Bruno Le Maire : "L'UMP inspire du dégoût", son traitement de choc pour le parti

Bruno Le Maire : "L'UMP inspire du dégoût", son traitement de choc pour le parti Le député de l'Eure, candidat à la présidence de l'UMP, était l'invité de l'émission politique de Linternaute.com, Ouest-France et 20 Minutes ce mardi 24 juin.

Bruno Le Maire dénonce un "problème de pratique politique" au sein du groupe UMP

Sur le plateau de #DirectPolitique, Bruno Le Maire a dabord exclu une démission de Christian Jacob, le président du groupe UMP à l'Assemblée, pointé à son tour en marge de l'affaire Bygmalion. "Je ne crois pas qu'il doive quitter ses fonctions. Je crois en revanche qu'il y a un vrai problème de pratique politique", a estimé l'ancien ministre qui a détaillé son traitement de choc pour l'UMP. En premier lieu, il réclame un audi des comptes du groupe UMP, mais aussi des comptes du parti. "Ce que je souhaite c'est que très rapidement on mette une personnalité qui regarde quels sont les comptes, y compris par le passé", a d'abord préconisé Bruno Le Maire proposant le président de la commission des finances à l'Assemblée de se charger de cette mission. "Gilles Carrez, qui est unanimement reconnu en matière budgétaire et financière, pourrait être un parfait profil".

"Si je suis élu, je publierai les comptes de l'UMP sur Internet"

Candidat à la présidence du parti, Bruno Le Maire a détaillé sur notre plateau son traitement de choc pour l'UMP. "Je propose la publication des comptes depuis plusieurs mois sur Internet", a défendu le député de l'Eure qui promet une publication mensuelle s'il est élu. En cas de prestation, "nous ferons un appel d'offre pour prendre le mieux disant et le moins cher pour le part", a-t-il aussi affirmé.

"Je publierai les noms des élus qui ne règlent pas leur cotisation"

"L'UMP inspire du dégoût"

Pour Bruno Le Maire, ancien ministre, l'UMP "a profondément déçu" lors du dernier quinquennat. "L'UMP a perdu la dignité et la crédibilité" a-t-il jugé, ajoutant que le changement devait être incarné par celui qui serait à la tête de l'UMP. "Notre crédibilité dépend, à nous politique, de notre capacité de changer nous-même. Je ne cumule pas, j'ai démissionné de la fonction publique, je suis un homme libre" a-t-il assuré.

"Je ferai voter régulièrement les militants" 

Bruno Le Maire a décliné les trois piliers de son programme – le retour d'un Etat régalien puissant, la liberté des entreprises, l'éducation – en rappelant "l'importance de la base". "Je ferai voter régulièrement les militants pour donner une ligne au parti" a expliqué le député, estimant qu'il fallait "une révolution culturelle à l'UMP".

ET AUSSI :
- "La classe politique est devenue une caste"
- "Pour 2017, je souhaite que l'UMP, avec le centre, puisse se rassembler"

35 heures, allocations chômage, immigration, cumul... 

Quelle ligne doit défendre l'UMP ? Si Bruno Le Maire compte avant tout sur les militants pour trancher les positions du parti, le député a donné sur notre plateau son avis sur des propositions concrètes. Bruno Le Maire est ainsi contre un retour aux 35 heures payées 39, contre la fin de l'ISF, contre le cumul des mandats, pour une transparence de l'argent des syndicats, contre la remise en cause du droit du sol en matière d'immigration.

"Je demande un référendum national sur le redécoupage des régions"

Bruno Le Maire a rappelé qu'il réclame la fusion des deux Normandies "à cor et à cri depuis 10 ans". Mais alors que les départementales 2015 et régionales 2015 approchent, le député a estimé que le président de la République ne pouvait pas décidé seul de la réforme des régions, appelant à un référendum national :

"Je ne pense pas qu'un pouvoir exécutif ait la légitimité pour ce redécoupage, sans consulter les citoyens" a-t-il considéré.

Alstom - "Une belle opération de communication, mais qui coute cher à l'Etat"

"2 milliards d'euros, ça fait un peu cher le maintien d'Arnaud Montebourg au gouvernement" a lâché Bruno Le Maire sur notre plateau au sujet du dossier Alstom, considérant que l'exécutif n'avait pas de ligne économique claire. "L'Etat va-t-il monter au capital de toutes les entreprises en difficulté ?" s'est interrogé le député.

ET AUSSI :
- Loi agricole - "Je demande au gouvernement d'ouvrir les négociations"

L'intégralité de #DirectPolitique

Bruno Le Maire était l'invité mardi 24 juin, à 10h, de #DirectPolitique, l'émission de Linternaute.com, Ouest-France et 20 Minutes pour répondre, entre autres, à ces questions. Que propose le député de l'Eure pour l'UMP ? Comment entend-t-il rassembler les différentes sensibilités, alors que les divisions se manifestent sur la ligne politique à conduire ? L'UMP doit-elle en finir avec sa posture "décomplexée", se repositionner vers le centre ou bien se reconstruire sur un projet clairement identifié à droite?

Le député de l'Eure est revenu aussi sur l'actualité politique et économique, notamment sur la réforme territoriale, et les grands chantiers lancés par l'exécutif.

Chaque mardi, Linternaute.com, 1er site d'actualités de France, 20 Minutes, 1er quotidien gratuit et Ouest-France, 1er quotidien français payant, reçoivent une personnalité du monde politique pour un entretien de 40 minutes avec les journalistes des rédactions et les internautes.

 Abonnez-vous à nos alertes #DirectPolitique

Retrouvez #DirectPolitique dans 20 Minutes

Annonces Google