Assècher la Méditerrannée pour agrandir l'Europe

Le détournement des fleuves a provoqué le dessèchement de la Mer d'Aral. Le même scénario aurait-il pu toucher la Méditerranée ? © v_apl - Fotolia

Difficile de voir plus grand ! Le 1er mars 1928, l'architecte allemand Herman Sörgel présenta son projet, nommé Atlantropa. A l'aide d'un barrage large de 35 kilomètres (!) situé au détroit de Gibraltar, on fermerait la Mer Méditerranée, dont on ferait descendre le niveau de 200 mètres. En clair, on rayerait l'Adriatique de la carte et on mettrait Marseille à 30 km du rivage... Bénéfice ? Le barrage produirait assez d'électricité pour toute l'Europe, les terres dégagées seraient fertiles, le pétrole africain serait accessible par route et chemin de fer, le Sahara pourrait être abondamment irrigué, assurant la meilleure entente entre les continents. L'homme promeut son projet aux expositions universelles, dans des dizaines de villes européennes et obtient même l'oreille d'Hitler, qui se montre... pas intéressé. La mort de Sörgel en 1952 laisse sombrer le dessein dans l'oubli.

Suggestions de contenus