Khalid Masood : pourquoi les renseignements n'enquêtaient pas sur le terroriste de Londres ?

MASOOD - Le terroriste présumé de l'attentat de Londres a été formellement identifié. Il s'agit de Khalid Masood. Il était connu des services de renseignements.

[Mis à jour le 23 mars 2017 à 20h25] Alors que l'attentat de Londres s'est produit ce mercredi 22 mars dans l'après-midi, le nom de l'auteur des faits est désormais connu. Il s'agit de Khalid Masood. Il utilisait plusieurs pseudonymes différents, "pour le bon déroulement de l'opération" selon lui. Il s'agit donc d'un homme britannique de 52 ans, connu des services de renseignements pour son passé en périphérie de la mouvance islamiste radicale. C'est la police métropolitaine de Londres qui a révélé son identité ce jeudi 23 mars. Il est né le 25 décembre 1964 dans le comté de Kent, dans le sud-est de l'Angleterre, et vivait depuis peu dans les West Midlands, dans le centre du pays. Cette région est connue comme étant l'un fief des islamistes britanniques. Mohamed Abrini, "l'homme au chapeau" des attentats de Bruxelles l'an dernier et suspect-clé des tueries de Paris en novembre 2015, y avait séjourné l'été précédant ces attaques.
La Première ministre britannique Theresa May a révélé qu'il avait, "il y a quelques années (…) fait l'objet d'une enquête du MI5 "en lien avec "l'extrémisme violent" mais que "c'était une figure secondaire", a-t-elle ajouté. "Il n'était pas dans le radar des services de renseignement ces temps-ci".

Khalid Masood avait été inculpé pour possession d'armes

L'homme ne faisait l'objet d'aucune enquête en cours mais avait déjà été inculpé à plusieurs reprises, notamment pour de nombreux délits, dont des agressions (provoquant des blessures graves), possessions d'armes et atteintes à l'ordre public. Il a été condamné pour la première fois en 1983 pour destruction de biens, et la dernière en 2003 pour possession d'une arme blanche. Il était donc bien connu des services de police, mais n'a jamais été condamné pour terrorisme, comme l'a précisé la police métropolitaine dans un communiqué.

En vidéo - Le point sur l'enquête :

Iwona Romek, une voisine de Khalid Masood, a décrit le tueur au Guardian comme un père de famille qui exerçait la profession de jardinier, sa passion. "Il était très calme", raconte-t-elle, encore "choquée". "Il avait une famille très gentille -très réservée. (...) Il avait une femme, une jeune Asiatique, et un petit enfant qui allait à l'école", se rappelle-t-elle. Khalid Masood et sa famille avaient déménagé il y a quelques mois, à Noël, assez soudainement, et sans dire au revoir à personne, précise au quotidien britannique cette ouvrière de 45 ans. Sur la vie de famille de Khalid Masood, les sources se contredisent. Selon Sky News, l'assaillant Khalid Masood était le père de trois enfants. Egalement connu sous le nom de Khalid Chaudry, il travaillait comme professeur d'anglais et s'était converti à l'Islam.

Mercredi 22 mars, Khalid Masood, vêtu de noir et portant une barbe, monte à bord d'un 4x4 louée à Birmingham, selon la BBC, et lance son véhicule sur les passants sur le pont de Westminster qui enjambe la Tamise, menant au Parlement et à Big Ben. Peu après la sortie du pont, l'homme emboutit sa voiture sur le bas-côté, puis en sort et court vers les grilles du Parlement, où la Première ministre Theresa May vient de s'exprimer devant les députés. Il poignarde à mort un policier. La police fait feu au moment où il essaie de s'attaquer à un deuxième policier, il est tué. Il aurait agi seul, selon les derniers éléments de l'enquête.

Scotland Yard a mis un disposition une ligne d'écoute pour toutes les personnes qui auraient des éléments à fournir sur Khalid Masood, au 0 800 789 321. 

Le bilan des victimes de l'attentat de Londres est de trois morts - le policier, une femme ayant une quarantaine d'années et un homme d'une cinquantaine d'années. 29 personnes sont hospitalisées et sept sont dans un état grave. 

Huit personnes ont été arrêtées à la suite de l'attentat, a déclaré Mark Rowley, le chef de l'antiterrorisme britannique. Six perquisitions ont eu lieu dans le pays, notamment à Birmingham, à 150 km de Londres. Les jihadistes de l'Etat islamique (EI) ont revendiqué jeudi 23 mars l'attentat. "L'auteur de l'attaque en face du Parlement britannique à Londres est un soldat de l'EI et l'opération a été menée en réponse à l'appel à frapper les pays de la coalition", a indiqué l'agence de propagande du groupe, Amaq, sur la messagerie Telegram.

Article le plus lu : Incendie dans le Var : les flammes dévorent le cap Bénat : voir les actualités

Londres / Terrorisme