Christiane Taubira invitée de #DirectPolitique

Christiane Taubira invitée de #DirectPolitique En pleine préparation d'une réforme pénale et d'une révision de la prévention de la récidive, censées mettre fin au "tout carcéral", la ministre de la Justice était l'invitée de Linternaute.com et Ouest-France.fr.

Dès son arrivée au ministère de la Justice en mai dernier, Christiane Taubira tranchait avec la politique carcérale de la précédente majorité, estimant que "l'incarcération crée plus de récidive" et qu'il fallait "rompre avec le tout carcéral". Une logique de la sanction, notamment pour les petits délits, à l'exacte opposée de celle de Nicolas Sarkozy qui n'a pas manqué de susciter des débats sur "l'angélisme" supposé du gouvernement.

Circulaire visant à limiter la prison ferme pour les courtes peines, conférence de consensus sur la prévention de la récidive, choix budgétaires écartant de fait la création massive de nouvelles places de prison... Le virage dans la politique pénitentiaire semble déjà amorcé. Va-t-il se confirmer dans la loi ? Quelle politique adopter pour lutter efficacement contre la délinquance et la récidive ? L'objectif de 80 000 places de prisons prévues en 2017 (au lieu de 63 500 aujourd'hui) est-il abandonné ?

Au lendemain du premier mariage pour tous et au moment d'ouvrir une nouvelle page de sa feuille de route, la ministre de la Justice sera l'invitée de #DirectPolitique sur Linternaute.com et Ouest-France le 3 juin à 16 heures. Elle répondra aux questions des internautes et des rédactions en direct.

Posez votre question :

christiane taubira 2
Christiane Taubira, ministre de la Justice, Garde des Sceaux. © Philippe Grangeaud

Christiane Taubira est née le 2 février 1952 à Cayenne. Issue d'une famille de six enfants, elle a été élevée par sa mère, aide-soignante. Elle étudie l'économie et l'agro-alimentaire à Paris et Bordeaux avant de devenir professeur de sciences économiques en 1978. Elle cofonde la Confédération caraïbe de la coopération agricole, qu'elle dirige de 1982 à 1985. Elle rejoint également l'Office de coopération et de commerce extérieur de la Guyane. En 1993, elle fonde Walwari, parti politique guyanais basé sur des idées socialistes et est élue députée de la 1ère circonscription de la Guyane.

Christiane Taubira rejoint le groupe République et liberté, puis Énergie radicale (qui deviendra le Parti radical de gauche) et est élue députée lors des élections européennes de 1994. Elle gardera son siège jusqu'en 1999. Apparentée au Parti socialiste de 1997 à 2001, Christiane Taubira est choisie pour représenter le Parti radical de gauche à l'élection présidentielle de 2002. Elle obtiendra 2,32 % des voix au premier tour. En 2004, elle se présente aux élections européennes, en tête de la liste "Europe fraternelle" et obtiendra 1,54 % des voix.

Lors de l'élection présidentielle de 2007, le PRG ne présentera aucun candidat, préférant une alliance avec le Parti socialiste. Christiane Taubira soutient donc la candidature de Ségolène Royal en tant que "déléguée à l'expression républicaine". Réélue députée de Guyane en 2007, elle participe aux élections régionales en 2010, mais échoue face à Rodolphe Alexandre. La même année, elle choisit de soutenir Arnaud Montebourg, candidat aux primaires socialistes pour l'élection présidentielle de 2012. Ralliée, comme lui à François Hollande après la primaire, elle intègre le gouvernement en mai 2012 au ministère de la Justice. Christiane Taubira a porté devant le parlement le projet de loi sur le mariage pour tous, promulguée le 17 mai par le Président de la République.

(Photo Mathieu Delmestre)


Deux à trois fois par mois, Linternaute.com, 1er site d'actualités de France, et Ouest-France, 1er quotidien français, reçoivent une personnalité du monde politique pour un entretien de 40 minutes avec les journalistes des rédactions et les internautes.

Article le plus lu - Audition de Benalla : les sénateurs très agacés › Voir les actualités

Annonces Google