Nicolas Sarkozy : une "faveur sexuelle" fictive qui ne passe pas

Nicolas Sarkozy : une "faveur sexuelle" fictive qui ne passe pas La maire UMP d'Avignon Marie-Josée Roig s'est sentie visée par un livre, présenté comme une fiction, dans lequel une "élue" accorde une faveur sexuelle au "Monarque" (Nicolas Sarkozy) pour obtenir une subvention. Elle vient de porter plainte.

Le jugement sera rendu le 25 novembre et son résultat pourrait faire son petit effet à l'UMP. Marie-Josée Roig, la maire UMP d'Avignon, a décidé de porter plainte pour diffamation contre Marie-Célie Guillaume, auteure du livre "Le Monarque, son fils, son fief", sorti en juin 2012 (éditions du Moment). Cette "fable" politique avait secoué l'après-campagne présidentielle et valu à Marie-Célie Guillaume son licenciement. Et pour cause : elle était à l'époque directrice de cabinet de Patrick Devedjian, président du département des Hauts-de-Seine. De quoi faire de sa fiction un règlement de compte contre Nicolas Sarkozy qui avait, pendant son quinquennat, tenté de garder à tout prix la main sur son fief de banlieue parisienne, dans une lutte de pouvoir sans merci avec Devedjian.

Ce que reproche Marie-Josée Roig à l'auteure du livre : la référence à une "faveur sexuelle" accordée par une "élue" au "Monarque" pour obtenir une subvention. Dans "Le Monarque, son fils, son fief", Marie-Célie Guillaume mettait ces mots dans la bouche dudit "Monarque" : "tu ne peux pas me laisser comme ça, tu vois bien que j'ai besoin de me détendre, allez c'est pas grand-chose", avant que le personnage de l'élue passe à l'acte. Inacceptable pour l'avocate de Marie-Josée Roig, Me Raphaëlle Charlier, qui estime qu'il est "très clair dans ce passage que Nicolas Sarkozy aurait demandé [...] une fellation ou de le masturber". Le livre laisserait entendre que l'intéressée, "une femme légère, prête à tout, sans aucune morale", se serait exécutée "aux seules fins d'obtenir une subvention".

L'avocate réclame 15 000 euros de dommages et intérêts pour Marie-Josée Roig. La défense, elle, indique qu'il est impossible dans l'ouvrage d'identifier avec précision la maire d'Avignon et que le personnage mentionné était en réalité le "mélange de trois personnes". Les deux autres élues visées se reconnaitront peut-être...

VIDÉO - Indifférent à cette affaire, Nicolas Sarkozy était en meeting à Nice cette semaine.

Article le plus lu - Remaniement : découvrez le nouveau gouvernement › Voir les actualités

Annonces Google