Quand Le Corbusier voulait raser Paris

A Firminy, près de Saint-Etienne, Le Corbusier a fait bâtir bâtiments publics et "unités d'habitation". L'utopie aurait pu trouver sa place à Paris © MangAllyPop@ER - Fotolia

Le baron Haussmann s'est peut-être retourné dans sa tombe. En 1922, l'architecte suisse Le Corbusier (1887-1965) présente sa vision radicale et moderniste de Paris. Parrainé par une marque d'automobiles de l'époque, le projet prend le nom de Plan Voisin. La vie est organisée autour d'une large autoroute reliant Vincennes à Levallois-Perret. Les quartiers de Châtelet, Bourse, du Marais et du Sentier, jugés malsains, sont intégralement démolis et cèdent leur place à une cité d'affaire hérissée de 18 tours cruciformes, où travaillent plus de 500 000 personnes. A l'ouest, autour de Saint-Lazare et de l'arc de triomphe, se dressent des immeubles d'habitations, disséminés tous les 500 mètres et entourés de parcs et de parkings, où se distinguent les quelques monuments conservés. Les Champs-Elysées sont transformés en voie piétonne. Une vision qui ne s'est jamais réalisée...

Suggestions de contenus