"L'Interview qui tue !" : le film finalement diffusé malgré les menaces contre Sony

"L'Interview qui tue !" : le film finalement diffusé malgré les menaces contre Sony La comédie "L'Interview qui tue", pastichant le régime nord-coréen, va finalement être diffusée dans quelques villes aux Etats-Unis. Un volte-face car Sony Pictures, après avoir été victime d'un piratage informatique, avait dans un premier temps décidé de ne pas sortir le film.

Sony Pictures change d'avis. Le studio va finalement autoriser la projection du film "L'Interview qui tue !" dans deux salles américaines, à Dallas et à Atlanta. Une diffusion très modeste, pour le moment, mais qui revêt un caractère symbolique important. Victime d'un piratage informatique, la firme japonaise avait dans un premier temps cédé au chantage des pirates de ne pas diffuser cette comédie, moquant le régime nord-coréen, et dans laquelle son dirigeant, Kim Jong-Un, est assassiné. Une scène intolérable pour les hackers, qui avaient menacé de dévoiler les données confidentielles volées à Sony, mais aussi d'attaquer les salles diffusant le film. Sony avait abdiqué, au grand dam notamment de Barack Obama, qui avait déploré une atteinte à la liberté d'expression. 

"Nous n'avons jamais abandonné l'idée de sortir 'L'Interview qui tue !' et nous sommes heureux que notre film sorte dans quelques cinéma le jour de Noël", a déclaré le patron de Sony Pictures, Michael Lynton. Barack Obama s'est félicité de cette décision. La firme japonaise a également indiqué qu'elle mettrait bientôt le film à disposition en VOD, sans donner davantage de détails. Au cinéma, le film sera diffusé le jour de Noël, comme initialement prévu. Une victoire pour les exploitants de salles américains. 250 d'entre eux avaient signé une pétition, lundi, pour pouvoir projeter le film.

L'origine du piratage n'a pas été clairement identifiée, même si de forts soupçons plantent au-dessus de la Corée du Nord. La dictature a rejeté en bloc cette accusation, émanant notamment des Etats-Unis, assurant qu'elle souhaite mener une enquête conjointe avec l'Oncle Sam pour prouver son innocence.

En vidéo - Sony Picture avait, dans un premier temps, décidé de ne pas sortir le film... Retour sur le début de l'affaire.

Article le plus lu - L'hommage de Trump à Aretha Franklin critiqué › Voir les actualités

Annonces Google