Bernard Debré : PLFSS, hôpitaux, Sarkozy, syndicats... Le député mitraille

François Hollande : Bernard Debré : PLFSS, hôpitaux, Sarkozy, syndicats... Le député mitraille Le député UMP de Paris était l'invité de l'émission politique de Ouest-France, 20 Minutes et Linternaute.com ce mardi 14 octobre à 8h30.

"Il y a trop d'hôpitaux en France !"

"Dans la politique de santé, dans la politique des hôpitaux, il n'y a rien" a considéré sur le plateau de #DirectPolitique Bernard Debré. Alors que le budget de la Sécu est examiné à l'Assemblée nationale, le médecin considère que "la politique de santé, c'est de réfléchir sur le nombre des hôpitaux. Et Oui, il y a trop d'hôpitaux en France", invoquant par ailleurs une "inégalité territoriale" des soins dans l'hexagone.

 Voir aussi :
"Budget 2015 : On est en plein délire"
"Il faut une sanctuarisation des allocations familiales"

"Sarkozy a une attitude insolente"

Le député a eu des propos très sévères à l'encontre de Nicolas Sarkozy. "Cette mise en scène, ce show... Pour l'instant, ça ne prend pas" a-t-il déclaré, considérant qu'il usait plus de "dialectique" que de propositions. "Quand vous êtes un candidat très people, vous avez des mots clés..." a-t-il ironisé. Pour le député, l'ancien président qui appelle au "rassemblement qui existe déjà, ne rassemble même pas dans sa famille".

"C'est une bonne chose d'avoir des primaires"

Désormais, même Nicolas Sarkozy assure qu'il se pliera à l'exercice des primaires pour désigner un candidat pour la présidentielle 2017. Une "bonne chose" pour Bernard Debré qui assure qu'elles éloigneront la droite de toutes velléités d'hommes providentiel :

"Nous avons les syndicats les plus ringards du monde"

Bernard Debré appelle à "ne pas avoir de tabous stupides avec des syndicats stupides". Interrogé sur la possibilité d'une nouvelle réforme de la retraite, il s'est montré intransigeant en fustigeant les syndicats français. Le député de Paris réagit également à d'autres pistes de réformes mises sur la table par l'UMP : l'AME, des verrous juridiques à l'interdiction de la PMA/GPA et la TVA sociale.

Grand Paris : "Augmenter les taxes ? Non !"

Manuel Valls annonce de nouvelles recettes pour financer la construction de transports publics en Ile-de-France, grâce à de nouvelles taxes. "Les impôts ne servent plus à faire tourner la France, il servent à payer la dette, à payer les fonctionnaires ! [...] Et quand on veut financer des grands travaux, on paye une taxe" s'est insurgé le député de Paris.

Transition énergétique : "Je ne sais pas, j'hésite"

Pour le député, la loi de Ségolène Royal "ne touche pas au nucléaire, heureusement". Bernard Debré salue d'ailleurs la franchise de la ministre de l'Ecologie, notamment sur sa position relative à la centrale de Fessenheim :

L'intégralité de l'émission :

 Voir aussi :

"J'ai soigné l'oncle de Kim Jong Un qui a d'ailleurs été massacré"

"On n'a pas à juger une alliance homosexuelle"

Ebola : "Dans quelques semaines, il y aura des cas en France"

Après une rentrée agitée pour François Hollande et le gouvernement de Manuel Valls, le retour de Nicolas Sarkozy a ouvert une nouvelle séquence politique qui redonne davantage d'attention et de visibilité à l'opposition. L'UMP n'en a pourtant pas fini avec ses vieux démons, les divisions restant latentes et aussi tenaces que le sont les différents candidats à la présidence du parti et aux primaires de 2016. L'affaire Bygmalion provoque toujours des remous au sein de l'UMP qui a du mal à en finir avec le climat de suspicion qui règne sur la gestion passée du parti.

Seul véritable élément réconciliateur sur lequel l'opposition peut s'appuyer pour apparaître rassemblée : l'impopularité inédite du président de la République et les mauvais chiffres de la situation économique. L'UMP ne tarit pas de critiques sur la gouvernance de François Hollande et de Manuel Valls, accusés régulièrement "d'amateurisme" sur les réformes en cours. Et les chantiers sont nombreux : mise en place du pacte de responsabilité, projet de loi sur les professions réglementées, réforme territoriale... Alors que la loi de finances 2015 commence à être examinée à l'Assemblée, le député de Paris Bernard Debré est venu commenté l'actualité dans #DirectPolitique ce mardi 14 octobre. Notre invité a été interrogé par les rédactions mais aussi par les internautes.

Chaque mardi, Linternaute.com, 1er site d'actualités de France, 20 Minutes, 1er quotidien gratuit et Ouest-France, 1er quotidien français payant, reçoivent une personnalité du monde politique pour un entretien de 40 minutes avec les journalistes des rédactions et les internautes.

 Abonnez-vous à nos alertes #DirectPolitique

Annonces Google