Sextape de Donald Trump : que contiendrait la vidéo évoquée par BuzzFeed ?

SEXTAPE TRUMP - Selon des documents sujets à caution, une sextape montrerait Donald Trump se livrant à des pratiques sexuelles "déviantes". Et les services secrets russes en seraient en possession.

[Mis à jour le 19 janvier 2017 à 18h12] Une sextape de Donald Trump s'adonnant à des pratiques douteuses dans une chambre d'hôtel de Moscou avec des prostituées est-elle en possession du Kremlin ? Que contiendrait cette prétendue vidéo ? Ce sont les questions qui taraudent les Etats-Unis après que le site BuzzFeed a publié une série de "mémos" qui auraient fuité des services secrets américains. Ces documents, dont le site lui-même admet qu'ils sont sujets à caution, circulaient depuis plusieurs semaines dans l'administration te les médias américains. Aucun titre ne s'était pour l'instant risqué à les dévoiler, les informations n'ayant pas pu être vérifiées.

Preuve que le sujet est sensible, Vladimir Poutine lui-même a défendu le nouveau président américain mardi 17 janvier, lors d'une conférence de presse. Le président russe a qualifié cette "rumeur" de "délire visant à sapant la légitimité du président élu". "Donald Trump n'était qu'un homme d'affaires, une des personnes les plus riches d'Amérique", a-t-il rappelé, ajoutant : "Quelqu'un pense que nos services secrets courent après tous les milliardaires américains ?".

Que contiendrait la sextape de Trump ?

Revendiquant un acte de transparence, BuzzFeed a provoqué un vaste débat aux Etats-Unis et s'est attiré les foudres de Donald Trump lui-même qui a évoqué de fausses informations et comparé le site d'info à une "poubelle". Il faut dire que les mémos, s'ils sont authentiques, ont de quoi ébranler le futur président. Outre plusieurs éléments démontrant une collusion entre Trump, ses proches collaborateurs et la Russie, ils évoquent donc une sextape qui, si elle existe vraiment, se révélerait explosive. On y verrait le président américain élu avec des prostituées. Selon le document que nous avons pu consulter, cette vidéo montrerait "Donald Trump dans des postures décrites assez précisément, dans un hôtel de Moscou, le Ritz, en 2013". Le milliardaire aurait notamment demandé aux prostituées des "golden showers", une pratique sexuelle plutôt considérée comme "déviante" qui consiste à uriner pendant ou en marge de l'acte sexuel. Donald Trump aurait demandé à ses partenaires d'effecteur cette "prestation" dans une suite présidentielle voire sur un lit où le couple Obama aurait pu dormir...

EN VIDEO - Pour se défendre, avec humour, de ces pratiques sexuelles douteuses, Donald Trump a indiqué être "extrêmement germaphobe".

Sextape de Trump : démentis, colère et petite blague

Lors de sa première conférence de presse ce mercredi 11 janvier 2017, Donald Trump s'est défendu en dénonçant des "informations bidons" et un mauvais traitement de la part de la presse. "Ne soyez pas impoli", demandait ainsi le futur président américain à l'encontre des journalistes présents, qui l'interrogeaient sur les prétendues informations compromettantes le concernant. Donald Trump a d'abord réagi avec un ton indigné et avec l'outrance qui le caractérise sur les réseaux sociaux. "Les services de renseignement n'auraient jamais dû permettre cette fausse info d'être dévoilée au public. Un dernier coup porté contre moi. Vivons-nous en Allemagne nazie ?", a-t-il posté sur son compte Twitter.

En conférence de presse, le président élu a indiqué que "toutes ces choses" étaient "inventées par ses adversaires. Il a aussi eu un mot pour les journaux en ligne et les chaîne de télévision qui n'ont pas donné les informations contenues dans le rapport : "Je voudrais remercier beaucoup de médias parce qu'ils ont examiné ces fausses informations. Votre réputation en sort grandie à mes yeux". Et d'ajouter, sur le ton de l'humour, en référence aux rumeurs sur ses pratiques sexuelles impliquant de l'urine : "Je suis germaphobe !" (phobique des microbes).

Article le plus lu : Attentats de Barcelone et Cambrils : ce que l'on sait : voir les actualités

Donald Trump