François Hollande : nouvelle affaire au gouvernement et nouveau remaniement

François Hollande : nouvelle affaire au gouvernement et nouveau remaniement Kader Arif, un proche, un ami de François Hollande, a été contraint de quitter le gouvernement car son nom est associé à une affaire de marchés publics opaques. Son bureau a même été perquisitionné au ministère de la Défense.

Nouveau coup dur pour François Hollande, qui a décidé d'écarter du gouvernement son ami Kader Arif. Le désormais ex-secrétaire d'Etat aux Anciens combattants a déposé sa démission ce vendredi 21 octobre car l'exécutif a jugé qu'il ne pouvait plus compter au sein du gouvernement une personne concernée de si près par une enquête judiciaire. Jeudi 20 novembre, Mediapart révélait que des bureaux de Kader Arif, au ministère de la Défense, avaient été perquisitionnés le 6 novembre dernier, dans le cadre de cette affaire.

Le nom de l'ancien secrétaire d'Etat revient en effet dans l'enquête judiciaire ouverte le 20 septembre dernier concernant les marchés publics de la région Midi-Pyrénées attribués à des sociétés appartenant entre autres à son frère et à ses neveux. La justice s'interroge sur les conditions d'obtention des marchés à ces entreprises spécialisées dans l'événementiel. Si les procédures d'appels d'offre n'ont pas été correctement respectées, les soupçons de favoritisme pourraient se renforcer et mettre directement en cause Kader Arif. Les montants des contrats pluriannuels sont évalués à plusieurs millions d'euros.

Kader Arif, figure importante du Parti socialiste en Midi-Pyrénées, a toujours considéré qu'il n'était "pas concerné" par les soupçons et dénoncé des "amalgames et insinuations". Désormais, il justifie sa démission "par respect pour la fonction ministérielle", ce qui laisse entendre que François Hollande et Manuel Valls ne pouvaient se contenter des arguments jusque-là avancés par l'ex-secrétaire d'Etat. L'Elysée a publié un communiqué pour officialiser son départ, mais aussi pour rappeler le principe de présomption d'innocence : Kader Arif a ainsi officiellement choisi de démissionné pour "apporter toutes les précisions visant à l'établissement de la vérité dans le cadre de l'enquête préliminaire menée par le parquet financier dans laquelle son nom est cité".

François Hollande a dû soigneusement arbitrer entre toutes les possibilités qui s'offraient à lui pour ce limogeage. Mais les élections qui se profilent en 2015, départementales puis régionales, lui laissent peu de choix. Si le président s'en sépare, ce n'est certainement pas par plaisir. Kader Arif est un fidèle parmi les fidèles depuis plus de 30 ans. Il faisait partie des rares à ne pas l'avoir quitté lors de sa traversé du désert entamée en 2008. En 2005, François Hollande, patron du PS, en avait fait l'un des hommes-clés de l'appareil du parti en lui confiant la charge des fédérations. Au sein du gouvernement, il faisait partie de ceux avec qui le président pouvaient s'entretenir en toute confiance de ses doutes et de ses interrogations politiques. Désormais, il devra le faire hors des murs de l'Elysée.

Crédit image - Flick'r PS - Solfé Communications

Article le plus lu - Eric Zemmour : le clash avec Hapsatou Sy se durcit › Voir les actualités

Annonces Google