VIDEO - Slobodan Praljak : le général croate se suicide en plein procès

VIDEO - Slobodan Praljak : le général croate se suicide en plein procès Condamné par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie à 20 ans de prison, Slobodan Praljak a avalé une fiole de poison lorsque les juges annonçaient le verdict...

[Mis à jour le 29 novembre 2017 à 23h08] "Praljak n'est pas un criminel. Je rejette votre verdict". Après s'être levé et avoir prononcé ces quelques mots, Slobodan Praljak a avalé une fiole contenant du poison, manifestement dans le but de se donner la mort. Il est décédé quelques instants après avoir été conduit dans un hôpital de La Haye. Ce geste, enregistré par les caméras qui filmaient le procès et dont les images sont diffusées par l'AFP, a eu lieu à l'instant où les juges lisaient l'énoncé de sa condamnation à 20 ans de prison. 

Le tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie a depuis ouvert une enquête. Comme le rapporte le journaliste de France 2, Valéry Lerouge, de nombreuses questions sont encore sans réponse. On ignore notamment comment Slobodan Praljak a pu introduire du poison dans la salle d'audience. Le journaliste affirme que selon un avocat qu'il a rencontré, rien ne serait plus simple. Et pour cause, lors des contrôles à l'entrée du tribunal, seul le métal serait détecté. Autre question sans réponse : l'ex-chef de guerre croate a-t-il bénéficié de complicités ? Pour l'heure, une chose est sûre, la publicité engendrée par le suicide de Slobodan Praljak tombe au plus mal pour le TPIY, déjà critiqué à de nombreuses reprises, et pour qui ce jugement devait être le dernier avant qu'il ne ferme définitivement ses portes. 

L'un des responsables actifs des atrocités

Ce mercredi 29 novembre, le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) tenait une audience pour juger en appel six chefs militaires des Croates de Bosnie. Parmi eux, Slobodan Praljak, a été reconnu coupable d'"entreprise criminelle" durant la guerre de Bosnie. Il a notamment été cité comme l'un des responsables de la destruction du pont ottoman de Mostar. Le TPIY a considéré que Slobodan Praljak était bien l'un des responsables actifs des atrocités survenues durant le conflit croato-musulman. Les juges ont pointé le transfert de populations opéré par Slobodan Praljak durant la guerre et le recours au meurtres, viols et destructions massives dans les villes bosniaques. Pour rappel, la guerre en Bosnie a fait plus de 100 000 morts et plus de 2 millions de déplacés entre 1992 et 1995.

Praljak, un héros en Croatie

Slobodan Praljak, ingénieur de formation, est entré dans l'armée durant la guerre. Ses faits d'armes lui ont rapidement permis de devenir l'un des leaders des forces croates.  À 72 ans, il demeurait dans son pays, aux yeux de nombreux Croates, un héros. La présidente, Kolinda Grabar-Kitarovic, a interrompu son voyage en Islande suite à l'incident survenu à La Haye. La semaine dernière, elle lui avait rendu un hommage public, déclarant qu'il incarnait "la vérité" : "La contribution du général Slobodan Praljak a été d'une immense importance à la fois pour la défense de la Croatie et de la Bosnie contre l'agression et pour la survie du peuple croate sur son territoire historique durant la guerre patriotique", avait-elle affirmé.

Autour du même sujet

Annonces Google