DSK : proxénétisme, initiateur de parties fines... Ce dont il est accusé

DSK : proxénétisme, initiateur de parties fines... Ce dont il est accusé Accusé de proxénétisme, Dominique Strauss-Kahn risque des années de prison. De quoi est-il soupçonné au juste ? Que dit le droit en la matière ?

DSK comparaît à partir de ce lundi 2 février dans l'affaire de proxénétisme dite du Carlton de Lille. L'ancien patron du FMI est soupçonné d'avoir été au coeur d'un réseau de prostitution. Le procès qui va déterminer son rôle dans cette affaire devrait durer trois semaines, tant le nombre d'accusés (14), les ramifications et le nombre de procédures engagées sont importants. Reste que tous les regards sont tournés vers l'ancien favori socialiste de la course à la présidentielle 2012. De quoi est exactement accusé Dominique Strauss-Kahn ? La justice le soupçonne de "proxénétisme aggravé en réunion", ce qui l'expose à une peine pouvant aller jusqu'à 10 ans de prison et 1,5 million d'amende.

La notion de proxénétisme a un sens juridique bien précis. Selon Yves Charpenel, haut-magistrat et militant d'une association de lutte contre le proxénétisme interrogé sur LCI (voir vidéo), cela signifie "en droit français aujourd'hui tout ce qui est assistance ou aide à la prostitution d'autrui ou le fait de tirer un profit quelconque de la prostitution d'autrui". Il s'agit d'une infraction poursuivie plus de 400 fois par an, que les juges ont l'habitude de traiter. Le droit insiste bien aujourd'hui sur la nation de "profit" qu'un individu peut tirer de la prostitution, quel qu'il soit. Le fait de commander pour autrui des services de prostitution ou bien de mettre à disposition des appartements pour des "parties fines" avec des prostituées entrent dans ce cadre juridique. Dominique Strauss-Kahn assure quant à lui ne jamais avoir su que les femmes qu'il a fréquentées au Carlton de Lille étaient rémunérées.

Article le plus lu - Ecoutez l'album de Johnny Hallyday › Voir les actualités

Annonces Google