Résultat UMP : le score de Sarkozy [EN LIGNE]

Résultat UMP : le score de Sarkozy [EN LIGNE] Nicolas Sarkozy a donc été élu président de l'UMP, ce samedi, dès le premier tour. Le résultat est en dessous des 70 %.

[Mise à jour le 29 novembre à 20h30] Nicolas Sarkozy a été élu avec 64,5 % des voix. Il va prendre les commandes de l'UMP, ce soir, à l'issue du vote des adhérents. Bruno Le Maire a obtenu 29,18 % des voix et Hervé Mariton 6,32 %. La victoire de Nicolas Sarkozy ne faisait pas vraiment de doute. La véritable inconnue, en réalité, était le score qu'allait l'ex-président de la République. Le résultat UMP de l'élection était attendu : s'il se situait au-dessus des 80 %, il aurait permis à Sarkozy d'être en incontestable position de force en vue de la présidentielle de 2017, son but ultime. 

Nicolas Sarkozy est donc loin des ambitions initiales qui tournaient, avant qu'il ne se lance officiellement dans la bataille, il y a deux mois, aux alentours de 80 %, voire 90 % Très loin, aussi, de son score de novembre 2004, lorsqu'il avait été porté à la tête du parti avec 85,09 % des voix. Un plébiscite qui lui avait permis de s'imposer comme le candidat naturel de la droite pour la présidentielle de 2007. Sur Twitter, des posts apparaissaient avant le résultat du scrutin, des estimations sur le résultat UMP "codées" et accompagnées du hashtag #Radiolondres. Difficile d'accorder vraiment de la valeur à ces rumeurs, mais les messages sont intéressants : "Le nain grincheux ferait 7 cm, je répète, le nain grincheux fait 70 cm". "Le favori ne sort pas grandi... Je répète le favori ne sort pas grandi 62 cm environ".

Fin octobre, les sympathisants n'étaient ainsi "que" 63 % à souhaiter le voir président du parti. Soit une baisse de 10 points par rapport à septembre. Un résultat qui doit toutefois être relativisé car, lors de l'élection, seule la base du parti, à savoir les 268 337 adhérents, pourront voter, et non pas tous les sympathisants. De toute façon, ces sondages doivent être pris avec des pincettes, comme le rappelle Frédéric Dabi, le directeur général adjoint de l'Ifop : "La réalité est qu'il n'y a pas de sondages sur cette élection mais seulement des questions sur les préférences." Reste que, pour une députée sarkozyste citée par le JDD, "au-dessous de 70 %, ce serait un mauvais score." Pas une défaite, mais un peu quand même. Le résultat connu vers 20h30 sera très commenté.

EN VIDÉO - Bruno Le Maire, un des adversaires de Nicolas Sarkozy, estime que ce dernier peut être inquiété lors du premier tour, samedi.

Article le plus lu - Ecoutez l'album de Johnny Hallyday › Voir les actualités

Annonces Google