Les Gaulois : histoire et vérité sur nos "ancêtres" Les Gaulois, une invention romaine

Les Gaulois, descendants des Celtes

ce sont les romains qui ont laissé le plus de traces des gaulois.
Ce sont les Romains qui ont laissé le plus de traces des Gaulois. © Erica Guilane-Nachez - Fotolia.com

Aucun témoignage écrit direct des Celtes et des Gaulois n'a été retrouvé. C'est sous la plume des Grecs puis des Romains que la "Gaule" fait son apparition. Ce sont eux en effet qui utilisent les premiers le terme "Gallia" pour désigner un territoire à conquérir, compris entre les Pyrénées, les Alpes et le Rhin. Pourtant, cette entité géographique ne recouvre alors aucune unité politique : ses habitants appartiennent à la grande communauté des Celtes, un peuple originaire d'Europe centrale, étendu sur tout le continent européen, des îles Britanniques au détroit du Bosphore. Sur ce territoire "gaulois" vivent par ailleurs plus de 60 communautés aux mœurs et chefs bien distincts, qui s'affrontent régulièrement.

Il est donc utile de garder à l'esprit que l'essentiel des écrits sur les Gaulois qui nous sont parvenus ont été écrits par ceux qui les ont vaincu. Dans "La Guerre des Gaules" de Jules César, l'un des ouvrages jugés comme références pour retracer l'histoire des Gaulois, l'empereur romain décrit un territoire homogène sur lequel un peuple uni vit selon des règles unifiées. Une vision foncièrement inexacte, qui forgera pendant longtemps dans l'inconscient collectif une représentation faussée de la civilisation gauloise.

Les Gaules

Sur le territoire décrit, les Romains distinguent quatre régions :
- La partie méditerranéenne, dite "la Province",
- L'Aquitaine près des Pyrénées,
- La "Gaule celtique" au centre,
- La "Gaule Belgique" au nord-est.
Mais les Gaulois, eux, n'ont pas la conception d'un pays qui leur est propre, doté de frontières et de capitales. Semi-nomades, leur notion de territoire est avant tout celle d'un espace vital : ils se déplacent en fonction de leurs besoins. Avec le temps, leurs migrations deviennent de moins en moins fréquentes, mais l'habitat reste dispersé, avec de rares villages (les premiers apparaissent au IIe siècle avant J.-C.) et quelques ébauches de fortifications, dit oppidum.

Autour du même sujet

Dernière minute