"Prostituée", "gai et gentil"... Drôle de retour en scène pour Emmanuel Macron

"Prostituée", "gai et gentil"... Drôle de retour en scène pour Emmanuel Macron Emmanuel Macron, qui compare son passé à celui d'une "prostituée", serait un collaborateur "gai et gentil" selon François Hollande. Pas sûr que ces différents termes compliment lui rendent service.

C'est comme le sparadrap du capitaine Haddock. Depuis son arrivée au gouvernement, et même bien avant, en tant que conseiller à l'Elysée, Emmanuel Macron a été poursuivi par son passé de banquier. Pendant 4 ans, l'actuel ministre de l'Economie a travaillé à la banque Rothschild, empochant, selon plusieurs sources, plusieurs millions d'euros. Un passé qui fait tâche, notamment auprès de la gauche de la gauche et des frondeurs, qui se réclament du discours du Bourget et de la lutte contre "l'ennemi" qu'est la finance... Qu'était la finance pour le candidat Hollande.

Au détour d'un article du Wall Street Journal ce jeudi, Emmanuel Macron tente une nouvelle fois de se débarrasser de cette image de suppôt de la finance. Dans le "papier", il ose même une comparaison pour le moins osée. Son rôle de banquier, il le résume en effet à celui d'une "prostituée". "On est comme une sorte de prostituée. Le job, c'est de séduire," affirme-t-il au quotidien, pourtant relativement élogieux. Une remarque qui fait beaucoup parler ce matin et qui s'inscrit dans la droite ligne du franc-parler, parfois un peu maladroit, du personnage.

Un peu en retrait depuis l'usage du 49-3 pour faire passer sa loi sur l'économie et la croissance il y a quelques semaines, Emmanuel Macron est aussi cité par François Hollande lui-même dans un entretien à Challenges ce jeudi, à une semaine des départementales 2015. Le chef de l'Etat continue de faire les louanges de son protégé de Bercy. Il décrit son ministre comme un "imaginatif", "un type gentil, gai", sans "mauvais esprit ni une ambition dérangeante" et évoque une "harmonie, politique et personnelle". Pas certain cependant que les qualificatifs de "gai et gentil" aident le ministre à s'affirmer comme un meneur de troupes, loin du bébé qu'il incarne dans les Guignols de l'Info.

EN VIDÉO - Esprit brillant, CV vertigineux et allure de gendre idéal, à son arrivée à Bercy, Emmanuel Macron promettait de marquer de l'empreinte de sa jeunesse et de sa fougue le ministère de l'Économie.

Article le plus lu - Les gilets jaunes veulent continuer ! › Voir les actualités

Annonces Google