Le "prêtre" de la consommation

Alessandro Di Guiseppe, de l'Eglise de la Très Sainte Consommation. © amentonpeze.org

"Travaille, obéïs, consomme". Parmi les candidats loufoques à la présidentielle (ils sont nombreux), certains ont poussé la mise en scène très loin, comme Alessandro Di Guiseppe, à Lille. Cet artiste, classé "extrême gauche" par le ministère de l'Intérieur, se dit "père" de l'Eglise de la Très Sainte Consommation. Dans les rues lilloises, son personnage en soutane, glorifiant les marques, la malbouffe et le luxe, est désormais reconnu. Derrière le gag, c'est bien une critique de la société de consommation qui se profile, mais toujours avec humour, comme en témoigne son site : amentonpeze.org.

Suggestions de contenus