignon a indiqué ce lundi 4 septembre, premier jour de la rentrée des classes 2017, que cette interdiction de fumer reste intégralement d'actualité et ne sera pas assouplie. Les arguments du gouvernement se basent entre autres sur la campagne de lutte contre le tabagisme engagée à l'heure actuelle. Il s'appuient également sur la sécurité renforcée par le plan Vigipirate autour des établissements. Pas de quoi, donc, affaiblir le décret du 15 novembre 2006, celui qui interdit de fumer, même à la récréation, à l'intérieur des établissements.

14:50 - Un maire demande le fonctionnement "normal" et "strictement nécessaire" de son école

Le quotidien régional La Voix du Nord a posté une photo d'un maire, Pascal Mompach à Doignies, qui a fait le service à la cantine de l'école de sa commune ce midi, pour montrer sa désapprobation vis-à-vis de la baisse des contrats aidés amorcée par le gouvernement. Le maire de Doignies s'insurge notamment de l'impossibilité pour lui de renouveler un contrat aidé à la cantine, précisant qu'une seule employée y est désormais chargée de 45 enfants, de la maternelle au CE2 : "Ce n’est pas possible, rien qu’en termes de sécurité" pointe l'élu épaulé par plusieurs autres maires.

14:26 - La polémique de la baisse des emplois aidés à l'école gronde

Le gouvernement veut baisser le volume des emplois aidés en France. Largement utilisés en milieu scolaire pour l'entretien des locaux ou encore l'encadrement des activités périscolaires, les emplois aidés accusent une baisse d'environ 20 000 contrats cette année par rapport à la rentrée 2016, relève Libération. Toujours selon le quotidien, l'Education nationale bénéficie pour autant de la près de la moitié des 110 000 contrats aidés restants en France. Mais dans certaines communes l'impact est grand, et la rentrée retardée d'une semaine, comme le montre cette vidéo :

14:10 - Zoom sur les effectifs réduits de moitié dans les classes de CP "difficiles"

C'est l'une des mesures phares de la rentrée scolaire 2017, première du quinquennat Macron : des effectifs réduits de moitié dans les classes de CP des quartiers défavorisés. Pendant l'été, ce sont les rectorats qui se sont occupés de mettre en oeuvre cette nouvelle répartition, avec une douzaine d'élèves maximum de CP dans les quartiers REP+. D'après le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, 86% des 2 500 classes concernées pourront bénéficier de cette nouvelle mesure. Les 14% restants auront bien un professeur pour une douzaine d'écoliers, mais devront pour l'instant, pour des raisons logistiques, partager leur salle avec d'autres élèves.

14:06 - Selon un sondage, 70% des Français approuvent le dédoublement des classes de CP

D'après une étude de l'institut YouGov pour le HuffPost et CNews, 70% des Français déclarent être d'accord avec le dédoublement des classes de CP dans le réseau d'éducation prioritaire, note RTL ce lundi 4 septembre, premier jour de rentrée des classes pour des millions d'élèves de la primaire au lycée.

Bien des questions émergent au moment où l'on ressort les cartables des placards. Comment les dates de la rentrée pour les élèves et les profs sont-elles déterminées ? Comment s'effectuent les inscriptions à l'école maternelle ou primaire ? Ai-je droit à l'allocation de rentrée scolaire ? Quelles sont les traditions de la rentrée dans les autres pays ? Dans cet article, Linternaute.com vous dit tout ce qu'il faut savoir sur la rentrée scolaire, à partir du sommaire ci-contre.

Lire aussi notre page spéciale APB

Date de la rentrée scolaire

Les dates de la rentrée scolaire comme les dates des vacances sont définies par le ministère de l'Éducation nationale sur une période de trois ans. Pour les élèves du primaire et du secondaire, la rentrée scolaire a lieu tout début septembre, le lundi 4. La majorité des enseignants ont retrouvé, eux, le chemin de l'école plus tôt que les enfants. Quant aux universités et autres établissements supérieurs, ils établissent généralement leur propre calendrier. La reprise des cours se situe la plupart du temps entre la mi-septembre et la mi-octobre dans le supérieur. L’année scolaire 2015-2016 a été marquée par des changements sur les zones de vacances scolaires concernant les écoles, collèges et lycées, pour cause de réforme territoriale. Le ministère de l’Éducation nationale a ainsi décidé d’un calendrier triennal concernant les années scolaires 2015-2016, 2016-2017 et 2017-2018. Parmi les principes retenus pour le choix de date des rentrées scolaires, le premier concerne la rentrée : elle a lieu au plus tôt le 1er septembre, mais peut être repoussée de quelques jours si un week-end se présente immédiatement après cette date.

Rentrée scolaire 2017

La date officielle de la rentrée scolaire 2017-2018 "tombe" le lundi 4 septembre 2017. Cette année, la rentrée 2017 a été repoussée au lundi 4 septembre : cette date permet aux familles et à l’industrie touristique de bénéficier d’un dernier week-end avant la reprise. Sauf pour les enseignants, que la prérentrée oblige à faire leur retour en classe avant les élèves. Cette date de rentrée scolaire 2017 concerne toutes les académies (zone A, zone B et zone C). L'an dernier, la rentrée scolaire avait eu lieu pour les élèves un lundi 5 septembre. 

La rentrée 2017 a été repoussée de quelques jours pour gagner un week-end. © Maria Kraynova_123RF

Allocation de rentrée scolaire (CAF)

À partir du jeudi 18 août et jusqu'à novembre, 2,8 millions de familles ont reçu l'an passé l'allocation annuelle de rentrée scolaire (ARS), selon le ministère des Affaires sociales. Organisé par les caisses d'allocation familiale (CAF), son versement concerne toutes les familles dont au moins l'un des enfants, âgé de 6 à 18 ans, est scolarisé à la rentrée suivante. Et dont les revenus ne dépassent pas un certain montant (voir ci-dessous). Chaque année, trois millions de familles bénéficient de l’allocation de rentrée scolaire (ARS), souvent appelée "prime de rentrée". Créée en 1974 pour aider les foyers à passer ce cap difficile pour les finances personnelles, l'ARS a théoriquement pour objectif d’aider à l’achat de fournitures scolaires ou de vêtements. L'attribution de la prime de rentrée est liée aux revenus des parents. Ils ne doivent pas dépasser, en montant de revenu net imposable, dans le foyer et au titre de l'année 2015, les plafonds suivants :

  • 24 404 euros pour 1 enfant
  • 30 036 euros pour 2 enfants
  • 35 668 euros pour 3 enfants
  • + 5 632 euros par enfant supplémentaire

Une aide dégressive peut être accordée à des familles dont les revenus sont légèrement supérieurs à ces plafonds. Légèrement revalorisée pour la rentrée 2017-2018, l’ARS s’élève à :

  • 364,09 euros pour un enfant de 6 à 10 ans (dans l'année de ses 6 ans ou de ses 10 ans, pour un enfant situé aux extrémités de la tranche d'âge)
  • 384,17 euros pour un enfant de 11 à 14 ans
  • 397,49 euros pour un enfant de 15 à 18 ans

Les montants de l'ARS sont restés stables depuis 2015. En 2012, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault avait revalorisé l’ARS de 25 %. Afin d’obtenir ces aides pour la première fois (premier enfant), il est nécessaire de faire une déclaration de situation et de revenu auprès de votre CAF. Lorsque la famille a déjà bénéficié de l’ARS, la déclaration de revenus annuelle avec enfants à charge suffit pour toucher l’aide. Tout savoir sur l'allocation de rentrée scolaire.

Rentrée scolaire et activités

La première journée de cours de la rentrée scolaire est souvent marquée par peu de cours, justement, avec plutôt des activités en tous genre favorables au premier contact. Mais d'autres activités font couler de l'encre. Il s'agit des "nouvelles activités périscolaires" ou NAP, mises en place à la rentrée 2014, dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires et au sein de la grande majorité des écoles primaires et élémentaires publiques. Lors de la rentrée 2016-2017, la PEEP, fédération des parents d'élèves de l'enseignement public, s'était insurgée par la voix de sa secrétaire générale, Myriam Menez, dénonçant des activités périscolaires estimées de plus en plus souvent payantes, jusqu'à 40 euros la semaine. L'association des maires de France pointait, elle, des dotations de l'Etat en baisse. Le son de cloche était tout autre du côté du comité de suivi des activités périscolaires, dont la présidente, Françoise Moulin-Civil, soulignait que la participation demandée aux familles est davantage d'ordre "symbolique" et que le nombre des communes qui font payer les NAP reste stable depuis 2014. Un décret promulgué fin juin 2017, dans la foulée de l'arrivée d'Emmanuel Macron à la tête du pays, donne théoriquement , aux communes, dès la rentrée 2017, la possibilité d'appliquer ou non la si controversée réforme des rythmes scolaires (semaine de 4 jours, activités périscolaires...). Et ce au moins jusqu'en 2019, où le gouvernement devrait lui-même trancher sur le sujet.

ZOOM SUR LA SEMAINE DE 4 JOURS - L'école de votre / vos enfant(s) fait-elle partie des 31,8% d'écoles qui repasseront aux quatre jours à la rentrée prochaine ? C'est la proportion d'écoles publiques effectuant, à la rentrée scolaire 2017, un retour à ce rythme scolaire d'avant le quinquennat Hollande. Selon les chiffres de l'Education nationale, 36,8% des communes possédant au moins une école publique sont concernées. L'effectif d'élève concerné correspond à un peu plus d'un quart des élèves de l'école primaire (28,7%), et le reste en maternelle, toujours selon les chiffres du Ministère. Grâce au moteur de recherche mis en ligne sur le site du ministère de l'Education nationale, découvrez quel est le rythme prévu dans l'école près de chez vous  à la rentrée prochaine (c'est ici, et cela concerne les écoles publiques).

Rentrée scolaire et inscription

Si la scolarité est obligatoire à l’âge de 6 ans, la plupart des parents choisissent d’inscrire leurs enfants à l’école maternelle. Pour une première inscription dans une école publique, il convient de s’adresser à la mairie de sa commune. Les pièces à apporter sont les suivantes : livret de famille, carte d’identité ou copie d’extrait d’acte de naissance, ainsi qu’un justificatif de domicile et un document attestant que l’enfant a subi les vaccinations obligatoires à son âge. La mairie délivre alors un certificat d’inscription, qui donne l’adresse de l’école où l’enfant sera scolarisé en fonction de la carte scolaire. Il convient ensuite de se rendre à l’établissement scolaire avec les mêmes documents sauf le justificatif de domicile, ainsi que l’attestation de la mairie. Dans la plupart des cas, ces procédures doivent être effectuées au mois de juin précédant la rentrée scolaire.

Coût de la rentrée

Globalement, les achats de rentrée coûtent cette année 192€ pour un élève de 6ème, ce qui équivaut à 1,50€ de plus que l'an dernier. Mais il faudra ajouter à cette facture les vêtements neufs, les manuels scolaires ou encore les assurances, qui font également leur arrivée à cette période, et alourdissent d'autant plus la facture. Par ailleurs, la Confédération syndicale des familles, qui a interrogé plus de 200 familles sur leur budget destiné aux fournitures ou vêtements de la prochaine rentrée scolaire 2017, a estimé que si le coût de cette rentrée va baisser pour les primaires (entre 150 et 200 euros par enfant) et les collégiens (350 euros par enfant), il va augmenter pour les lycéens (450 euros par enfant).

Le coût de la rentrée va au-delà des fournitures scolaires. © 30090861_Jennifer Barrow_123RF

Scolariser un enfant, combien ça coûte à l'Education nationale ?

En France, le coût de l'éducation s'élève chaque année à près de 6,8 % du PIB (144,8 milliards d'euros pour l'année 2013-2014 selon le ministère de l'Education nationale). 73,9 % de ces dépenses sont réparties en "salaires, charges et pension" pour le personnel. La moyenne annuelle de dépense pour la scolarisation par élève au collège est d'environ 8 000 euros, au lycée le coût dépasse les 11 000 euros par an. Pour le premier degré - maternelle et élémentaire - l'Etat dépense 6 200 euros par enfant sur une année. Pour tous les détails concernant les coûts liés à la scolarisation, les budgets de l'Education nationale par région et par type d'établissement, consultez le dernier dossier rédigé par le ministère de l'Education.

Rentrée scolaire en maternelle 

En France, pour être scolarisé en maternelle, un enfant doit avoir atteint l'âge de 3 ans. Toutefois, il peut également être admis à 2 ans s'il a atteint cet âge le jour de la rentrée. Sous deux autres conditions, précise le ministère de l'Education : la limite des places disponibles et la maturité physique et psychologique suffisante. La scolarisation de l'enfant en maternelle peut se faire dans une école publique comme dans une école privée. Elle doit avoir lieu au plus tard en juin de l'année de la rentrée scolaire concernée. Si votre enfant reste dans la même école, l'inscription reste valable jusqu'à la fin de sa maternelle.

En France, des classes spécifiques dédiées aux moins de trois ans s'ouvrent depuis quelques années. © POUZET / SIPA

Rentrée de janvier

La rentrée de janvier 2018 aura lieu lundi 8 janvier prochain. Après les vacances de Noël, la rentrée scolaire de janvier représente un moment clé, située à mi-chemin de l'année scolaire. Si elle est programmée le même jour pour toutes les académies de l'Hexagone, elle ne tombe pas toujours un lundi. Dans l'esprit des élèves, la date de la rentrée de janvier est bien souvent synonyme de retour à la réalité, après le plus souvent, des fêtes et réveillons enchantés en famille. Elle possède donc une tonalité distincte de celle de la "grande" rentrée scolaire du mois de septembre. La reine des rentrées, bien que vectrice de stress, porte en effet  également les promesses d'une nouvelle année scolaire.

Rentrée des classes : son histoire

L'histoire de la rentrée des classes est riche, et la rentrée est loin d'avoir toujours eu lieu à la fin du mois d'août / début septembre. Sa date a d'ailleurs grandement avancé au fil du demi-siècle dernier, pour cause d'exode rural mais aussi pour s'adapter à l'industrie du tourisme. Au XIXe siècle, les écoliers faisaient relâche de fin juillet à fin septembre, une période correspondant à deux rendez-vous de la vie agricole, dans une société alors en majorité rurale : la moisson (récolte des céréales fin juillet / début août) et les vendanges (récolte du raison en septembre). Les vacances scolaires, seuls congés de l'année jusqu'en 1860 hors jours-fériés, représentaient l'occasion pour les parents de mettre à contribution leurs enfants dans les travaux des champs. Le chercheur Daniel Moatti a mis la main sur les dates des congés scolaires fixées par un arrêté du 11 février 1939 :

  • Grandes vacances : du 15 juillet au 30 septembre
  • Toussaint : 1er et 2 novembre
  • Noël : 23 décembre au 2 janvier
  • Mardi gras : lundi, mardi, mercredi et jeudi ou que le mardi suivant
  • Pâques : deux semaines

En 1936, l'apparition des congés payés a boosté le secteur touristique, mais aussi profondément changé les habitudes des Français. Ces derniers ont été nombreux à désirer profiter des chaudes journées du début d'été à la place des premiers frimas de septembre. En parallèle, les stations balnéaires se sont multipliées sur la côte méditerranéenne, et la nécessité de les remplir astucieusement a pesé dans la balance. Cette naissance du "juilletiste" a amené l'Education nationale à ravancer petit à petit la date des vacances et par conséquent celle de la rentrée. C'était dans les années 60. Les congés courraient alors des derniers jours de juin au milieu du mois de septembre, et des dispenses étaient encore octroyées aux élèves réquisitionné par la famille pour les vendange de fin septembre. Cliquez ici pour en savoir plus sur l'histoire des congés payés.

L'organisation de l'année scolaire a considérablement changé au fil du temps. © Richard Villalon - Fotolia

Budget / Gouvernement