Delphine Batho "tire le signal d'alarme" sur la loi Macron

François Hollande : Delphine Batho "tire le signal d'alarme" sur la loi Macron La députée des Deux-Sèvres a fustigé dans #DirectPolitique le texte de loi Macron, issu d'un ministre qui a "une vision parisienne des choses" et qui n'est "pas un élu du peuple".

La députée PS des Deux-Sèvres, ancienne ministre de l'Ecologie, était ce mardi 9 décembre l'invitée de #DirectPolitique, l'émission de Linternaute.com, Ouest-France et 20 Minutes. Elle est largement revenue sur les "problèmes" que pose selon elle la loi Macron, en affirmant "tirer le signal d'alarme sur la question de la participation de l'Etat dans les entreprises publiques". Elle a aussi répondu à Ségolène Royal sur l'interdiction des feux de cheminée en Île-de-France.

Loi Macron : "Faire croire aux Français que ça va relancer l'économie, c'est faux"

"Je tire le signal d'alarme ce matin sur la question de la participation de l'Etat dans les entreprises publiques"

L'ancienne ministre fustige le texte de loi du ministre de l'Economie, dénonçant un "problème de déconnexion à la réalité". Les propositions sur le travail le dimanche ? "Je suis contre". Développer le transport par autocar ? : "C'est totalement hallucinant", "un retour en arrière ! ". Céder des actifs de l'Etat ? "Ça s'appelle vendre les bijoux de famille pour boucler les fins de mois budgétaires !". Déréguler les professions réglementées ? La députée pointe le risque de "créer un certain nombre de déserts en France".

Emmanuel Macron a "une vision assez parisienne des choses"

En creux, la députée PS remet en cause la légitimité d'Emmanuel Macron : "Je trouve ça assez significatif que la politique économique et industrielle de la France soit aujourd'hui conduite par quelqu'un qui n'est pas un élu du peuple".

"Les feux de cheminée génèrent des particules"

Réagissant aux propos de Ségolène Royal, qui souhaite revenir sur la décision d'interdire les feux de cheminée en Île-de-France, Delphine Batho insiste sur le fait que "c'est le même problème que le diesel". Sa solution ? "Il faut privilégier les inserts qui permettent de diminuer considérablement l'émission de particules. Mais il y un problème du financement de ces inserts".

"Je crains que François Hollande ne tienne pas son engagement de fermer Fessenheim"

Pour l'ancienne ministre de l'Environnement, "on peut douter que la promesse de fermer la centrale nucléaire de Fessenheim soit tenue. Car fermer une centrale est une procédure longue. Ça met au moins quatre ans". Quant à savoir si François Hollande s'est mué en écologiste sincère, la députée répond : "On a d'un côté de très beaux discours mais de l'autre, on n'a rien dans les faits".

 Voir aussi :
"Toute la gauche est en difficulté aujourd'hui"

"Il y a moins de moyens pour la transition énergétique qu'en 2011"
"Résister aux lobbys "demande un certain courage"

Center Parc en Isère : "Ces contestations sont légitimes"

"Concernant ce projet, il y a eu une enquête publique défavorable et avis, défavorable lui aussi, du Conseil national de la protection de la nature. Est-ce qu'on peut s'asseoir dessus ?" s'interroge l'ancienne ministre. Pour autant, Delphine Batho se désolidarise de toute forme d'appels à la violence. "On aurait pu trouver un site plus adapté à ce projet" finit-elle par assurer.

 Voir aussi :

Sivens, nucléaire, NDDL, "On est entré dans une nouvelle ère"

Conférence sur le climat à Lima : "Il faut investir dans un nouveau modèle de développement"

Pourquoi cette énième conférence sur le climat ne rassemble pas les Etats sur des objectifs ambitieux de lutte contre le réchauffement climatique ? "C'est l'échec d'une génération de dirigeants à travers le monde. Notre système est épuisé, à bout de souffle" répond Delphine Batho, qui considère que la seule solution d'avenir est d'"investir dans un nouveau modèle de développement".

 Voir aussi :

"Je suis pour l'inéligibilité à vie pour les élus sanctionnés par la justice"

L'intégralité du #DirectPolitique :

Delphine Batho invitée de #DirectPolitique

Une loi sur la transition énergétique adoptée à la rentrée, une conférence environnementale fin novembre pleine de promesses, un Manuel Valls qui déclare le climat "grande cause nationale en 2015" : la conversion écologique de François Hollande a-t-elle eu lieu ? Le gouvernement a-t-il réussi, sans les Verts, qui ont quitté le navire au printemps, à lancer ce chantier qu'ils attendaient depuis 2012 ? Peut-on réellement espérer en 2015 des changements significatifs dans la lutte contre le réchauffement climatique ? Plus politiquement, Ségolène Royal a-t-elle réussi là où ceux qui l'ont précédée au ministère de l'Environnement ont échoué ? Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres et ancienne ministre de l'Environnement, était l'invitée de #DirectPolitique, l'émission politique de Linternaute.com, 20 Minutes et Ouest-France ce mardi 9 décembre à 8h30.

Le parcours de Delphine Batho

Issue des mouvements de la gauche lycéenne, Delphine Batho est passée par SOS racisme, dont elle fut vice-présidente en 1992, deux ans avant d'entrer au Parti socialiste. D'abord spécialisée dans les questions de sécurité, la jeune femme va vite devenir l'un des espoirs du PS, notamment quand Ségolène Royal la prendra sous son aile au début des années 2000. Quand l'ancienne candidate à l'élection présidentielle décide, en 2007, de se consacrer à sa région de Poitou-Charentes, c'est Delphine Batho qui sera élue députée dans sa circonscription des Deux-Sèvres. En 2012, elle sera porte-parole de François Hollande pour la campagne présidentielle avec une autre protégée de Ségolène Royal, Najat Vallaud-Belkacem. Mais les relations de Delphine Batho avec sa bienfaitrice vont vite se détériorer. L'élue aurait refusé de redonner sa circonscription à Ségolène Royal, candidate à la présidence de l'Assemblée, pour les législatives 2012. La présidente de Poitou-Charentes sera obligée de se présenter dans une circonscription voisine, face au dissident de gauche Olivier Falorni, avec le résultat que l'on sait.

Cela n'empêchera pas Delphine Batho de poursuivre son ascension : elle est d'abord nommée ministre déléguée à la Justice dans le gouvernement Ayrault puis décroche la fonction de ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie. Comme les écologistes alliés du gouvernement, Delphine Batho attend alors de voir éclore le grand chantier environnemental du quinquennat qu'elle a préparé. En juillet 2013, c'est la rupture avec la ligne de Jean-Marc Ayrault : après avoir critiqué la baisse du budget consacré à l'écologie dans la loi de finances 2014, Delphine Batho est renvoyée du gouvernement et est remplacée par Philippe Martin, puis par Ségolène Royal, qui fera voter un an plus tard une loi sur la transition énergétique. Redevenue députée des Deux-Sèvres, souvent associée aux "frondeurs", Delphine Batho a publié un livre intitulé Insoumise (Éditions Grasset), à la mi-octobre. Elle y fait part de sa déception vis-à-vis de François Hollande et dévoile notamment les SMS échangés avec l'exécutif le jour elle fut débarquée.

Chaque mardi, Linternaute.com, 1er site d'actualités de France, 20 Minutes, 1er quotidien gratuit et Ouest-France, 1er quotidien français payant, reçoivent une personnalité du monde politique pour un entretien de 40 minutes avec les journalistes des rédactions et les internautes.

 Abonnez-vous à nos alertes #DirectPolitique

Retrouvez #DirectPolitique dans 20 Minutes

Annonces Google