Transgenres : voici pourquoi ces soldats posent problème à Trump

Donald Trump en a décidé ainsi. À coup de tweets, le Président a annoncé mercredi 26 juillet qu'il souhaitait interdire aux personnes transgenres de servir dans l'armée américaine. Pourquoi ? Linternaute fait le point.

[Mis à jour le 27 juillet 2017 à 23h28] Nouveau coup d'éclat pour le président des États-Unis ? Mercredi 26 juillet, Donald Trump a annoncé sur Twitter sa volonté d'interdire aux personnes transgenres de servir dans l'armée. "Après consultation de mes généraux et des experts militaires, soyez avisés que le gouvernement des États-Unis n'acceptera pas ou ne permettra pas aux personnes transgenres de servir dans aucune capacité dans l'armée américaine", a ainsi déclaré le Président. En cause ? "Le fardeau des coûts médicaux" qu'il juge "énormes", mais également "les perturbations que des personnes transgenres dans l'armée entraîneraient". 

VIDEO. Donald Trump interdit l'armée aux transgenres

Pourtant, une étude du centre de réflexion Rand estime la prise en charge médicale de la transition des transgenres entre 2,4 à 8,4 millions de dollars annuels. Cela représenterait en tout et pour tout 0,04% à 0,13% de la couverture santé des soldats actifs. L'étude se base alors sur le budget militaire total de 2016, évalué à 6,2 milliards de dollars. Si l'on prend le plus gros chiffre évoqué, 8,4 millions de dollars, cela reste 10 fois inférieur aux dépenses du Pentagone en matière de médicaments visant à guérir les dysfonctionnements érectiles, comme le rapporte Slate, estimé à 84 millions de dollars annuels. Selon le Military Times, le Pentagone dépenserait en effet près de 41,6 millions de dollars...en Viagra, chaque année.

L'incompréhension est la plus totale du côté des associations. Certaines organisations se préparent d'ores et déjà à saisir la justice. "Nous sommes convaincus qu'une telle réforme serait absolument anticonstitutionnelle. Et elle viole des principes fondamentaux d'équité dans l'armée", a notamment estimé Jon Davidson, directeur juridique de Lambda Legal, interrogé par le Washington Post. Car outre la discrimination criante de l'annonce de Donald Trump, il s'agit là d'un véritable retournement de situation. Barack Obama encore au pouvoir, tout avait été fait pour ouvrir le recrutement militaire américain aux personnes transgenres. Beaucoup avaient donc commencé à dévoiler leur situation, convaincus de ne plus risquer leur place au sein de l'armée. Et si selon les chiffres du Pentagone, entre 2 500 et 7 000 militaires américains sur les 1,3 million en activité seraient transgenres, le groupe de défense Human Rights Campaign estime, lui, à près 15 000 le nombre d'individus concernés.

Article le plus lu : Pas assez de l'ancien Levothyrox pour tous ? : voir les actualités

Donald Trump