Bernard Tapie : comment va l'homme d'affaires, atteint d'un cancer ?

Bernard Tapie : comment va l'homme d'affaires, atteint d'un cancer ? TAPIE - Peu d'informations ont fuité sur Bernard Tapie depuis que l'on sait que l'homme d'affaires est atteint d'un cancer. Mais deux de ses enfants ainsi que son ami Jacques Séguéla se sont tour à tour exprimés.

[Mis à jour le 14 février 2018 à 18h30] Bernard Tapie, que l'on sait atteint d'un cancer, n'irait pas au mieux. Trois proches de l'ancien président de l'Olympique de Marseille sont intervenus dans les médias ou sur les réseaux sociaux, à commencer par Jacques Séguéla, un ami de Bernard Tapie. Le publicitaire était l'invité de "L'heure des pros" sur CNews ce mardi et avec l'accord du principal intéressé, il a accepté de faire des révélations qui - il faut l'avouer - ne sont pas très rassurantes. Le 10 janvier dernier, l'homme d'affaires s'est vu infligé une "lourde opération" de "11 heures" à l'hôpital Saint-Louis à Paris, qui se serait bien passée.

En revanche, depuis son retour à son domicile, l'état de santé de Bernard Tapie va de mal en pis selon Jacques Séguéla. "Je le trouve très amaigri, il perd 400 grammes par jour. Il a perdu presque 20 kilos... Je le sens défait", explique-t-il. Et d'ajouter : "Il m' annonce qu'on a trouvé des débuts de métastases et qu'il est condamné à une chimio qui n'était pas prévue... C'est la première fois que je le vois atteint". Des nouvelles peu réjouissantes donc, mais Jacques Séguéla a tenu à mettre en avant le côté combatif de son ami. "C'est un fighter, il ne renoncera pas", a-t-il insisté. 

Bernard Tapie : "Je suis à la ramasse"

Les dires de Jacques Séguéla ont vite été corroborés par la fille de Bernard Tapie. La jeune femme de 29 ans a également donné des nouvelles de son père en publiant sur les réseaux sociaux - Twitter et Instagram - une conversation qu'elle a eue avec lui. La comédienne et chanteuse en profite également pour remercier les soutiens que sa famille reçoit depuis quelques temps. "Merci à tous pour votre soutien qui nous réchauffe le cœur dans ces moments difficiles...", a écrit Sophie Tapie sur Instagram.

Peu de temps après cela, c'est son demi-frère qui s'est fendu d'un message sur son compte. Stéphane Tapie a publié une photo de lui et son père, avec un message qui en dit long sur le combat qu'est en train de mener "Nanar". "On lâchera rien", peut-on lire dans la légende de la photo, assortie du hashtag #fuckcancer. Si Bernard Tapie semble donc ne vouloir rien lâcher, il n'avait pas hésité il y a quelques semaines à évoquer la mort, qui visiblement ne l'effraye pas tant que ça. "Quand on a 70 ans et plus, il faut accepter qu'à un moment donné on va aller vers l'épreuve ultime qu'est la mort. Et pour moi, ce n'est pas une catastrophe", confiait Bernard Tapie à Laurent Delahousse sur France 2. 

Parlant de son cancer de l'estomac, il estimait que son sort relevait de l'ordre des choses. "Je n'ai pas envie de partir. Mais il faut avoir la raison de se dire que quand ça tombe sur un petit couple où la femme a 35 ans, 3 enfants et qu'elle se fait un cancer du sein, reconnaissez que c'est un autre truc. Je le prends comme une épreuve supplémentaire qui s'ajoute à celles que je viens de vivre depuis quelques années", disait-il.

La justice s'impatiente toujours

Bernard Tapie avait révélé être atteint du cancer en septembre 2017. Alors qu'il suit un traitement lourd contre cette maladie, l'ancien ministre de 75 ans a été renvoyé en correctionnelle le 20 décembre dernier, dans le cadre de l'affaire de l'arbitrage controversé du Crédit Lyonnais. Il a répondu à plusieurs convocations des juges, mais ne s'est pas rendu à l'audience du 8 janvier 2018, Bernard Tapie ayant invoqué son état de santé. Le Consortium de réalisation (CDR), qui considère que l'ancien ministre doit rendre des comptes dans cette affaire, l'a accusé de mettre en place une "stratégie de retardement" et d'"instrumentaliser sans pudeur" son cancer pour échapper aux échéances de la justice.

Bernard Tapie : retour sur sa vie haute en couleurs

Bernard Tapie est un homme d'affaires français, notamment connu pour les affaires judiciaires auxquelles il a été mêlé. Il tente d'abord de se lancer dans la chanson, mais il y renonce faute de succès. Il se lance ensuite dans la course automobile, mais un grave accident le pousse rapidement à arrêter. Bernard Tapie devient ensuite vendeur de postes de télévision. Il ouvre son magasin qu'il revend et se lance alors dans la création d'entreprises afin d'engendrer des profits. Au milieu des années 1980, Bernard Tapie apparaît à la télévision dans plusieurs programmes politiques et culturels. Faisant grimper à chaque fois le taux d'audience, il devient rapidement un personnage médiatique à part entière. Il présente entre 1986 et 1987 l'émission "Ambitions" dont l'objectif est d'aider une personne à créer son entreprise.

Bernard Tapie décide ensuite de s'engager en politique : il est ainsi député dans les Bouches-du-Rhône de 1989 à 1992 puis de 1993 à 1996. Il est également ministre de la Ville de décembre 1992 à mars 1993. Cependant, l'affaire VA-OM le place sur le devant de la scène médiatique : cette tentative de corruption lui vaut alors une condamnation en appel à 2 ans de prison, dont 8 mois fermes ainsi qu'une inéligibilité de 3 ans, mettant ainsi fin à sa carrière politique. Cependant, la presse continue à parler de lui.

Après la vente d'Adidas en 1993 et à la mise en faillite de son entreprise par le Crédit Lyonnais en 1994, un long procès est en marche. Il obtient finalement réparation en 2008 : il perçoit alors 403 millions d'euros. Cela lui permet notamment en décembre 2012 de devenir actionnaire à 50 % du groupe Hersant Média qui possède le journal "La Provence" grâce à une augmentation de capital de 48 millions d'euros. En décembre 2015, dans l'affaire de l'arbitrage Adidas de 2008, la cour d'appel de Paris l'a condamné à rembourser l'intégralité des sommes perçues, soit 404 millions d'euros, plus les intérêts. Il doit également payer une amende de 300 000 euros pour frais de justice. En revanche, au titre du préjudice moral, la cour d'appel lui octroie un euro symbolique de dommages et intérêts.

Autour du même sujet

Annonces Google