DSK : dix ans de rumeurs Novembre 2008 : Les femmes politiques

Procès Strauss-Kahn : toutes les infos 

 

Le Temps, le 7 novembre 2008

 

Tandis que la presse française reste relativement timide dans le traitement de la vie privée de DSK, d'autres journaux à l'étranger n'hésitent pas à ouvrir la boîte de Pandore en 2008. Le quotidien Suisse Le Temps, sous la plume de Sylvain Besson, dévoile en novembre de nouveaux témoignages de ses anciennes collaboratrices :

 

"Elle a pris la poudre d'escampette avant que les choses ne dégénèrent."

«  Ainsi, l'avocat parisien Emmanuel Pierrat explique avoir été approché par une femme gravitant dans le milieu politique, qui avait répondu à une 'annonce censée améliorer sa situation professionnelle'. Confrontée à des avances pressantes du politicien, elle a 'pris la poudre d'escampette avant que les choses ne dégénèrent', affirme l'avocat.

 

"Je me suis arrangée pour ne pas me retrouver seule avec lui dans un endroit fermé."

Aurélie Filippetti, aujourd'hui porte-parole du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, a gardé un mauvais souvenir d'une tentative de drague 'très lourde, très appuyée' de son camarade de parti. Depuis, 'je me suis arrangée pour ne pas me retrouver seule avec lui dans un endroit fermé', explique-t-elle. D'autres témoignages décrivent ­toujours le même comportement : une ­sollicitation immédiate, insistante et directe, suivie de coups de téléphone et d'envois de SMS qui peuvent durer des jours. Mais les médias français observent un silence presque absolu sur ces pratiques. »

 

Aurélie Filippetti n'a jamais évoqué le cas de Dominique Strauss-Kahn depuis en France. Elle faisait, dit-on, partie des "pro-DSK" en vue de la présidentielle de 2012. 

Présidentielles / Dominique Strauss-Kahn