Bernadette Chirac : "Madame Le Pen a un visage agréable"

Bernadette Chirac : "Madame Le Pen a un visage agréable" Candidate suppléante dans le canton de Brive-2 aux prochaines départementales, Bernadette Chirac a démarré sa campagne électorale. Elle défend le nom Chirac et s'inquiète de la poussée du FN.

Bernadette est inquiète. Alors qu'elle est, à 81 ans, au sommet de sa carrière politique, avec un siège de conseillère générale de Corrèze, l'épouse de Jacques Chirac est préoccupée par la montée du FN aux prochaines élections départementales. C'est ce qu'elle a confié au Populaire, en pleine campagne elle même dans le canton de Brive 2, où elle postule cette fois en tant que suppléante. "J'ai peur du FN. Madame Le Pen s'exprime bien, elle a un visage agréable. Elle a une certaine expérience sans avoir les excès de son père. Elle plaît aux électeurs".

Face au FN en 2015 comme en 2002, lors de la présidentielle qui avait opposé le clan Chirac au clan Le Pen, Bernadette Chirac veut ainsi faire perdurer le nom Chirac coûte que coûte. A la suite du redécoupage territorial, elle se retrouvait orpheline du canton où elle avait été élue, celui-ci ayant été supprimé. Le nom Chirac aurait pu disparaître de Corrèze, lui qui était pourtant associé à ce département depuis près de 40 ans. C'était sans compter la persévérance de l'épouse de l'ancien chef de l'Etat : a 81 ans, elle a réussi à s'engager dans la bataille des prochaines départementales, en tant que suppléante de Lilith Pittman, dans le canton de Brive 2. "Dans ma décision, évidemment, le désir que le nom Chirac ne soit pas effacé a pesé assez lourd", a-t-elle expliqué à Europe 1.

Il faut dire qu'entre Bernadette Chirac et la Corrèze, c'est une longue histoire d'amour : elle en est conseillère générale depuis 1979. Et son mari, Jacques, y a également été député entre 1977 et 1995. Un département dans lequel il a continué à se rendre, même lorsqu'il était président de la République. Bref, il était impensable pour elle que le patronyme Chirac disparaisse des tablettes corréziennes. Le PS local, lui, estime que l'époque Chirac est révolue. "Pendant nos portes-à-portes, à travers le canton, lorsque nous évoquons le nom de Bernadette Chirac, les gens ne comprennent pas sa démarche", assure Marion Leysenne, candidate dans le canton citée par Europe 1.

EN VIDÉO - Bernadette Chirac est également connue pour son engagement pour les "Pièces jaunes". Elle était à Nice début février afin de récolter des fonds pour l'association, dont l'argent sert principalement à financer des projets pour améliorer le confort des enfants hospitalisés dans les services de pédiatrie.

Article le plus lu - Ecoutez l'album de Johnny Hallyday › Voir les actualités

Annonces Google