Politique
 
Août 2007

Les cent jours du tandem Sarkozy-Fillon

Formé le 18 mai dernier et élargi à l'issue des législatives de juin, le gouvernement Fillon passe cette semaine le cap des 100 jours. L'Internaute revient sur les principales réformes engagées et à venir.

  Envoyer Imprimer  

 
Nicolas Sarkozy et François Fillon. DR.
 

"Mettre en œuvre la rupture", "conduire le changement", "provoquer un choc de confiance"… Les 100 premiers jours du gouvernement Fillon ont été marqués par un fort investissement de Nicolas Sarkozy. Le président de la République et son Premier ministre se sont fixé comme objectif d'entamer un premier "virage" d'ici 2008. Quatre dossiers importants ont déjà été menés à terme par le duo de l'exécutif.


4 réformes en 100 jours

Pour Nicolas Sarkozy, la première de toutes les priorités était claire : "réhabiliter le travail". Dès son arrivée, il a multiplié conférences et réunions avec les partenaires sociaux sur le sujet. Des réunions qui ont abouti, le 1er août, au vote du projet de loi "Tepa" ("Travail, emploi et pouvoir d'achat") présenté par la ministre de l'Economie Christine Lagarde.
(En savoir plus : "Paquet fiscal : ce qui va changer")

Le président de la République l'avait promis pour l'été 2007 : le projet de loi sur la récidive a été adopté le 26 juillet et promulgué le 10 août. Ce premier texte a été renforcé en début de semaine par de nouvelles mesures annoncées par le chef de l'Etat. Après l'enlèvement du jeune Enis, Nicolas Sarkozy souhaite la création d'hôpitaux fermés dédiés aux pédophiles sortant de prison. Le premier sera créé à Lyon en 2009.
(En savoir plus : "La loi sur la récidive en trois points")


La réforme des universités devait, quant à elle, être mise en route avant la fin de l'année. Après un premier texte vivement critiqué de la ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse, Nicolas Sarkozy s'est lui-même investi dans le dossier qui a finalement reçu l'aval du Parlement le 1er août.
(En savoir plus : "Réforme des universités : les points de blocage levés")

Quatrième et dernière réforme achevée dans les 100 premiers jours : le service minimum. Dans un premier temps, le Président avait annoncé sa mise en place dans les transports publics dès le mois de juin, avant d'allonger ce délai. C'est le 2 août que la loi a été validée par les sénateurs et les députés.
(En savoir plus : "Ces professions qui ont déjà leur service minimum")


Avec quelques coups d'éclat comme la stratégie d'ouverture du gouvernement ou la libération des infirmières bulgares, ces quatre premières réformes constituent un "premier succès" politique pour Nicolas Sarkozy. Il est également parvenu à un accord des 27 sur son traité simplifié le 23 juin dernier relancant, de fait, le projet européen. Ce dernier devrait entrer en vigueur en 2009. D'ici là, le tandem Fillon-Sarkozy devra mener à terme d'autres chantiers d'envergure.

 

Une rentrée cruciale

 
En savoir plus
 
 
 

Un texte sur l'immigration est actuellement en préparation. Brice Hortefeux, le ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale, devrait le présenter lors de l'ouverture de la session parlementaire, le 18 septembre. Le texte, qui prévoit un durcissement des conditions du regroupement familial, a pour objectif de rééquilibrer les chiffres entre l'immigration familiale et l'immigration de travail.

Très commenté lui aussi, le Grenelle de l'environnement est actuellement en préparation. Depuis la mi-juillet, 6 groupes de travail composés d'experts et de membres d'ONG réfléchissent à son organisation, prévue à l'automne. Le ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables Jean Louis Borloo et ses deux secrétaires d'Etat, Dominique Bussereau (Transports) et Nathalie Kosciusko-Morizet (Ecologie), en attendent 15 à 20 mesures concrètes pour construire une "démocratie écologique".

Le 1er novembre, ce sera au tour du Comité de réflexion sur les institutions de présenter ses conclusions. La réforme des institutions présentée par Edouard Balladur, Jack Lang et les autres "sages" devrait, selon les souhaits de Nicolas Sarkozy, permettre au Président de s'exprimer devant le Parlement, de s'interroger sur le poste de Premier ministre, de définir un statut de l'opposition, d'introduire une dose de proportionnelle aux législatives et de limiter le cumul des mandats.
(En savoir plus : "Jack Lang a dit oui, mais à quoi ?")


2008, année charnière
D'ici 2008, un texte sur la "modernisation du marché du travail et la sécurisation des parcours professionnels" pourrait aussi voir le jour. Depuis juin, les partenaires sociaux ont formé un groupe de réflexion sur le sujet. Le but : aboutir à une réforme du contrat de travail donnant plus de souplesse aux entreprises (contrat de travail unique ?) et permettre, à terme, la fusion de l'ANPE et de l'Unedic.

Le dernier chantier annoncé par Nicolas Sarkozy est l'instauration d'une franchise médicale et le renforcement du plan Alzheimer. Le candidat Sarkozy prévoyait l'augmentation du budget de ce plan qui passerait de 200 millions à 1,5 milliard d'euros. Pour financer ce projet, le chef de l'Etat a évoqué, lors d'un déplacement à Dax, la création d'une franchise sur les soins payée par chaque famille et non remboursée.

En 2008, Nicolas Sarkozy promet également de s'attaquer aux régimes spéciaux de retraites. Mais d'ici là, son gouvernement devrait avoir franchi un nouveau cap.


Chaine Actualité Envoyer Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité

Sondage

Avez-vous effectué vos achats de Noël ?

Tous les sondages

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Toutes nos newsletters