APB : ce que la nouvelle "plateforme APB" va changer

APB : ce que la nouvelle "plateforme APB" va changer PLATEFORME APB 2018 - La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a présenté la réforme d'admission post-bac ce jeudi. En voici les axes principaux...

[Mis à jour le 10 novembre 2017 à 17h44] Le projet de loi de la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal cherche à établir un nouveau parcours d'affectation, pour qu'un maximum de bachelier connaisse son début de parcours étudiant avant le bac. En voici les trois axes majeurs, via la mise en place de la nouvelle plateforme APB ou de pré-inscription en première année d'enseignement supérieur, le 15 janvier prochain :

  • Les bacheliers formulent 10 voeux entre le 15 janvier et le 31 mars*
  • Les choix sont ouverts à l'ensemble des filières
  • Les bacheliers reçoivent les réponses avant le bac

"Il n'y aura plus de tirage au sort, les élèves n'auront plus à classer leurs voeux par ordre de préférence et il n'y aura plus de 'tours' pour les réponses à leurs candidatures" a précisé Frédérique Vidal sur le premier axe, celui de la formulation des voeux, qui a angoissé bien des lycéens. Les lycéens restés sans affectation avant le bac continueront le processus de pré-inscription après les résultats de l'examen. Enfin, une commission spéciale doit être créée pour gérer le cas des lycéens sans formation, pilotée par le recteur de chaque académie. Pour ce remaniement en profondeur, le gouvernement a budgété une enveloppe d'un milliard d'euros étalés sur cinq ans.

Le 30 octobre dernier, le gouvernement a annoncé la fin du tirage au sort à l'université, dans le cadre de son plan sur l'entrée à l'université. Autrement dit, un remaniement profond du système APB, alias Admission post-bac. Depuis 2009, le dispositif permet aux futurs étudiants de préciser leur liste de voeux sur une plateforme web. En 2017, des dizaines de licences avaient départagé les candidats par tirage au sort et 3 700 étudiants se sont retrouvés sans affectation fin septembre. D'ici janvier 2018, une nouvelle plateforme doit remplacer celle de l'APB. Des niveaux attendus seront également précisé par filière à l'échelle nationale et en cas de candidats trop nombreux, "la priorité sera donnée" aux jeunes "dont le parcours, la motivation et le projet sont plus cohérents avec la formation choisie". Quant aux autres, il pourra leur être demandé une formation supplémentaire ou leur inscription sera refusée.

Le 31 août dernier, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer avait annoncé le changement de formule de la plate-forme APB. Cet espace en ligne de pré-inscription en première année d'études supérieure a encore fait couler beaucoup d'encre cette année, après neuf ans d'existence mouvementée à l'échelle nationale. Et APB devrait changer de nom en même temps que son nouveau fonctionnement sera lancé, pour la procédure 2018, a précisé le ministère. Début septembre, la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal précisait que la procédure d'affectation sera "modifiée profondément" à la suite des concertations en cours sur les modalités d'entrée dans le supérieur. Le logiciel APB doit donc être réformé en son coeur-même, autrement dit dans la façon dont son algorithme fonctionne. Les arbitrages en la matière doivent être validés fin octobre 2017 par le ministère en s'appuyant sur les conclusions de la concertation sur le contrat de réussite étudiant, ouverte par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation le 17 juillet dernier. Objectif : en finir avec la pratique du tirage au sort.

Elèves de terminale en passe de se lancer dans des études supérieures, bacheliers en réorientation... Depuis fin janvier, environ 800 000 lycéens de Terminale (et leurs parents) sont aux prises avec le parcours APB, un portail accessible via un site du ministère de l'Education. Les critiques persistent sur l'algorithme de répartition APB, jugé opaque et inégalitaire par certains. Mais l'admission post bac (APB), c'est quoi exactement ? Quelles sont les dates à retenir pour effectuer ses démarches en temps et en heure ? Comment s'enchaînent les étapes et de quelles phases précises se compose la procédure ? Quel est l'intérêt de se rendre au salon APB ? Quel est le lien entre APB et Crous ? Comment se connecte-t-on au site de l'APB ? Comment fonctionne la "procédure complémentaire" ? Ou encore que permet de faire l'Onisep ? Les réponses dans notre dossier, via le sommaire ci-contre.

Formations APB

Le portail du site Admission post-bac (APB 2017) permet une pré-inscription à des dates bien précises pour plus de 12 000 formations du supérieur au total, publiques ou privées, dans l'ensemble des académies françaises. "Pour postuler en première année dans ces formations, il faut obligatoirement passer par le site Admission post-bac" rappelle une vidéo sur le site Letudiant.fr, aux futurs bacheliers ou étudiants en réorientation. Les formations présentes sur APB sont listées et vérifiables via l'onglet "Les formations", sur le site admission-postbac.fr, puis en cliquant sur le lien "Rechercher une formation sur la plateforme". Parmi lesdites formations, il y a les universités (dont la formation PACES, première année commune aux études de santé), la majorité des cursus d'ingénieurs, les classes préparatoires aux grands écoles, les DUT, les BTS, les Ecoles d'architecture, une petite dizaine d'écoles supérieures d'art (dont la majorité recrute toutefois hors-APB) et quelques Ecoles de commerce. Toutes les autres formations prennent leurs étudiants en dehors d'APB, soit via un concours commun, soit sur dossier : les Instituts d'étude politique (alias IEP ou Sciences-Po), les Ecoles sociales et paramédicales, ou encore certains cursus universitaires comme les doubles cursus à l'université ou ceux de l'Université Paris-Dauphine.

EN VIDEO - Ingénieur, le secteur qui offre les meilleurs débouchés :

Zoom sur "O21" - Avez-vous entendu parler d'"O21" ? Ce "dispositif plurimédia et intéractif" est en train d'être lancé par le journal "Le Monde", qui l'espère "déclencheur d'envies et de projets". "O21" correspond au diminutif de "s'orienter au 21e siècle". Les lycéens de Terminale peuvent être intéressés par ce projet en lien direct avec la démarche APB. Le slogan ? "Comprendre le monde de demain pour faire des choix aujourd'hui". Plusieurs rendez-vous sont prévus en France, avec 250 intervenants au total. Mais vous pouvez aussi consulter de chez vous les premières publications liées à O21 via via cette page.

L'admission Post Bac

L'Admission post-bac correspond avant tout un portail de pré-inscription national, sur Internet.  Le portail en ligne "Admission Post Bac" (http://www.admission-postbac.fr/) regroupe par conséquent l'ensemble des formations post-baccalauréat afin que chacun puisse trouver sa voie, faire ses choix d'études, directement en ligne. Le site se base sur le respect de plusieurs principes tels que "une information identique" pour tous les futurs étudiants ; "la confidentialité du classement des voeux" ou "l'équité" de leur traitement.  Comme l'explique le ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement et de la Recherche, "chaque première inscription dans un établissement d'enseignement supérieur est subordonnée à une préinscription". L'idée du système "Admission Post Bac (APB)" est donc de simplifier la démarche d'orientation post-bac, en la centralisant dans un "dossier unique".

Le ministère de l'Education nationale cherche ainsi par ce biais à optimiser le système de l'orientation et des inscriptions après le baccalauréat, mais surtout à régler un dysfonctionnement majeur : les demandes des lycéens de terminale se concentrent sur quelques filières sous tension. Quatre en tout sont concernées : droit, Paces (première année commune aux études de santé), psychologie et Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives). Ces quatre voies représentent à elles seules près de 50 % des voeux 1 sur la L1 (licence 1). C'est pour cette raison que depuis 2016, les lycéens ne peuvent se limiter à ces cursus saturés dans leurs voeux. 

Le dossier unique, mis en place en 2009, est en outre devenu un outil majeur pour atteindre l'objectif prioritaire du quinquennat de François Hollande, l'actuel président de la République : "que dans dix ans, 60 % d'une classe d'âge soit diplômée du supérieur". Autrement dit, l'APB doit assurer un accès plus large à l'enseignement supérieur.

Même quand on sait vers quelle filière se tourner, s'inscrire dans le supérieur demeure une démarche complexe étant donnée la multitude des formations proposées. La procédure APB, mise en place il y a quelques années, simplifie la démarche de pré-inscription, en offrant à quelque 800 000 élèves de terminale d'inscrire leurs voeux s'ils désirent entamer des études supérieures. Chacun dispose d'un capital de 24 voeux pour l'entrée à l'université, en prépa, en grande école, en DUT, en BTS, etc...

169 licences sont concernées cette année par le tirage au sort pour valider l'entrée à l'université, d'après les chiffres communiqués au Monde par le ministère de l'Intérieur. C'est une centaine de licences en plus que l'an dernier qui se retrouvent donc obligées de départager des candidats placés dans un même groupe (académie, ordre des voeux) par tirage au sort. A l'origine du phénomène, le nombre plus élevé de candidats enregistré cette année (40 000 de plus qu'en 2016) mais aussi l'entrée dans le circuit "Admission post-bac" des étudiants en réorientation externe.

A l'heure des choix, les candidats sont nombreux à se tourner vers les classements des universités pour se faire une meilleure idée de leur parcours post-bac : quand près d'un jeune sur quatre est au chômage dans l'Hexagone, l'orientation n'a jamais été aussi cruciale. Le site de recherche d'emploi Qapa a même établi classement des métiers et secteurs recrutant le moins. Les dix premiers sont : Opérateur de l'industrie du textile, Documentaliste, Psychologue, Animateur socioculturel, Professeur d'EPS, Journaliste, Hôtesse de l'air / Steward, Architecte BTP, Employé de banque, Hôtesse de caisse.

EN VIDEO - L'APB évolue chaque année, les ajustements qu'elle a connu en 2016 :


NOUVEAUTÉS APB 2017 & 2016 - En 2017, des nouveautés supplémentaires viennent s'ajouter au processus d'Admission post-bac : la procédure complémentaire, sorte de phase de rattrapage de candidature, se clôt quinze jours plus tard qu'en 2016 (le 25 septembre 2017). Côté paperasse, on s'allège puisque les documents demandés pour constituer un dossier par les formations sélectives (Lettre de motivation, bulletin, CV...) le sont sous forme dématérialisée. Des formulaires sont ainsi à compléter en ligne, ou des versions électroniques des documents à fournir. Par ailleurs, les candidatures en apprentissage se font dorénavant via une liste à part et les candidats concernés ont jusqu'au 25 septembre pour dénicher une entreprise prête à leur signer un contrat d'apprentissage.

La procédure APB  était également légèrement différente des précédentes années pour les bacheliers 2016. Les lycéens devaient en effet obligatoirement choisir au moins un cursus non sélectif et non surchargé pour limiter l'engorgement des filières les plus demandées. Par ailleurs, les potentiels bacheliers de 2016 étaient "limités" à 24 vœux (contre 36 en 2015). La modification des voeux restait cependant possible jusqu'au mardi 31 mai 2016 à minuit. Une date clé qui reste identique pour 2017.

Connexion au site APB

L'outil d'orientation APB a pour particularité d'avoir été créé en ligne. Son portail recense plus de 12 000 formations sur l'ensemble des académies (toutes les licences, les DUT, les prépas, les BTS, les écoles d'ingénieur, de commerce, d'art ou d'architecture...). Depuis la session 2012, il compile également plus de 2 000 formations en apprentissage. Entre le 20 janvier et le 20 mars 2016, 761 659 élèves de Terminale ont formulé au moins un voeu sur APB, soit 3 % de plus qu'en 2015. Les candidats ont fait en moyenne 7,1 voeux, contre 6,6 en 2015. Le tout sur le Web via le site admission-postbac.fr ou "portail national de coordination des admissions dans l'enseignement supérieur". Dès l'inscription sur le site, un code vous est fourni pour pouvoir consulter votre dossier numérique tout au long de la période d'admission.

Quatre réponses sont possibles pour les candidats recevant des propositions d'admission du système APB : 

►Un "oui définitif", ayant valeur d'inscription administrative dans l'établissement concerné.

►Un "oui, mais", dans le cas où la formation proposée intéresse le candidat, sans qu'il l'ait placé tout en haut de sa liste de voeux. Le "oui mais" permet de continuer de participer aux phases d'admissions suivantes pour tenter de décrocher mieux. Si tel n'est pas le cas, l'élève est inscrit d'office dans la formation pour laquelle il avait répondu "oui, mais".

►Un "non mais", à valeur de refus de la proposition. Risquée, cette réponse permet d'être sûr de ne pas être inscrit dans la formation qu'on ne souhaite pas et de rester à l'affût d'une formation plus haute dans sa liste de voeux. Mais elle n'est pas une garantie et expose le candidat à la potentialité du "zéro proposition ad hoc" par la suite, donc de se retrouver sans rien à la fin des phases d'admission.

►La réponse "démission", qui revient à renoncer à l'ensemble de ses voeux. "Vous ne souhaitez plus être candidat à aucune formation, vous renoncez à tous les voeux de votre liste", précise le site officiel admission-postbac.fr pour ce cas de figure.

Pour la phase de coordination des voeux, qui s'est achevée le 31 mai, les candidats avaient à placer en premier dans leur liste de voeux leur formation préférée. Mais, rappelle Jactiv ouest France, partenariat entre Létudiant et le quotidien de l'Ouest, il est important de garder en tête qu'une formation, quand elle obtenue via l'APB, annule du même coup la présence dans la liste de toutes les candidatures à d'autres formations venant après, soit moins bien classées. D'où l'importance stratégique de placer dans le haut de son classement les formations les plus difficiles à décrocher. Et, à la fin de sa liste, celles qui sont à la fois les moins désirées et les plus faciles à obtenir.

Les dates de l'APB

"À la rentrée 2016, tous les bacheliers doivent avoir une proposition de formation", résumaient le 8 décembre 2015 Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et Thierry Mandon, secrétaire d'Etat en charge de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Chaque année, plusieurs phases se succèdent, en trois grandes étapes : voeux, phase d'admission et procédure complémentaire.

Le parcours APB a débuté le 20 janvier dernier et durera jusqu'au 25 septembre prochain pour certains. La démarche concerne environ 800 000 lycéens de Terminale et étudiants en réorientation. Plusieurs créneaux de dates sont à connaître : les voeux, jusqu'au 20 mars, sont suivis par trois phases d'admission successives s'achevant le 19 juillet. Puis débute la procédure complémentaire, le 27 juin 2017. Près de 12 000 formations sont concernées (voir un aperçu ici). Voici les dates clés à noter dans votre agenda :

Voeux

  • Du vendredi 20 janvier au lundi 20 mars 2017 à 18h : inscription, saisie des vœux sur le site Internet Admission post-bac (APB 2017)
  • Le dimanche 2 avril 2017 : date limite de confirmation des vœux et d'envoi des dossiers-papier
  • Le mercredi 31 mai 2017 à minuit : date limite de modification de l'ordre des voeux

Phases d'admission

  • Du 8 juin (14h) au 13 juin 2017 (14h) : première phase d'admission (et réponse des candidats)
  • Du 26 juin (14h) au 1er juillet 2017 (14h) : deuxième phase d'admission (et réponse des candidats)
  • Du 14 juillet (14h) au 19 juillet 2017 (14h) : troisième phase d'admission (et réponse des candidats)

Procédure complémentaire

  • Mardi 27 juin 2017 à 14h : ouverture de la procédure complémentaire
    Pour les candidats n'ayant pas reçu de proposition, ou ayant effectué zéro candidature avant le 20 mars
  • 25 septembre à minuit : date limite pour la formulation des voeux en procédure complémentaire

Une fois toutes ces phases de pré-inscription et d'admission remplies, l'inscription administrative peut se faire dans l'établissement du supérieur concerné.

Gestion APB

Préparez les bons documents pour vous inscrire

Vous avez besoin (et c'est valable chaque année) : 

  • De votre numéro d'identifiant national étudiant (INE) ou,  si vous passez votre bac en candidat libre, de son équivalent le numéro "océan". Vous le retrouverez sur vos résultats d'épreuves anticipées du bac.
  • Si vos voeux concernent des filières pour lesquelles la sélection se fait sur dossier, il vous faut vos bulletins scolaires depuis la classe de 1ère. En général, ils sont déjà enregistrés dans votre dossier en ligne. Dans le cas contraire, il vous faudra les recopier à la main.
  • Dans le cas où vous demandez une bourse, vous aurez besoin de la dernière déclaration de revenus de vos parents pour faire la simulation. Important : la demande en tant que telle se fait sur le site du Crous de votre académie.

La gestion des APB suit un processus bien ordonné. Vous vous  inscrivez sur Internet puis, en suivant les consignes détaillées sur cette page, vous vous portez candidat aux formations de votre choix, dans votre ordre de préférence (ordre qui sera modifiable jusqu'au 31 mai). Puis vous suivez les trois étapes suivante :

1- constitution et gestion (envoi, vérification de bonne réception) de vos dossiers-papier de candidature ;

2- consultation des résultats et des réponses sur votre dossier numérique (cf calendrier 2017 ci-dessus) ;

3- inscription administrative à partir du moment où vous avez répondu un "oui définitif" à une proposition d'admission qui vous est faite sur Internet.

Si au terme de la première phase d'admission (début juin) vous n'avez aucune proposition, vous pourrez vous inscrire, à partir de votre dossier numérique, à la procédure complémentaire.

D'après le site officiel de la plateforme, sachez que "lorsque vous choisissez une formation non sélective (1re année de licence), qui n'a pas de problème de capacité d'accueil, en premier vœu, vous avez la garantie d'une proposition d'admission dans cette formation". Pour ce qui est des formations sélectives, "les établissements classent les dossiers reçus en fonction de critères pédagogiques, sans connaître l'ordre de vos préférences." Il est important de garder à l'esprit qu'à chacune des phases de la période d'admission, "vous ne pouvez obtenir qu'une seule proposition d'admission, la meilleure possible, en fonction de l'ordre de préférence indiqué et de votre rang de classement dans les différentes formations que vous avez sollicitées, ceci pour éviter que plusieurs places ne soient bloquées par un candidat aux dépens des autres".

Capture d'écran site officiel de l'admission post-bac. 

Par ailleurs, "lorsqu'une proposition d'admission vous est faite", souligne le site, "les vœux que vous aviez classés après celui pour lequel vous avez une proposition d'admission s'annulent. L'objectif est toujours le même : satisfaire le maximum de candidats". Du coup, il est conseillé aux futurs étudiants de bien placer en premier l'établissement qu'ils visent : "le meilleur des voeux est celui qui reflète vos envies et votre projet professionnel", souligne Thierry Malinge, responsable à la Division des établissements et de la vie universitaire de l'académie de Paris, interrogé par le CIDJ (Le Centre d'Information et de Documentation Jeunesse). Petite astuce : si vous visez en premier lieu une licence très demandée, mettez en premier vœu une formation dans l'université de votre académie. Lorsque les candidats affluent en trop grand nombre, le logiciel APB répartit les candidatures via tirage au sort... et prend en compte l'académie de passage de votre bac. 

Si vous faites partie de ceux dont le premier voeu n'a pas été validé, n'oubliez pas qu'"une autre proposition d'admission pourra, peut-être, vous être faite à la phase suivante pour un vœu mieux placé." D'après le site officiel de la plateforme, "environ 90 % des élèves ont leur affectation définitive dès début juin".  Quel que soit le choix que vous ferez, il importe de "garder l'esprit ouvert", conseille la psychopédagogue Brigitte Prot, interrogée par Le Monde. Par exemple, ne vous découragez pas d'office pour telle ou telle formation sous prétexte qu'on vous dit qu'elle est "bouchée". L'enseignante et formatrice précise que "de nouveaux métiers s'inventent chaque jour" tandis que "d'anciens se renouvellent". Si vous vous sentez pris de court par la rapidité à laquelle le monde du travail change, pas de panique ! L'idée : démarrer par un projet en gardant en tête qu'ensuite, bien des passerelles restent ouvertes.

    Procédure complémentaire APB

    Le terme quelque peu barbare de "procédure complémentaire" se réfère à une deuxième chance d'obtenir une admission post-bac (APB) si vous êtes sans rien au terme de la première phase d'admission (du 8 au 13 juin 2017). "Vous pouvez alors vous inscrire, à partir de votre dossier numérique,  à la 'procédure complémentaire' afin de vous porter candidat sur les places vacantes", explique le site officiel de l'admission post-bac. C'est possible à partir du 27 juin 2017 à 14 heures. Vous pourrez formuler des vœux jusqu'au 25 septembre... à 23h59. Une période rallongée de deux semaines par rapport à l'année dernière.

    Salon APB

    Pourquoi aller au salon APB ? "Pour avoir des éléments supplémentaires", dit Théodore, désormais étudiants en BTS comptabilité gestion, qui a fréquenté un salon APB l'année de son baccalauréat. Le "salon APB" se veut le "premier rendez-vous de l'inscription dans le supérieur" et a lieu en tout début d'année, à La Grande Halle de la Villette en Île-de-France. Chaque année, le deuxième week-end de janvier, ils sont plus de 40 000 élèves de première et terminale à s'y rendre, chiffre livré par admission-postbacidf.fr, le site officiel de l'événement, "pour tout savoir de la procédure APB et en savoir plus sur les formations postbac en Île-de-France".

    Les élèves de première y sont également conviés et le site accueille la quasi totalité des universités d'Ile-de-France et tous leurs IUT, les BTS des 3 académies et plus de 100 écoles mobilisées, ainsi que des conseillers d'orientation-psychologues."J'ai récolté des infos sur les filières auxquelles je n'aurais pas songé" rapporte Eugénie, aujourd'hui en prépa littéraire,  sur la page "Témoignages" du site. "J'ai eu des informations sur les différentes universités (...), des éléments très concrets", raconte aussi Clémence, "les coefficients des matières, l'organisation des emplois du temps et les périodes des concours. J'ai pu échanger avec des étudiants, qui ont déjà vécu ce que vous vous apprêtez à vivre, avoir leurs conseils, leurs retours sur expérience (...) le salon a conforté mon choix".

    Salon

    Annonces Google