Victoire de Syriza aux législatives en Grèce : les réactions en France

Victoire de Syriza aux législatives en Grèce : les réactions en France La large victoire du parti d'extrême gauche Syriza en Grèce, aux législatives, a suscité de nombres réactions parmi la classe politique française.

 François Hollande a été l'un des premiers chefs d'Etat à féliciter Alexis Tsipras, indiquant au chef de Syriza sa "volonté de poursuivre l'étroite collaboration entre nos deux pays, au service de la croissance et de la stabilité de la zone euro, dans l'esprit du progrès, de solidarité et de responsabilité qui est au cœur de nos valeurs européennes que nous partageons".

Jean-Christophe Cambadelis, porte-parole du PS, parle, dans une interview au Parisien/Aujourd'hui en France, d'"un raz-de-marée contre l'austérité".

Aurélie Filippetti, ancienne ministre frondeuse de François Hollande, et actuelle députée PS, se "félicite" de la victoire de Syriza, qui, pour elle, représente le "symbole d'une réaction salutaire des peuples vis-à-vis des politiques d'austérité".

Cécile Duflot, députée EELV, ancienne ministre sous François Hollande : "La victoire de Syriza ouvre enfin une brèche dans le glacis libéral, écrit-elle notamment dans une tribune parue dans Libération. L'Union européenne pourrait en finir avec les dogmes du pacte de stabilité".

Marine Le Pen, la chef du parti du FN, souhaitait la victoire de Syriza. Elle s'est logiquement félicitée de son triomphe. Elle y voit, comme elle l'a dit sur RTL ce lundi matin, "l'ouverture du procès de 'l'eurostérité'". "Ceux qui pensent qu'on peut améliorer l'Union européenne se trompent", a-t-elle affrimé.

Nicolas Dupont-Aignan, député souverainiste et président de Debout la France, a lui aussi salué la victoire de Syriza, sur France-Info : "Je suis satisfait que le peuple grec ait mis fin à des années de dictature bruxelloise totalement contre-productives, fait-il savoir. C'est de bon augure pour la France et pour les autres pays d'Europe".

Henri Guaino, député UMP des Yvelines, a dit dimanche espérer que la victoire du parti de la gauche radicale Syriza aux élections législatives grecques soit de nature à faire "réfléchir l'Europe et la faire revenir sur ses dogmes". Il a également fait part de son inquiétude pour l'Europe, qu'il estime "en danger",  "parce qu'elle mène des politiques folles". "Une chose est sûre, c'est que les politiques d'austérité que nous avons menées ne marchent pas", a-t-il ajouté.

Pour le Parti de Gauche (PG), cette victoire, dont il s'est félicité, est "une lame de fond, une page nouvelle pour l'Europe". Jean-Luc Mélenchon, le fondateur du PG, parle d'"une bonne nouvelle pour le peuple grec".

Olivier Besancenot, l'ancien porte-parole du NPA, a déclaré sur i>Télé qu'il fallait "comprendre la révolte qui venait de s'exprimer".

Pierre Laurent, le secrétaire général du Parti communiste, s'est félicité du succès de Syriza sur BFMTV. "C'est le signal que l'espoir d'une autre politique est possible en Europe."

En vidéo - Les journaux français mettent tous la victoire de Syriza aux élections législatives grecques en une.

Article le plus lu - Un nouveau lieu évoqué dans l'affaire Maëlys › Voir les actualités

Annonces Google