Sarkozy : ce qu'il dit aux journalistes sur Hollande, Trierweiler, l'UMP...

Sarkozy : ce qu'il dit aux journalistes sur Hollande, Trierweiler, l'UMP... Le retour de Nicolas Sarkozy devait être celui d'un rassembleur hiératique. Fini les mesquineries et des petites phrases. Vraiment ? L'ancien chef d'Etat adore en réalité se moquer de ses opposants, comme de ceux de son camp.

Manifestement, avoir été tenu à l'écart de la vie politique pendant plus de deux ans ne l'a pas empêché de donner son avis sur tout et tout le monde. Entre 2012 et 2014, Nicolas Sarkozy s'est confié à deux journalistes du Parisien, sans doute trop librement, n'imaginant pas que ses petites phrases fuitent un jour (quoi que...). Résultat : Nathalie Schuck et Frédéric Gerschel publient un ouvrage intitulé "Ca reste entre nous", dans lequel ils livrent les commentaires assassins, souvent drôles et cruels, de l'ancien président de la République. Florilège.

Sur François Hollande : "La seule chose que Hollande sait faire, c'est prendre les ministres dans sa main et les tuer". "Chaque journée qui passe où il ne s'écroule pas, c'est une journée de gagnée". Politiquement, l'ancien chef de l'Etat considère que la nouvelle relation franco-allemande n'est plus ce qu'elle était : "Hollande n'est qu'un amateur". Nicolas Sarkozy critique aussi l'apparence de François Hollande en coulisses : "Il est mal fagoté, il mange des frites, quand on fait un métier public, il faut faire attention" "Le corps d'un président, ça compte !" Et d'ironiser sur sa relation avec Julie Gayet : "Moi aussi je fais du scooter, mais pas pour aller voir ma maîtresse."

Sur Valérie Trierweiler : "Je l'ai toujours trouvée sotte et prétentieuse. Ce n'était pas une très bonne journaliste politique. Et pas une très bonne journaliste culturelle non plus". Il semblerait que les déboires créés par l'ancienne Première dame à François Hollande l'amuse : "Je pense qu'on n'en a pas fini avec Valérie Trierweiler". Et de comparer le couple qu'il formait aux "Bidochon", avant de témoigner de l'empathie pour elle : "Il la fait venir à l'Elysée, il ne l'épouse pas, il lui envoie dix-neuf textos par jour pour lui dire qu'il l'aime et, pendant ce temps-là, elle s'aperçoit que c'est bidon et qu'il est avec Julie Gayet. Je ne dis pas que c'est bien ni que c'est mal. Mais jugez la souffrance, soyez humains."

Sur Manuel Valls : "Valls candidat à la présidentielle 2017 ? N'importe quoi... A la limite, Taubira aurait plus de chances que lui à gauche". "Il devrait porter des lunettes. Il a le regard fuyant. Ça m'a frappé sur les photos, il fait un peu illuminé".

Sur l'UMP : "Tous des cons !'. Pour Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire est bien trop austère, quoi que brillant : "Quand les gens le voient, ils zappent !" Alain Juppé le "fait passer pour jeune". François Fillon, un "sans-couilles" qu'il a lui-même "sorti du caniveau où il était". Jean-François Copé est désormais difficile à fréquenter, "radioactif" juge l'ancien président de la République. Mais les mots les plus durs sont pour Xavier Bertrand, l'un des premiers dans son camp à avoir exprimé son envie d'un avenir à droite sans Nicolas Sarkozy : "Lui, ce sera pieds nus avec des plaies ouvertes dans les mines de sel". "ce bon à rien", "médiocre", "ce petite assureur".

EN VIDEO - Nicolas Sarkozy a-t-il changé ? Pour 75 % des Français, en tout cas, l'ancien chef de l'Etat a raté son retour en politique :

Article le plus lu - Campion tient des propos homophobes (et vulgaires) › Voir les actualités

Annonces Google