Participation, abstention, suffrage exprimé : des définitions clés

Le 2e tour des législatives livrera son verdict ce soir. Mais de quoi parle-t-on au juste ? Définitions du nombre de voix, des suffrages exprimés, du nombre d'inscrits, ou des concepts de participation et d'abstention avant l'heure H...

[Mis à jour le 18 juin 2017 à 09h36] Que signifient exactement les concepts d'abstention, de participation, de vote blanc ou de vote nul ? Quelle est la signification des "suffrages exprimés" qui en découle ? Alors que les élections législatives 2017 vivent leur 2e tour, ultime acte de plus d'un mois d'élection avec à la clé un changement profond du paysage politique, il est plus que jamais important d'avoir à l'esprit quelques définitions clés. Car obtenir une large majorité des votes exprimés avec une participation faible, donc une abstention, mais aussi des votes blanc ou encore des votes nuls en nombres élevés peut relativiser radicalement le résultat de ces législatives. Voici quelques définitions simples des concepts qu'il faudra garder à l'esprit ce soir, vers 20 heures, quand le nouvel hémicycle de l'Assemblée va s'afficher sur les écrans de télévision.

Abstention

Le taux d'abstention représente la proportion de citoyens inscrits sur les listes électorales qui ne se sont pas déplacés dans les bureaux de vote (et qui n'ont pas fait de procuration). Si, lors d'une élection, le taux d'abstention est à 30%, cela signifie que 3 électeurs sur 10 n'ont pas pris soin de voter. Qui sont les abstentionnistes ? Des citoyens absents qui n'ont pas eu le temps de faire une procuration, des personnes qui se désintéressent de la politique ou qui refusent de cautionner le système politique, des indécis qui, à défaut de savoir pour qui voter, ne se déplacent pas... Lors du premier tour de la présidentielle, ils étaient 10 577 572, soit 22,23% des inscrit, lors du second tour, ils passaient à 12 101 366, soit 25,44% des inscrits. Dimanche dernier, lors du premier tour des législatives, ils étaient 24 403 480, soit plus de la moitié des inscrits (51,30%).

Participation

Le chiffre de l'abstention est le strict inverse de celui de la participation. Si 3 électeurs sur 10 ont déserté les urnes, cela signifie que 7 sur 10 ont, eux, participé au scrutin. La participation s'élève donc dans ce cas à 70% et représente le ratio du nombre de votants sur le nombre d'inscrits total sur les listes électorales. Lors du premier tour de la présidentielle, 37 003 546 électeurs s'étaient rendus aux urnes soit 77,77% des inscrits. Lors du second tour, ils étaient 35 467 327 votants, soit 74,56% des inscrits. Lors du premier tour des législatives dimanche dernier, le nombre de participants ne dépassait pas en revanche la barre des 50%. 23 167 508 électeurs seulement se sont rendus aux urnes, soit 48,70% des inscrits. L'abstention ne doit pas être confondue avec les votes blancs ou nuls.

Vote blanc

Le vote blanc consiste à se rendre dans l'isoloir et à ne glisser aucun bulletin dans l'enveloppe. L'électeur qui vote blanc dépose son enveloppe vide dans l'urne, signe le registre, mais son vote n'est pas comptabilisé dans les résultats. Il s'est déplacé dans son bureau de vote et n'alimente donc pas les chiffres de l'abstention, mais son action civique ne compte pour rien.  Le vote blanc est aussi à distinguer depuis peu du vote nul. Il y avait 659 302 votes blancs pour le premier tour de la présidentielle 2017, soit 1,78% des votants, puis 3 021 499 au second, soit 6,35% et enfin 357 018 lors du premier round des législatives le 11 juin, soit 0,75%.

Vote nul

Celui-ci correspond à un vote entaché d'une irrégularité : deux bulletins glissés dans l'enveloppe, un bulletin raturé ou déchiré, un bulletin au nom d'un candidat qui ne se présente pas... Le vote nul n'entre pas non plus dans le calcul des résultats. D'après la loi électorale, ce n'est pas un "suffrage exprimé". Pour le premier tour de la présidentielle, le nombre de votes nuls était de 285 431. Il dépassait le million au second tour et est passé à 156 326 dimanche dernier, soit 0,33% des inscrits.

Suffrage exprimé

Le suffrage exprimé correspond à un vote qui peut être dûment enregistré car non blanc et non nul. Il est souvent remplacé dans les commentaires par le mot "voix". Le nombre de votes exprimés (ou le nombre de voix) est ce qui détermine le résultat d'une élection. Lors du premier tour de la présidentielle le 23 avril, on dénombrait 36 058 813 suffrages exprimés. Le 7 mai, ils étaient 31 381 603. Le 11 juin 22 654 164.

Nombre d'inscrits

Le nombre d'inscrits représente le nombre total d'électeurs inscrits sur les listes électorales. Lors de la présidentielle qui précédait ces législatives, sur toute la France, il était de 47 581 118 Français lors du premier tour et  47 568 693 au second. Un chiffre qui a peu évolué puisque le 11 juin, pour le premier tour des législatives, il était de 47 570 988 électeurs. Ce chiffre est important  : quand, par exemple, la loi dit qu'il faut recueillir les voix d'au moins 25% des voix des inscrits pour être élu au premier tour des législatives, cela signifie que le candidat arrivé en tête ne pourra être élu dès le premier jour de scrutin que si les abstentionnistes, les votes blancs et les votes nuls ne dépassent pas 75% de tous les inscrits cumulés. Lors du vote des Français de l'étranger, qui a précédé le vote en métropole, beaucoup de candidats avaient obtenu plus de 50% des suffrages (soit la majorité absolue), mais ont du passer par un second tour précisément parce-qu'ils n'avaient pas atteint 25% des inscrits.

Autre donnée importante découlant du nombre d'inscrit. Il faut atteindre 12,5% des inscrits pour se maintenir au second tour dans une élection législative. Cela signifie qu'un candidat doit avoir recueilli les suffrages de 12,5% des inscrits de la circonscription, qu'ils aient voté ou non le jour de l'élection, pour passer au second tour. Contrairement à la présidentielle, où seul les deux candidats en tête se qualifient, cela implique que trois, voire quatre candidats peuvent se maintenir. On parle alors de triangulaires et de quadrangulaires. Mais, conséquence directe de la faible mobilisation, il n'y en aura qu'une seule ce dimanche pour le 2e tour des législatives.

Article le plus lu : Mélenchon et Castaner ciblés par un projet d'attentat : voir les actualités

Présidentielles / Elections législatives