8 mai : l'imposture de la date de la capitulation allemande en 1945

8 mai : l'imposture de la date de la capitulation allemande en 1945 La date du 8 mai 1945 est considérée comme celle de la capitulation de l'Allemagne nazie, événement qui mit fait à la guerre en Europe. Sauf qu'elle a été artificiellement construite, pour des raisons politiques.

7 mai 1945, 8 mai 1945, 9 mai 1945 ? Ces trois dates se font concurrence pour entrer dans la postérité pour figurer dans les livres d'histoire comme marquant la fin de la Seconde Guerre Mondiale sur le front de l'Ouest. Depuis 70 ans, la capitulation de l'Allemagne nazie est commémorée le 8 mai 1945. Pourtant, ce jour-là, les forces militaires du Troisième Reich avaient déjà déposé les armes et accepté la défaite. Car en réalité, c'est bien le 7 mai 1945 que l'amiral Von Friedeburg et le général Jodl acceptent la capitulation sans conditions. 

Hitler s'étant suicidé le 30 avril, l'amiral Dönitz, son successeur, envoie les deux hommes dans la ville de Reims, où est érigé le quartier général du commandement allié où s'est installé le général Dwight Eisenhower. Les responsables nazis, face à onze officiers alliés, signent dans les bâtiments d'un collège technique la fin de la guerre, en pleine nuit, à 2h41. Sont présents aussi pour signer le document officiel le général soviétique Ivan Sousloparov et le Français François Sevez, chef d'Etat-major du général de Gaulle.

8 mai 1945, sous l'impulsion de Staline

Mais pourquoi célèbre-t-on donc la capitulation du régime nazi le 8 mai ? Si la date du 7 mai n'a pas été retenue, c'est essentiellement pour raison politique, géopolitique même. Staline n'est pas satisfait que la capitulation ait été signée en Europe de l'ouest, sans qu'il ne soit présent. Le leader communiste considère - à raison - que l'action de l'armée soviétique, qui vient d'envahir Berlin, a été prépondérante dans la défaite de l'Allemagne nazie. Il exige donc qu'une autre cérémonie de capitulation soit organisée, dans la capitale du IIIe Reich vaincue. Le général de Gaulle a lui-aussi des raisons d'être gêné par la capitulaition du 7 mai : si la France a signé le document officiel, elle l'a fait en tant que simple témoin et sans marque de déférence, ce qui rend furieux le leader français qui a tout fait depuis des mois pour que la République française réintègre de manière légitime le camp des forces alliés.

Le 8 mai 1945 à Berlin, en fin de soirée, un nouveau document est signé. Charles de Gaulle obtient auprès de Joseph Staline que le gouvernement français soit représenté par le général de Lattre de Tassigny, chef de la première armée française. La France est alors davantage considérée par les forces alliées présentes et apparaît comme faisant partie du camp des vainqueurs. L'acte de capitulation a été signé à 23h01 heure d'Europe centrale, mais à 01h01 heure de Moscou, en raison du décalage horaire. C'est donc le 9 mai que la ratification de la capitulation est enregistrée par le régime soviétique. C'est pour cette raison que la commémoration de la fin de le Seconde Guerre mondiale a lieu le 9 mai en Russie et en Europe de l'ouest depuis 70 ans.

Article le plus lu - Aretha Franklin : les pires hommages › Voir les actualités

Annonces Google