Départementales FN : les ambitions cachées du FN

Départementales FN : les ambitions cachées du FN L'objectif du Front national pour les élections départementales 2015 ne se limite pas seulement un résultat massif au niveau national et la multiplication des élus au niveau local. La mise à mort du front républicain est un véritable enjeu.

Marine Le Pen en rêve depuis des mois et elle a de quoi y croire. Un à quatre départements pourraient basculer au Front national à l'issue des résultats des départementales la semaine prochaine, après les résultats du second tour. Dès ce soir, on saura dans quels départements le FN est susceptible d'obtenir une majorité ou de peser dans la future assemblée départementales grâce aux nombre de candidats qualifiés dans les cantons. Pour le FN, l'objectif est simple : obtenir une centaine d'élus comme l'a indiqué Marion Maréchal-Le Pen, un mois avant le scrutin. Faire tomber un département, dans le Var, le Vaucluse ou encore l'Aisne serait un bonus et permettrait, à l'instar d'Hénin-Beaumont ou de Béziers lors des dernières municipales, de faire un symbole.

Mais l'objectif du FN dépasse la stricte élection départementale 2015. En pesant sur ces élections, Marine Le Pen voit évidemment plus loin. En atteignant voire en dépassant le tiers des électeurs qui lui est promis lors de ce premier tour, la présidente du FN pourra rejouer sa partition des européennes et proclamer le FN "premier parti de France". Surtout, elle compte bien nationaliser les enjeux de ces élections en mettant une nouvelle fois PS et UMP dos à dos et en exacerbant les tensions locales qui ne manqueront pas d'apparaitre au soir de ce premier tour. Après la législative partielle dans le Doubs en février, il y a en effet fort à parier que les duels PS-FN ou UMP-FN donnent de nouveau du fil à retordre au front républicain. Sans parler encore d'éventuelles triangulaires ici et là... En mettant à mort ce front républicain, Marine Le Pen et Florian Philippot atteindraient un double objectif. Démontrer par la preuve que son parti est "républicain", comme elle n'a cessé de le répéter pendant la campagne et ainsi achever la "dédiabolisation" du FN. Mais aussi et surtout, ouvrir la voie à 2017 et à une présidentielle qui a toujours échappé au FN, notamment à cause dudit "front républicain" en 2002.

EN VIDEO - Pour Claude Guéant : "Il faut cesser de faire du FN le centre de notre vie politique".

Article le plus lu - Album de Johnny Hallyday : où l'écouter en ligne ? › Voir les actualités

Annonces Google