Prise d'otages à Colombes : le forcené s'est rendu, les deux otages sains et saufs

Prise d'otages à Colombes : le forcené s'est rendu, les deux otages sains et saufs La prise d'otages qui avait lieu dans les locaux de la Poste à Colombes, dans les Hauts-de-Seine, est terminée. Un forcené retenait 2 otages. Il s'est finalement rendu vers 14h30 sans faire de blessé

[Mis à jour le 16 janvier 2015 à 14h58] La prise d'otages, qui avait commencé à 13 heures ce vendredi 16 janvier à Colombes (nord-ouest de Paris), dans un bureau de la Poste, est terminée. Il n'y aucun blessé, les deux otages ont été libérés. Le forcené s'est rendu. Il n'y a, a priori, aucun lien avec le terrorisme. Le forcené serait un "déséquilibré", selon les autorités, connu comme un délinquant de droit commun. Lorsque la prise d'otages a débuté, un hélicoptère de la Sécurité civile avait été dépêché dans la zone et un périmètre de sécurité important avait été dressé. Il était d'abord question de trois otages, mais ce chiffre a vite été écarté.
Selon l'AFP, qui se base sur des sources policières, le forcené était doté d'une "arme de guerre" et de grenades. Le Raid et la BRI sont ont vite établi une connexion avec lui . D'après des informations du JDD.fr, il aurait réclamé un médecin et tenu des propos incohérents, où il était notamment question d'une déception sentimentale.

Prise d'otages à Colombes : pas de lien avec le terrorisme

Cette prise d'otages intervient un peu plus d'une semaine après la tragédie qui a eu lieu à Charlie Hebdo mercredi 7 janvier et une semaine tout juste après la prise d'otages de la porte de Vincennes. Ces deux attentats terroristes, menés par les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, se sont soldées par un très lourd bilan de 17 victimes et ont mis le pays sous le choc. Dimanche, une grande marche républicaine a réuni des millions de personnes à Paris, mais aussi dans de nombreuses villes de province. Désormais, c'est bien la question de la sécurité qui est posée, en même temps que celle de notre capacité à vivre ensemble au sein de la République.
Une douzaine d'interpellations ont eu lieu en région parisienne ce matin. Hier soir en Belgique, une opération contre une cellule jihadiste qui était prête à passer à l'acte a fait deux morts chez les terroristes. Un coup de filet dans la mouvance islamiste a aussi eu lieu à Berlin.

Article le plus lu - Zemmour : nouvelle polémique sur la guerre d'Algérie ? › Voir les actualités

Annonces Google