Sarkozy et "l'affaire des rumeurs"

Nicolas Sarkozy et Carla Bruni © Official White House photo by Pet Souza

Il y avait eu un précédent avec Laurence Ferrari, mais aussi la journaliste Anne Fulda. Mais ces fausses rumeurs de liaisons de Nicolas Sarkozy, consécutives au divorce de Cécilia, n'étaient rien à côte de "l'affaire" de 2010. Après les régionales, des rumeurs de relations extraconjugales dans le couple Sarkozy explosent au grand jour. Après que la presse anglaise a évoqué une liaison du président avec sa secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno, c'est à Carla Bruni, Première dame depuis février 2008, qu'on attribue des "infidélités".
C'est un employé de Lagardère qui, "pour réaliser de l'audience", révèle l'affaire fin mars sur un blog hébergé sur le site du JDD. L'Elysée réagit par la voix notamment de Pierre Charon qui évoque la possibilité d'un complot "financier" et "international" pour déstabiliser le président. En "off", il aurait même tenté de faire porter le chapeau à... Rachida Dati, l'ancienne garde des Sceaux évincée en 2009. Devant le tollé, Carla Bruni-Sarkozy monte au créneau. Mais le mal est fait : pendant plusieurs jours, la presse se régale des rumeurs qui alimentent d'autres rumeurs...

Suggestions de contenus