Dates départementales J-30 : un nouveau sondage confirme un FN à près de 30 %

Dates départementales J-30 : un nouveau sondage confirme un FN à près de 30 % A une trentaine de jours de la date des départementales 2015, les sondages offrent une large avance au FN. Le parti frontiste pourrait même surclasser ses scores des départementales et des européennes.

[Départementales 2015 - J-30]  La date des départementales arrive dans moins d'un mois. Et un nouveau sondage Ifop pour Fiducial et Sud-Radio, publié le 20 février 2015, donne le Front national en tête du premier tour de ces élections, le 22 mars prochain. Dans l'enquête, le FN est crédité de 29 % des suffrages, deux points devant l'UMP et l'UDI qui se situent à 27 % et le Parti socialiste à 21 % des intentions de votes. Des chiffres qui ne diffèrent guère des précédentes enquêtes menées sur les élections départementales.

Le Front national, premier parti de France ? C'est en tout cas ce que souhaitent près de 30 % des Français si l'on en croit un autre sondage Ifop mené pour le Journal du Dimanche il y a quelques jours. Le sondage, portant sur les "souhaits de victoire", à une trentaine de jours de la date des départementales 2015 donnait déjà une large avance au FN avec 30 % des sondés. L'UDI, alliée de l'UMP, arrivait seconde avec 25 % de souhaits de victoire, le PS était troisième avec 22 %. Un FN qui séduirait un tiers des Français ? "Souhaits de victoire", ne correspond pas, évidemment, à un vote à proprement parler, mais il s'agirait évidemment d'un record si cette statistique se concrétisait dans les urnes les 22 et 29 mars.

Au-dessus des précédents scores du FN

Le Front national avait réalisé un score de 4,76 % au premier tour et de 6,75 % au second tour des municipales en mars dernier. Aux européennes, il avait recueilli 24,86 % des votes exprimés à l'échelle nationale. Entre 29 et 30 %, le Front national pourrait se targuer de maintenir sa position de premier parti de France, même s'il s'agit d'une vision tronquée, à la fois par l'abstention et par le caractère très local du scrutin. Mais sur le fond, un tel résultat du FN aux départementales confirmerait deux constats qui préoccupent les états-majors du PS comme de l'UMP. Le premier est la forte progression territoriale et l'ancrage grandissant du parti de Marine Le Pen à l'échelle locale. Le second est la forte porosité de l'électorat classique de la droite vers les idées du FN. Un autre sondage TNS publié ce lundi ne dit pas autre chose : la moitié des électeurs de l'UMP serait favorable à des alliances locales avec le FN.

Ce mercredi et ce jeudi 19 février, le FN a d'ailleurs enfoncé un nouveau clou dans le cercueil du front républicain. Par la voix de Marine Le Pen, le Front national indique qu'il reste ouvert à des alliances locales avec la droite dans les conseils généraux élus pour dégager une majorité nette "au 3e tour" de l'élection. Le tout évidemment sous conditions. Jean-Marie Le Pen a lui aussi évoqué des alliances avec l'UMP, comme pour rebondir sur le sondage de TNS. Parmi les "obligations" posées par un FN en position de force, des mesures sur l'immigration, la sécurité ou l'emploi qui restent à préciser.

EN VIDÉO - Dès novembre 2014, la présidente du Front national Marine accusait François Hollande et Nicolas Sarkozy d'avoir "tout raté".

Article le plus lu - Mélenchon : la vidéo choc de la perquisition à LFI › Voir les actualités

Annonces Google