Premières dames : à chacune son style Bernadette Chirac, la politicienne

De Science Po à l'Elysée, Bernadette Chirac a toujours collaboré à la réussite de son mari. Loin d'être une femme de l'ombre, la cinquième Première dame a souvent volé la vedette au Président.


bernadette chirac en 2010.
Bernadette Chirac en 2010. © Commission européenne

Couple d'étudiants

Sur les bancs de Sciences Po, Jacques Chirac remarque une jeune femme "plutôt culottée" qui n'hésite pas à prendre la parole dès le premier jour des cours. Quant à Bernadette Chodron de Courcelles, elle trouve au premier abord ce jeune homme beaucoup trop séducteur et entreprenant lorsqu'il lui propose de faire partie de son groupe de travail. Les deux étudiants finissent par se rapprocher et se fiancer. Le mariage a lieu en mars 1956.

Leur couple est une association. Lui veut aller loin, devenir énarque et faire de la politique. Elle fait tout pour qu'il y parvienne, jusqu'à prendre des cours de dactylo pour taper ses fiches de révision avant le concours de l'ENA. Leur entreprise est une réussite. En 1962, Jacques Chirac fait son entrée en politique : Georges Pompidou, alors Premier ministre, lui obtient un poste de chargé de mission au sein de son cabinet. Mais le jeune énarque est attiré par le suffrage universel, la campagne, la politique-action. Pompidou l'envoie donc se présenter à la députation en Corrèze. Dans un premier temps, Bernadette refuse de s'impliquer. Puis finalement, en 1971, elle se laisse gagner par le virus de la politique et se présente aux élections municipales à Sarran, en Corrèze, où elle est élue conseillère générale en 1979.

Parallèlement, Bernadette Chirac seconde toujours son mari qui, entre temps, est devenu Premier ministre de 1974 à 1976, président du RPR et maire de Paris en 1976. Jacques Chirac est resté un grand séducteur : il aurait même failli divorcer pour vivre avec une journaliste. Mais Bernadette Chirac a su alors le convaincre de rester : "Souvenez-vous : le jour où Napoléon a abandonné Joséphine, il a tout perdu". Enfin, après deux échecs aux présidentielles de 1981 et 1988, Jacques Chirac est finalement élu président de la République en 1995. L'éternel couple d'étudiants de Sciences Po, comme ils aiment se présenter, quittent l'Hôtel de Ville pour le 55 rue du Faubourg-Saint-honoré.

 

Une Première dame de terrain

Après avoir régenté seule les appartements de la mairie de Paris, Bernadette Chirac souffre que l'intendance de l'Elysée lui vole son rôle de maîtresse de maison. Elle se plaint aussi du manque de considération que lui portent les hauts fonctionnaires qui l'entourent : elle aussi est une femme politique et entend bien le rester. Première Première dame à avoir un mandat local, Bernadette Chirac fait campagne en 1998 et en 2004 et conserve à chaque fois son mandat de conseillère générale.

 

"Souvenez-vous : le jour où Napoléon a abandonné Joséphine, il a tout perdu"

Sa légitimité, elle l'obtient donc sur le terrain, grâce également à son engagement associatif. Si la Première dame fait l'objet de moqueries au sujet de son style un peu "vieille France", de son éternel sac-à-main ou de sa coiffure, son action en faveur des enfants hospitalisés, les fameuses Pièces jaunes, force le respect de tous. Et du Président en premier lieu. Ce dernier s'étonne aussi du flair politique de son épouse. Tous les ans, Bernadette Chirac effectue de petits voyages en province. Au contact de la "France d'en bas", la Première dame prend le pouls de l'opinion française. C'est ainsi qu'à la veille du 21 avril 2002, elle est la seule à avertir le Président de la probable présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle. Enfin, pendant un second mandat difficile marqué par l'échec du référendum sur le traité constitutionnel européen en 2005, la crise du CPE en 2006, l'affaire Clearstream et les rivalités au sein de son propre camp, Jacques Chirac a toujours pu compter sur la première dame, sa collaboratrice la plus fidèle.

En mai 2007, l'heure de la retraite a sonné pour Jacques Chirac, qui se retire de la vie politique après son dernier mandat. Mais Bernadette Chirac reste active : durant la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, l'ancienne première dame soutient le président sortant.