La grande crue de 1910

La grande crue de 1910 En janvier 1910, la Seine provoquait la pire inondation du XXe siècle en France. De Troyes à Rouen en passant par Paris, retour sur la grande crue de 1910 en 100 images.

Imaginez la scène : une Seine à plus de 8,60 mètres au niveau du pont d'Austerlitz à Paris... Lors de la crue "centennale" de 1910, le fleuve est sorti de son lit et a connu un débordement historique. Paris a eu les pieds dans l'eau de mi-janvier à mi-mars. Cette crue a été causée par des pluies importantes, par le débordement de plusieurs cours d'eau dont l'Yonne, par des sols déjà saturés en eau... Conséquence : la vie s'est fortement ralentie dans la capitale puisque les rues ont été envahies par l'eau, la navigation fluviale a été coupée, le réseau de métro a été inondé, les habitants ont dû s'organiser pour se ravitailler, aller travailler... D'autres villes de la vallée de la Seine ont également été touchées. Revivez cette crue de 1910 historique à travers les photos ci-dessous :

Un plan d'époque de la crue à Paris (en bleu les rues inondées, en blanc les caves). © La Seine en partage

L'après-crue

Le 18 février 1910, alors que l'eau disparaît lentement des rues, le gouvernement forme une Commission des inondations. Celle-ci fera le bilan de la catastrophe  qui a duré plus de 45 jours dans la capitale (3, 80 m le 20 janvier, 8,50 m le 28 janvier, 5,18 m le 14 février, retour à la normale en mars). Elle lancera surtout de grands projets de contrôle des flux en amont pour éviter qu'elle se reproduise. Des travaux, dont la mise en oeuvre sera souvent retardée en raison de la Guerre 1914-1918, sont lancés. De grands lacs sont nés de cette commission pour retenir le débit du fleuve : le lac de Pannecière sur l'Yonne (1949), le lac de la forêt d'Orient (1966), le lac du Der-Chantecoq (1974) et ceux du Temple et d'Amance (1990).

Ces mesure font oublier progressivement le risque d'inondations, pourtant régulières par le passé (1658, 1740, 1802). Mais, selon les experts, comme Pascale Dugat, de l'association La Seine en partage, le risque n'est cependant pas totalement écarté. Le nom même de la crue de 1910, baptisée "crue centennale" (la crue de référence sur un siècle), implique qu'une autre puisse survenir un siècle plus tard. Et elle ferait beaucoup plus de dégâts qu'en 1910, la région étant beaucoup plus urbanisée, peuplée et équipée. 

La Seine en partage

liv
La Seine en partage a publié un livre événement à l'occasion du centenaire en 2010 : "La crue de 1910 au fil de la Seine". © La Seine en partage

La crue de 1910, véritable rébellion de la Seine sur les villes riveraines, a marqué l'histoire du pays. Accompagnée d'une médiatisation sans précédent, elle est arrivée jusqu'à nous sous forme de milliers de photographies et de cartes postales d'époque aussi spectaculaires qu'insolites.

La majorité des images présentées dans ce diaporama sont issues de l'association La Seine en partage. Celle-ci a pour vocation de protéger la Seine et de regrouper des personnes et administrations (conseils régionaux et généraux, communes, office de tourisme...) qui ont comme point commun l'amour du fleuve. En plus d'une base documentaire très riche à destination des ses adhérents, la Seine en partage propose un dossier spécial et une exposition virtuelle consacrés à la crue sur son site.
 

Et aussi sur Linternaute.com
 

crue2
1910-2010 © L'Internaute


La crue de 1910 : avant et après

Du 20 janvier au 15 mars 1910, Paris a les pieds dans l'eau. Les habitants immortalisent l'événement. Linternaute compare ces images d'époques avec des vues du Paris d'aujourd'hui. Etonnant. Voir

Paris / Troyes