Fatima Allaoui : de l'extrême droite à la direction de l'UMP (grâce à NKM)

Fatima Allaoui : de l'extrême droite à la direction de l'UMP (grâce à NKM) Qui est Fatima Allaoui, cette jeune femme membre d'un parti affilié au Rassemblement Bleu Marine, devenue secrétaire nationale dans l'équipe de Nicolas Sarkozy ? Elle remplace dans le dispositif UMP Nadine Morano.

[Mis à jour le 15 décembre 2014 à 13h54] Le refus de Nadine Morano d'intégrer l'équipe de direction de l'UMP a créé une belle opportunité pour Fatima Allaoui, qui a été nommée secrétaire nationale du parti en charge de la formation professionnelle à la place de l'ancienne ministre. Cette inconnue pour le grand public est conseillère régionale du Languedoc Roussillon, implantée à Béziers. L'ennui pour Nicolas Sarkozy, accusé régulièrement d'être resté sur une ligne trop droitière, c'est que la jeune femme entretient des relations de proximité avec des personnalités de l'extrême droite. Fatima Allaoui est en effet membre du SIEL (Souveraineté, indépendance et liberté), une formation affilié au Rassemblement Bleu Marine dont elle devrait être très vite exclue.

Comme le rapporte Libération, Fatima Allaoui a décidé il y a quelques mois de se rapprocher du maire de Béziers, Robert Ménard, pour obtenir une investiture pour les départementales que lui refusait l'UMP. Interrogée par le quotidien sur cette initiative, Fatima Allaoui explique que "localement, (elle) soutien(t) la plupart des initiatives de Robert Ménard, que ce soit le couvre-feu pour les mineurs ou l'installation d'une crèche dans les locaux de l'hôtel de ville". Le maire, soutenu par le FN, ne répondra pas favorablement à la demande de la conseillère régionale, farouche adversaire politique de Robert Ménard il y a à peine quelques mois.

Fatima Allaoui, la protégée de NKM

L'information fait tâche à l'approche des départementales 2015, premier test électoral de l'ère Sarkozy II à l'UMP. Le plus étonnant est que Fatima Allaoui a été présentée et conseillée à Nicolas Sarkozy pour intégrer la direction de l'UMP par Nathalie Kosciusko-Morizet. La nouvelle secrétaire nationale, nommée le 12 décembre, dit avoir été "ramenée au bercail" après une "crise d'adolescence politique" par l'élue de Paris. Les inquiétudes de NKM quant à la droitisation de l'UMP sont pourtant connues publiquement, elle qui a dénoncé les liens entre Nicolas Sarkozy et Patrick Buisson, elle qui aurait, selon Le Canard Enchaîné, menacé de claquer la porte si Guillaume Peltier intégrait la direction du parti. "Je n'aime pas les fascistes" se serait-elle justifié devant le nouveau patron de l'UMP. Manifestement, NKM ignorait la nature des liens entretenus entre sa protégée et l'extrême droite : interrogée ce lundi matin sur France Info, elle a assuré que "s'il était confirmé qu'elle avait des proximités avec des personnes proches du FN, nous en tirerons toutes les conséquences".
Fatima Allaoui sera-t-elle exclue de l'UMP avant même d'y avoir mis le pied ? Nathalie Kosciusko-Morizet a d'ores et déjà indiqué qu'elle allait recevoir l'intéressée pour obtenir des explications. Chez les nouveaux porte-parole du parti, Sébastien Huyghe et Isabelle Le Callennec, on indique qu'une "enquête est en cours". Face à la polémique provoquée pa l'arrivée de Fatima Allaoui, un rétropédalage ne serait donc pas à exclure à ce stade à l'UMP, peut être même dès ce lundi 15 décembre

EN VIDEO - NKM faisait partie de la "liste noire" du Front National lors des législatives de 2012 :

Article le plus lu - Remaniement : découvrez le nouveau gouvernement › Voir les actualités

Annonces Google