Rythmes scolaires : le projet pour la rentrée 2013 dévoilé

C'est le 8 janvier que l'organisation des rythmes scolaires à l'école primaire sera présentée. On sait déjà que le projet de décret réintroduit la semaine des 4 jours et demi dès la rentrée 2013.

Vingt-quatre heures de cours par semaine réparties sur quatre jours et demi pour tous les enfants de l'école primaire, voilà ce qui devrait être annoncé mardi 8 janvier au Conseil supérieur de l'éducation (CSE). Le projet de décret relatif "à l'aménagement du temps scolaire" prévoit en effet, qu'à partir de la rentrée scolaires 2013, les écoliers étudieront le lundi, le mardi, le jeudi, le vendredi et le mercredi matin. Le texte prévoit tout de même une dérogation pour les communes la demandant avant le 1er mars 2013 qui souhaitent que la mesure ne soit appliquée qu'à partir de la rentrée 2014. Une autre dérogation est envisagée pour remplacer le mercredi matin par le samedi matin.

Dans le détail, la durée maximale de la journée de classe ne doit pas excéder 5h30 pour une journée complète et 3h30 pour une demi-journée. Actuellement, les enfants sont en classe 6h par jours. Le texte fixe également la durée minimale de la pause de la mi-journée à 1h30. Par ailleurs, le projet de décret remplace l'"aide personnalisée", consacrée aux élèves en difficulté, par des "activités pédagogiques complémentaires", destinées aux "élèves rencontrant des difficultés dans leur apprentissages".

Pour le gouvernement et Vincent Peillon, le ministre de l'Education nationale, cette réforme permettra de dédensifier l'année scolaire jugée trop chargée. Avec cette demi-journée supplémentaire par semaine, l'année scolaire s'effectuera en 180 jours de classe, contre 144 actuellement.

Pour les opposants à la réforme, notamment les syndicats SNUlpp-FSU, Sud-Education et SE-Unsa, la réforme est "imposée d'en haut". Selon Jérôme Lambert, secréatire de la fédération parisienne du SNUpp-FSU, "cette obsession du retour au quatre jours et demi d'école par semaine occulte d'autres questions : les salaires, les effectifs en classe, les contenus et méthodes d'enseignement, la scolarisation des élèves handicapés". D'après une consultation effectuée par ce syndicat auprès des enseignants, seule la moitié des professeurs du primaire sondés sont favorables à cette réforme, et seulement 35 % d'entre eux jugent la mesure "prioritaire".
EN VIDEO : En décembre, Vincent Peillon dévoilait d'autres mesures à venir, annonçant une stratégie numérique "globale" :

Autour du même sujet