Jean-Vincent Placé veut un retour des Verts au gouvernement "dès cette année"

Jean-Vincent Placé : Jean-Vincent Placé veut un retour des Verts au gouvernement "dès cette année" Le sénateur EELV était ce matin l'invité de #DirectPolitique, l'émission politique de Linternaute.com, 20 Minutes et Ouest-France.

Le président du groupe écologiste au Sénat a franchi un nouveau pas dans son opposition à la ligne de Cécile Duflot au sein d'EELV. Après la désunion de la gauche au premier tour de la législative partielle dans le Doubs, il juge ouvertement "irresponsable" l'idée d'un rapprochement des Verts avec la gauche de la gauche et prône un retour des Verts au gouvernement "dès cette année" avec une ouverture au centre. 

EELV au gouvernement : "Il faudra trouver l'opportunité dans l'année"

"Ce qui compte dans ce temps du quinquennat, c'est d'être utile pour l'écologie et le pays", juge Jean-Vincent Placé quand la question d'un retour rapide des Verts au gouvernement est posée. "La position de la sortie du gouvernement à l'été dernier est incompréhensible en réalité", estime le sénateur qui assure que "80 à 90 % de nos sympathisants pensent qu'on devrait être aux responsabilités". "Il faudra trouver l'opportunité, dans l'année, pour trouver, autour du président de la République, un gouvernement plus compact de la gauche et des écologistes", poursuit-il, ouvrant même la porte aux centristes : "Quand je vois la situation du pays, si nous étions capables d'aller au-delà sur les centristes et les démocrates, ce serait important."

VOIR AUSSI

Accords aux départementales : "Ça devient de plus en plus confus"
Abandonner la candidature EELV en 2017 ? "La question va se poser"

Rapprochement avec le Front de gauche : "Il y a un retour d'une sorte de gauchisme un peu immature"

La proposition de Julien Bayou, porte-parole d'EELV, d'organiser une primaire avec la gauche de la gauche pour 2017 n'a pas laissé Jean-Vincent Placé indifférent. "C'est assez particulier qu'un porte-parole raconte un truc tout seul sans aucune relation avec le parti", ironise le sénateur de l'Essonne. "J'ai essayé de lutter depuis bien longtemps contre le désordre écolo, [...] mais depuis la sortie du gouvernement, tout ce qui faisait le coté immature et parfois même irresponsable des écologistes est revenu", se désole-t-il. Jugeant la proposition de Bayou "complètement irresponsable et pas écolo", Jean-Vincent Placé affirme qu'"il y a un retour d'une sorte de gauchisme un peu immature" chez les Verts. "Aller fracturer la gauche, aller avec des gens qui ne sont pas écolos, dont on sait très bien que cela va finir dans un désordre qui est plus grand que chez les écologistes [...], je ne vois pas trop quelle est l'orientation stratégique."

Candidat à un poste ministériel ? "J'assume [...] Je n'ai pas de problème avec les responsabilités"

Sur son cas personnel, Jean-Vincent Placé "assume" avoir la "prétention" d'entrer au gouvernement. "En quoi ce serait noble de ne pas vouloir exercer les responsabilités ?, s'interroge l'élu de l'Essonne, qui sort les griffes contre les moqueurs et les détracteurs : "Je propose à ceux qui ne veulent pas exercer de responsabilités de ne pas faire de politique." "Je n'ai pas de problème avec les responsabilités", poursuit celui qui dit désormais clairement vouloir entrer au gouvernement. "Si moi je veux des responsabilités, c'est que j'ai la prétention - oui la prétention, mais on n'est pas obligé de voter pour moi - de penser que je peux les exercer." 

Front républicain dans le Doubs - "Sarkozy n'est pas clair, l'UMP n'est pas claire"

Le positionnement de l'UMP pour le second tour de la législative partielle du Doubs interpelle le sénateur écologiste, qui considère que "la tactique, ce n'est pas infamant, mais ça ne doit pas l'emporter sur les valeurs". Jean-Vincent Placé juge notamment que le président du principal parti de l'opposition devrait être plus clair, à l'image d'Alain Juppé, sur le refus du vote Front national.

VOIR AUSSI

Doubs : "Je ne vous cache pas mon soulagement"

Supprimer le Sénat ? "On a toujours été pour le bicamérisme"

Alors que le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a préconisé la suppression du Sénat, provoquant une levée de boucliers dans la chambre haute, Jean-Vincent Placé défend les sénateurs dont il fait partie. "On a toujours été pour le bicamérisme. C'est une tradition française", avance l'élu écologiste de l'Essonne qui estime "utile" d'avoir "une navette parlementaire" qui permette de bien analyser les textes. Jean-Vincent Placé "assume" par ailleurs les indemnités et les avantages des sénateurs, affirmant qu'elles restent extrêmement modestes en comparaison du Sénat américain.

L'intégralité de l'émission

VOIR AUSSI

"Le compromis sur Notre-Dame-des-Landes il est très clair"
"C'est la première fois dans notre pays qu'on réduit la part du nucléaire"
"On s'est fourvoyé dans le diesel, il faut en sortir"
Ecotaxe : "Ce n'est pas le gouvernement en soi qui a capitulé"
COP 2015 : "On va créer de facto 40 millions de réfugiés climatiques"
Service civique : "Un système à la carte, en fonction de ses affinités, même si c'est obligatoire"
Loi Macron : "Emmanuel Macron, un homme très intelligent"
"Il faudrait qu'on assume que ce sont les entreprises qui font l'emploi"

Jean-Vincent Placé, invité de #DirectPolitique

Où vont les écologistes ? Alors que Cécile Duflot semble se rapprocher de la gauche de la gauche et de Jean-Luc Mélenchon à l'approche des élections départementales 2015, une frange d'Europe-Ecologie-Les Verts, incarnée entre autre par la députée Barbara Pompili, prône clairement un retour dans le gouvernement pour peser plus dans les décisions. Le parti est-il divisé sur sa collaboration à la politique de Manuel Valls ? Est-il toujours dans la majorité ? A l'heure de voter une loi Macron controversée à gauche, que décideront les élus écologistes ? Une nouvelle coopération est-elle possible alors que Ségolène Royal veut relancer la construction de centrales nucléaires d'un côté et entame (sans les Verts) le chantier de la transition énergétique de l'autre ? Le retour des écologistes au gouvernement est-il envisageable avec une Cécile Duflot qui ne tarit pas de critiques depuis qu'elle a claqué la porte du ministère du Logement en mars dernier ? Le sénateur EELV Jean-Vincent Placé, artisan du pacte entre le PS et EELV en 2012, était l'invité de #DirectPolitique, l'émission politique de Linternaute.com, 20 Minutes et Ouest-France le mardi 3 février à 8h30.

Jean-Vincent Placé

Né en 1968 à Séoul et adopté par une famille française, Jean-Vincent Placé a fait ses premières armes politiques dans les syndicats étudiants. Initialement rallié aux idées des Radicaux de gauche, il se rapproche des Verts en 2001, suite au décès de Michel Crépeau, dont il était le chef de cabinet. Lors des législatives de 2007, le Parti socialiste propose de le soutenir dans la 5e circonscription de l'Essonne : il refusera, par solidarité avec les Verts qui réclamaient alors plus de sièges. Secrétaire national adjoint des Verts en décembre 2008, il est depuis juin 2009 membre du bureau exécutif d'Europe Écologie et a rejoint en 2011 le Palais du Luxembourg, élu sénateur de l'Essonne. Depuis 2012, il est président du groupe écologiste au Sénat.

Chaque mardi, Linternaute.com, 1er site d'actualités de France, 20 Minutes, 1er quotidien gratuit et Ouest-France, 1er quotidien français payant, reçoivent une personnalité du monde politique pour un entretien de 40 minutes avec les journalistes des rédactions et les internautes.

 Abonnez-vous à nos alertes #DirectPolitique

Retrouvez #DirectPolitique dans 20 Minutes

Annonces Google