Trierweiler en maillot de bain : 2 000 euros de dommages pour la Première dame

Valérie Trierweiler a fait condamner le magazine VSD pour avoir publié une photo d'elle en maillot de bain volée durant les vacances du couple présidentiel au fort de Brégançon.

Le magazine VSD a dévoilé des clichés du couple présidentiel en vacances et a été condamné pour cette exploitation de photos volées. Mais il ne s'agit pas de n'importe quelles images : si la publication de photos de François Hollande et Valérie Trierweiler à la terrasse d'un café ou au marché est généralement tolérée, le cliché volé à la plage ne suit pas les mêmes règles. Valérie Trierweiler n'a ainsi pas apprécié de se voir exposée en deux-pièces noir en une de VSD et la justice lui a donné raison. L'hebdomadaire est condamné à verser 2 000 euros à la Première dame, qui en avait demandé 30 000. L'ordonnance de référé du tribunal de grande instance de Paris précise : "Il n'était pas nécessaire à la légitime information du public de montrer la compagne du président de la République sur la plage du fort de Brégançon contre sa volonté et les clichés ne peuvent être qualifiés d'anodins, notamment en ce qu'ils la représentent en maillot de bain alors qu'elle n'a jamais accepté de poser devant les objectifs dans cette tenue".

"Normaux jusqu'au bout du maillot", c'est le titre, en une, du magazine aujourd'hui condamné. Sur l'image diffusée dans les kiosques, François Hollande apparaît en caleçon bleu aux côtés de sa compagne, également en tenue de bain. Pour l'éditeur de VSD, Philippe Labi, les clichés étaient d'une "grande banalité" : "Ce sont des photos de vacances comme on en a publié du couple Sarkozy ou de Jacques Chirac, également en maillot de bain. On a pris bien soin de prendre des photos respectueuses". Une défense qui n'a pas convaincu la justice.

Valérie Trierweiler a annoncé qu'elle reverserait ces 2 000 euros de dommages à Reporters sans frontières. La Première dame n'a pas porté plainte contre Paris Match, qui a aussi diffusé une photo d'elle en maillot de bain. Selon Le Parisien, un proche de Valérie Trierweiler justifie ce choix : "La différence entre VSD et Paris Match, c'est que les photos étaient en couverture sur VSD alors que c'était en page intérieure dans Paris Match". Notons que Valérie Trierweiler reste journaliste chez Paris Match, titre dans lequel elle publie une chronique littéraire hebdomadaire.

EN VIDEO – L'arrivée du couple Hollande-Trierweiler au fort de  Brégançon pour les vacances d'été.

A lire aussi sur L'Internaute

 

François Hollande / Valérie Trierweiler