Hollande - Trierweiler : une séparation envisagée, mais encore impossible

François Hollande va-il annoncer sa rupture avec Valérie Trierweiler dans les prochains jours ? Le président pourrait bouleverser une tradition républicaine en supprimant le statut informel de Première dame.

[Mis à jour le 14 janvier à 18h27] A la question "Valérie Trierweiler est-elle encore la Première dame ?" François Hollande, interrogé en conférence de presse ce mardi 14 janvier, n'a pas souhaité répondre. Le chef de l'Etat a affirmé devant les 600 journalistes présents à l'Elysée que "les affaires privées se traitent en privé, dans une intimité respectueuse de chacun, ce n'est donc ni le lieu, ni le moment de le faire".

François Hollande a tout de même reconnu "des moments douloureux" et annoncé qu'il allait "clarifier" sa situation privée avant sa visite officielle aux Etats-Unis, le 11 février. Le président de la République doit faire face aux allégations du magazine Closer sur sa liaison avec Julie Gayet, alors qu'il devait s'exprimer ce mardi devant la presse. L'agenda de François Hollande a ainsi été fortement perturbé d'une manière assez inédite pour un chef d'Etat. Depuis l'intrusion évidente dans sa vie privée de la presse people, de nouvelles questions se posent cependant, et certaines revêtent une dimension politique.

Un communiqué de rupture ?

Quid, d'abord, de l'avenir de Valérie Trierweiler qui bénéficie de moyens de l'Etat en tant que Première dame ? Les rumeurs sur une séparation sont de plus en plus insistantes. Selon les informations du Parisien, François Hollande envisage sérieusement une séparation avec la Première dame. Son entourage lui aurait même suggéré de rédiger un communiqué de rupture pour clarifier le plus rapidement possible sa situation intime. L'hospitalisation de Valérie Treirweiler, dimanche 12 janvier, aurait rendu impossible cette option, pour ne pas donner l'impression que le président accable sa compagne, déjà au plus bas. Selon le quotidien, qui a pu obtenir des informations de l'Elysée, l'entourage du président suspecte une forme de "chantage affectif" de la part de la Première dame, qui semble malgré tout réellement très affectée par cette situation.

En plus de clarifier leur relation en février, François Hollande pourrait aussi surprendre et prendre de la hauteur en annonçant la suppression de la notion même de Première dame. Un statut informel et flou, décrié par certains, d'autant lorsque le président de la République n'est pas marié. François Hollande pourrait ainsi bouleverser une tradition ancrée dans les institutions, en clarifiant, au-delà de sa situation personnelle, la situation du couple présidentiel.

Dans les deux cas, le cabinet de Valérie Trierweiler à l'Elysée serait sans doute dissous, et les services mis à sa disposition réaffectés. Quant à l'avenir de la journaliste de 48 ans, qui pourrait revenir à ses activités initiales, il faudra attendre que celle-ci s'exprime publiquement sur cette affaire.

François Hollande a eu l'occasion lors de sa conférence de presse de démontrer qu'il était capable de faire abstraction de sa vie privée pour se concentrer sur les interrogations légitimes des Français. L'exercice était à cet égard un moyen pour le président de prouver qu'il assume pleinement ses fonctions et qu'il sait faire la part des choses, d'autant que ce grand oral était considéré comme l'un des tournants de son quinquennat. Lutte contre le chômage, pacte de compétitivité, politique étrangère... François Hollande s'est en ce sens montré capable de faire oublier à tous l'affaire Trierweiler-Gayet pendant quelques temps.

EN VIDEO - La vie privée du président a été abordée lors de la conférence de presse. François Hollande a parlé de "moments douloureux" :

François Hollande / Valérie Trierweiler

Dernière minute