Toujours sur Linternaute.com

Suggestions de diaporamas

Ouragan Sandy : le bilan

L'ouragan Sandy a frappé la côte nord-est des Etats-Unis entre le lundi 29 et le mardi 30 octobre 2012. Formé dans l'Atlantique, l'ouragan a d'abord ravagé les caraïbes et notamment Cuba avant de se diriger vers le continent en passant par les Bahamas. Il a touché d'abord l'Etat de New York, puis celui du New Jersey faisant de nombreux dégâts et des dizaines de victimes dans des zones très urbanisées. La ville de New York a été particulièrement meurtrie par l'ouragan qui s'est ensuite tourné vers le Canada et notamment le Québec, où il est arrivé mardi 31 octobre avec une plus faible amplitude.

Dès mercredi 31 octobre, Sandy était considérée par le Centre national des ouragans (NHC) comme un "cyclone post-tropical". Autrement dit l'ouragan était en fin de vie, malgré des vents encore très forts. Quand il a atteint la région des grands lacs, entre les Etats-Unis et le Canada, ses rafales étaient tombées à 70 km/h, contre 150 km/h la veille.

Plus d'une centaine de victimes

La tempête Sandy avait fait 67 morts dans les caraïbes et 55 morts aux Etats-Unis selon un bilan encore provisoire le 31 octobre. Le plus souvent, ces décès étaient dus à des chutes d'arbres selon les agences de presse présentes sur place. A New York même, on dénombrait 18 morts. Un bilan que le maire, Michael Bloomberg, jugeait sans doute en dessous de la réalité. "Tragiquement, nous pensons que ce nombre va monter", a-t-il déclaré.

A New York, dans les zones exposées aux inondations (Manhattan, Brooklyn, Staten Island), 375 000 habitants avaient reçu un appel à évacuer dimanche 28 octobre, mais selon la presse, la plupart d'entre eux a préféré se barricader chez elle.

La catastrophe a aussi fait des victimes en mer. Le trois-mâts HMS Bounty, réplique célèbre de la frégate dont l'équipage s'était mutiné au XVIIIe siècle, a sombré en mer peu avant que l'ouragan ne remonte la côte Atlantique nord. Si 14 membres de l'équipage ont pu être secourus par les garde-côtes américains dans des conditions difficiles, deux n'ont pas pu être sauvées.

Dans un hôpital de New York, 200 patients, dont une vingtaine de bébés, ont dû être évacués. Le groupe électrogène censé l'alimenter après les coupures de courant n'ayant pas résisté à la tempête.


Des dégâts considérables

Outre les victimes humaines, les dégâts de l'ouragan Sandy sont considérables. Plus de 8 millions de foyers ont été privés d'électricité aux Etats-Unis, les coupures durant parfois jusqu'au 1er novembre. Rien qu'à New York, 750 000 personnes ont été privées d'énergie pendant plus de deux jours. A Manhattan, une grue a cédé en partie au sommet d'un immeuble de 90 étages en construction.

Les dégâts sont évalués provisoirement à environ 20 milliards de dollars. S'ils atteignaient effectivement ce montant, la catastrophe serait la plus couteuse de l'histoire des Etats-Unis.


Une ville entièrement bloquée

Que ce soit par précaution ou à cause des dégâts, la ville de New York est devenue en apparence une ville fantôme pendant plusieurs jours. Le métro, qui transporte chaque jour plus de 5 millions de voyageurs, a été totalement fermé. Sept tunnels ont été inondés après le passage de l'ouragan. L'Hudson et l'East river étant toutes les deux sorties de leur lit, les ponts reliant Manhattan au continent, comme le célèbre ont de Brooklyn, ont tous été fermés.

Les aéroports de New York, John F. Kennedy, Newark Liberty Internal et LaGuardia, ont été bloqués jusqu'à mercredi, laissant des milliers de passagers dans l'attente. La bourse de Wall Street a été fermée lundi et mardi, ce qui n'était pas arrivé depuis les attentats du 11-Septembre. Le commerce du pétrole, concentré sur la pointe sud de Manhattan, a lui aussi été totalement stoppé pendant plusieurs jours. Trois centrales nucléaires, Indian Point, Salem et Oyster Creek, ont dû fermer plusieurs réacteurs, la dernière étant totalement arrêtée. A Broadway, les comédies musicales ont toutes été interrompues et n'ont repris que le mercredi 31 octobre. 


Une de "catastrophe majeure"

Barack Obama, qui a dû interrompre sa campagne électorale pour reprendre ses habits de président des Etats-Unis, a décrété l'état de "catastrophe majeure" dans l'État de New York et celui du New Jersey. L'Etat fédéral pourra ainsi financièrement venir en aide aux comtés du Bronx, de Kings, de Nassau, de New York, de Richmond, de Suffolk, et du Queens. L'aide peut aussi bien concerner le logement temporaire des sinistrés que des réparations selon la Maison Blanche.


Et aussi sur L'Internaute

Suggestions de contenus