Départementales 2015 : date d'une "catastrophe républicaine" annoncée

Départementales 2015 : date d'une "catastrophe républicaine" annoncée Le risque de voir gagner le FN dans plusieurs départements à la fin du mois de mars inquiète de nombreuses formations politiques. A commencer par le parti socialiste.

Les élections législatives partielles dans le Doubs, qui ont vu le PS s'imposer de justesse face au FN, ont de quoi inquiéter l'exécutif, le PS et l'UMP. L'hypothèse d'une victoire du parti de Marine Le Pen dans plusieurs départements, notamment le Var, le Vaucluse, mais aussi l'Aisne et l'Oise, n'est plus à exclure. Le scénario du pire pour les départementales 2015 est aujourd'hui pris au sérieux au parti socialiste, qui juge qu'un succès du FN serait d'une grande gravité. "Ce serait une catastrophe républicaine que d'avoir des équipes départementales dirigées par le Front national" a estimé la semaine dernière sur iTélé Bruno Le Roux, chef des députés PS à l'Assemblée nationale. Je sais que la politique qui serait menée dans ces départements serait la même que dans les villes dirigées par le Front national, des départements où la paix républicaine ne serait plus assurée, où on dresserait les uns contre les autres" a-t-il craint.

Ce lundi matin, Manuel Valls a reconnu que la poussée du Front national dans le Doubs est un sujet préoccupant. "Nous sommes sur le fil du rasoir", a-t-il prévenu, poursuivant son analyse en taclant la stratégie du "ni-ni" de l'UMP et l'incompatibilité entre le parti de Marine Le Pen et la bonne marche des institutions. Le Premier ministre a ainsi assuré que le FN "représente un véritable danger surtout quand en face, la digue n'est pas suffisamment solide pour contenir une formation politique qui n'épouse pas les valeurs de la République". Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS, ne s'est pas montré plus optimiste : "Il y a le feu au lac pour tous ceux qui, comme moi, combattent le Front national", un parti "dynamique" prévient-il.

Les derniers sondages ont, en tout cas, de quoi inquiéter le PS. Trois ont, pour le moment, été réalisés. Et, chaque fois, les socialistes se trouvent troisièmes devancés par le parti frontiste et l'UMP. Le dernier en date, sorti le 31 janvier et mené par BVA/i>Télé, place ainsi le FN numéro 1 avec 26 %, devant le parti de Nicolas Sarkozy (25 %) et le PS, à seulement 18 %. Le précédent, dévoilé le 27 janvier par Odoxa créditat le FN de 26 % des voix. Suivaient l'UMP (23 %) et le PS (20 %), tandis que le premier, mi-décembre, donnait des résultats sensiblement similaires (FN à 28 %, l'UMP à 25 % et le PS à 16 %).

EN VIDEO - Marine Le Pen a salué la "dynamique" du FN, qui pourrait se prolonger sur l'année 2015 :

Article le plus lu - Remaniement : découvrez le nouveau gouvernement › Voir les actualités

Annonces Google