Christine Villemin peut-elle avoir tué son fils ?

Christine Villemin a été blanchie par la justice en 1993. © CHESNOT/SIPA

Non. Suggérée par les avocats de Bernard Laroche et martelée par certains journalistes dont l'influent correspondant local de RTL en charge de l'affaire Grégory, Jean-Michel Bezzina, la thèse de l'infanticide conduit à l'arrestation de Christine Villemin en juillet 1985 sur ordre du juge Lambert. Elle est alimentée par des témoins, prétendant avoir vu la mère poster la lettre de revendication : or, ces personnes se rétractent rapidement. Grâce à des témoignages concordants et à sa présence derrière un car scolaire, il est établi que la mère de l'enfant n'avait pas le temps de tuer l'enfant, le jeter dans la Vologne et de poster la lettre. En 1993, elle bénéficie d'un non-lieu pour "absence totale de charges". Habituellement, un non-lieu est prononcé pour "absence suffisante de preuves".

Suggestions de contenus