Enterré trop vite ?

Concurrencé par le clan Balkany dans les Hauts-de-Seine, on le disait mort et enterré avant les cantonales de 2011. Patrick Devedjian s'en est malgré tout sorti haut la main. Et le président du conseil général ne s'est pas privé pour lâcher une petite phrase : "Il y avait tellement de gens à mon enterrement que j'ai décidé de ne pas m'y rendre". Mortel...
©  Cécile Debise/Photomontage: L'Internaute

Suggestions de contenus