Anne Hidalgo "On craint toujours la contagion quand on est politique"

Mouvement hétéroclite, les Bonnets rouges semblent poreux aux idées et aux militants d'extrême droite. Y a-t-il un risque de contagion voire de récupération ?

 Voir aussi : "A l'intérieur de la Bretagne, les votes FN se sont multipliés"

Les phrases clés

"Il y a eu quelques jonction dès le départ entre un mouvement de difficultés socio-économiques, et quelques mouvements très nationalistes, qui sont, je le rappelle, très minoritaires en Bretagne"

"Rejoints par le GUD qui venait du 7e arrondissement et qui ne venait pas de Bretagne"

"Il y a eu une difficulté avec le maire de Carhaix Christian Troadec qui a créé un mouvement breton qu'il a voulu démocratique, mais très lié à la Bretagne de la langue, de la culture mais de l'économie... Tout ça est trop complexe"

"On craint toujours la contagion quand on est politique"

"Cette contagion a été identifiée ce week-end. Avec le mariage pour tous sur un périphérique ou avec l'extrême droite"

"On a identifié ce week-end ceux qui surfent sur cette vague là"

"Il y a quelques mouvements, des mouvements d'extrême droite"

"Il y a un vrai danger"