Municipales 2014 : la date fatidique c'est demain, les modalités de l'élection

Municipales 2014 : la date fatidique c'est demain, les modalités de l'élection Dès demain, plus de 44 millions d'électeurs sont appelés dans les bureaux de vote pour aller désigner leurs conseillers municipaux. Combien élit-on de représentants ? Comment fonctionne le scrutin ? Quel nombre de voix doit-on avoir pour être élu ? Explications.

Les élections municipales ont lieu tous les 6 ans, pour renouveler les représentants de la commune. Selon le nombre d'habitants, le mode d'élection n'est pas le même. Dans les villes de moins de 1000 habitants, le scrutin est dit "majoritaire, plurinominal". Cela signifie que les électeurs se déplaçant dans leur bureau de vote peuvent choisir de voter pour une liste mais ils sont libres de la modifier : en supprimant certains noms de la liste, en rajoutant des noms de candidats d'une autre liste... C'est ce que l'on appelle "le panachage". Avant la loi du 17 mai 2013, ils pouvaient même voter pour quelqu'un qui n'avait pas fait acte de candidature, mais c'est désormais interdit (une telle pratique équivaut maintenant à un bulletin nul). Lors du dépouillement dans ces communes de moins de 1000 habitants, on compte donc les voix obtenues par chaque candidat et non par chaque liste. Pour être élus dès le premier tour, les candidats doivent réunir au moins 50% des suffrages exprimés de la part d'au moins 25% des électeurs inscrits dans la commune. Si des sièges restent vacants à l'issue du second tour, un 2e tour est organisé. Et là c'est simple, s'il reste 4 sièges par exemple, ce sont les 4 candidats qui auront récolté le plus de voix au 2e tour qui sont élus.  

Dans les communes de plus de 1000 habitants, le scrutin est dit "de liste". Les électeurs votent donc pour une liste complète (autant de noms sur la liste que de sièges à pourvoir), composée pour moitié d'hommes et de femmes (la parité s'impose dans ces communes, contrairement à celles de moins de 1000 habitants). A l'issue du premier tour, si une liste a récolté la majorité absolue des suffrages exprimés (50 % des voix plus une), elle remporte directement la moitié des sièges du conseil municipal. Et la deuxième moitié des postes est répartie à la proportionnelle entre toutes les listes ayant obtenu plus de 5% des suffrages exprimés (y compris celle qui est arrivée en tête). La liste qui a réalisé le meilleur score est donc largement favorisée par ce mode de scrutin "avec prime majoritaire" dans les résultats des municipales. Si aucune liste n'a obtenu plus la majorité absolue, un second tour doit être organisé. Sont autorisées à participer à ce 2e tour toutes les listes ayant recueilli plus de 10% des voix. Mais il est possible de modifier ces listes en les fusionnant avec une liste qui a fait plus de 5% des suffrages exprimés. A la fin du 2e tour, les sièges sont répartis de la même manière que décrit plus haut (prime majoritaire à la liste arrivée en 1re position puis répartition à la proportionnelle des sièges restants).

Une fois tous ces conseillers municipaux élus, il leur reste une chose à faire : choisir le maire en leur sein ! Dans la majorité des cas, la tête de liste sera bien évidemment celui que ses "collègues" éliront. Mais à Paris, Lyon et Marseille, où il existe des maires d'arrondissement, la désignation du premier édile est faite par l'ensemble des conseillers municipaux des différents secteurs.

Article le plus lu - Remaniement : découvrez le nouveau gouvernement › Voir les actualités

Annonces Google