Catherine Morin-Desailly : "Il faut s’attaquer au caractère dominant de Google"

Catherine Morin-Desailly : "Il faut s’attaquer au caractère dominant de Google" La sénatrice UDI de la Seine-Maritime et présidente de la commission de la Culture, de l'Education et de la Communication du Sénat était en direct sur Linternaute.com, 20 Minutes et Ouest-France.

Invitée de #DirectPolitique, Catherine Morin-Desailly (UDI) a livré les premiers détails sur l’amendement "anti-Google" déposé au Sénat la semaine dernière et affirmé des positions claires sur la crise à Radio France et l'avenir de l'audiovisuel public.

Un amendement anti-Google soutenu par le gouvernement ?

"Google doit ouvrir sa plateforme à ses concurrents et afficher les résultats de ses concurrents", affirme la sénatrice de la Seine-Maritime, auteure d'un amendement à la loi Macron la semaine dernière en ce sens. Le texte obligerait le géant du Web à "afficher les autres moteurs de recherche que le sien" sur ses pages, mais aussi à en dire plus sur le classement de ses résultats de recherches pour l'empêcher de mettre en avant ses propres services. Les "clauses d'exclusivité des industriels", autrement-dit les smartphones ne fonctionnant que sous Androïd (le système d'exploitation mobile de Google), seraient également interdites. Le tout pour favoriser la concurrence. Et Catherine Morin-Desailly espère obtenir le soutien de la majorité pour porter cet amendement, même s'il est déposé par une membre de l'opposition. "Je pense que oui, car ça peut servir l’action du gouvernement qui plaide auprès de Bruxelles pour limiter la position de Google."

Voir aussi
"Une amende de 10% du chiffre d'affaires mondial est prévue"
"Faire abstraction de cela dans la loi Macron est un manque"

"Google à droit de vie et de mort sur certaines entreprises"

Alors que la Comission européenne avance elle aussi sur le dossier, en accélérant ses procédures contre l'abus de position dominante de Google, Catherine Morin-Desailly a détaillé sur notre plateau les raisons qui ont poussé les sénateurs, en France, à proposer un amendement pour encadrer les pratiques du moteur de recherches. "Google se sert de sa position pour favoriser l’affichage de ses propres services", estime l'élue qui ajoute que "c’est une menace pour les PME" françaises et européennes du Web. Elle refuse pour autant d'utiliser le terme de "protectionnisme" mais reconnait que face aux géants américains, "l’Europe a pris conscience trop tard de l’enjeu de la mutation numérique".

Voir aussi
"L'Europe a pris conscience trop tard de l'enjeu numérique"
"Il faut une action de l'Europe qui sont concertée et globale"

Radio France : Mathieu Gallet "n'a pas lieu de partir"

Présidente de la commission de la Culture, de l'Education et de la Communication au Sénat, Catherine Morin-Desailly s'est penchée sur la crise à Radio France. Et au 20e jour de grève dans la radio publique, l'élue, qui consulte actuellement toutes les parties prenantes du dossier, estime que le départ de son patron Mathieu Gallet n'est pas la véritable question. "D’un côté il y a la situation particulière de Mathieu Gallet [et de la rénovation de son bureau - NDLR]. Ensuite, il y a la situation de Radio France", indique la sénatrice, pour qui "il faut accélérer les réformes" dans la Maison ronde. Et de détailler quelques pistes étudiées au Sénat sur le financement, la gouvernance ou encore des fusions de chaînes dans l'audiovisuel public.

France TV : "bon bilan" pour Pfimlin, vers une fusion "France Ô-France 3"

Catherine Morin-Desailly s'est aussi longuement exprimée sur la situation à France Télévisions qui doit renouveler son président et est elle aussi dans une situation délicate. La sénatrice juge que Rémy Pfimlin, à la tête du groupe depuis 2010 et candidat à sa succession, a plutôt un "bon bilan, quand on considère la situation dans laquelle il a pris l’entreprise". Même si elle considère qu'il reste "des progrès à faire". "Le bouquet doit être clarifié avec peut-être une chaîne en moins", estime globalement la présidente de la comission Culture-Communication qui s'attarde sur France Ô qui "est une chaîne régionale" selon elle. Une fusion France Ô-France 3 ? "Pour moi ce serait la même chose [...] ce serait un acte fort", s'avance la sénatrice.

Voir aussi
Nomination des présidents : "La Loi de 2013 est inaboutie"
"L'audiovisuel public doit être complètement financé par la redevance"

Actu : "La prostitrution est une forme d'esclavage"

Catherine Morin-Desailly a exprimé son désaccord avec les sénateurs de sa famille politique qui ont rétabli le délit de racolage pour les prostituées et ont supprimé la pénalisation des clients. Réforme territoriale, primaire UMP-UDI, parité dans les conseils départementaux, construction de mosquées en France, écolos proches du gouvernement ou affaire des "chrétiens d'Orient" à la RATP... Elle a également commenté l'actualité politique de la semaine.

Voir aussi 
"L'élargissement des régions redonne une pertinence aux départements" 
Parité : "Il faut contraindre les partis dans un premier temps" 
"Je suis pour qu'on soit partie prenante de la primaire UMP" 
"Tout cela souligne l'affaiblissement d'EELV" 
"Il faut s'attacher à la formation des imams" 
Chrétiens d'Orient - "La décision de la RATP de revenir là-dessus était la bonne"

L'intégralité de l'émission

Catherine Morin-Desailly, invitée de #DirectPolitique

L'info, rapportée par le Wall Street Journal, agite le monde du numérique depuis jeudi. Alors qu'une enquête antitrust dure depuis 5 ans, avec des tentatives de conciliation sans fin, la Commission européenne serait sur le point d'engager des poursuites contre Google pour abus de position dominante. Margrethe Vestager, la commissaire danoise à la concurrence, a manifestement décidé de passer à la vitesse supérieure en demandant la "communication des griefs" dans le courant du mois d'avril, ce qui pourrait donner lieu à un procès début 2016. Selon le Wall Street Journal, les plaignants, autrement-dit les concurrents de Google, se sont vus demander des informations complémentaires pour que celles-ci soient versées au dossier. Un accord à l'amiable est encore possible entre le géant américain et l'UE, mais un "méga-procès" comme celui qui avait valu à Microsoft des milliards d'euros d'amende depuis sa première condamnation en 2004, est désormais clairement envisageable.

Internet est-il entre les mains de géants qui décident pour l'ensemble du réseau mondial ? Les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) abusent-ils de leur position dominante pour récolter des données personnelles et mettre en avant leurs services au détriment des autres ? La France et l'Europe sont-elles encore souveraines dans le domaine du Web sur leurs territoires ? Catherine Morin-Desailly, sénatrice de la Seine-Maritime et présidente de la commission de la Culture, de l'Education et de la Communication du Sénat, était l'invitée de #DirectPolitique sur Linternaute.com, 20 Minutes et Ouest-France mardi 7 avril à 8h30. Elle dévoile en exclusivité de nouvelles propositions législatives visant à réguler le secteur Internet.

Catherine Morin-Desailly

Enseignante pendant plusieurs années dans le secondaire avant de se lancer en politique, Catherine Morin-Desailly a notamment donné des cours à l'École supérieure de commerce de Rouen. Elue sénatrice de la Seine-Maritime en 2004, elle soutiendra François Bayrou lors de la présidentielle de 2007, mais quittera le Modem l'année suivante, pour le Nouveau Centre d'Hervé Morin (sans aucun lien de parenté). Elle sera également conseillère municipale de Rouen puis conseillère régionale de Haute-Normandie. Spécialiste de la culture, des médias et de leur économie, Catherine Morin-Desailly est nommée en 2011 à la commission scientifique nationale des collections en tant que représentante du Sénat. En 2012, elle compte parmi les membres fondateurs de l'Union des démocrates et indépendants de Jean-Louis Borloo. Elle est aujourd'hui 4e vice-présidente de l'UDI, chargée de la Culture et Nouvelles technologies.

Catherine Morin-Desailly a proposé en juin 2014 une résolution, déposée avec Chantal Jouanno, visant à accorder l'asile à Edward Snowden. Un an plus tôt, elle signait un rapport, intitulé "L'Union européenne, colonie du monde numérique ?", dans lequel elle affirme que l'Union européenne doit se mettre en "ordre de bataille" pour "perpétuer dans le cyberespace la place historique qu'elle a conquise dans le monde physique et ainsi protéger notre liberté collective".

Chaque mardi, Linternaute.com, 1er site d'actualités de France, 20 Minutes, 1er quotidien gratuit et Ouest-France, 1er quotidien français payant, reçoivent une personnalité du monde politique pour un entretien de 40 minutes avec les journalistes des rédactions et les internautes.

 Abonnez-vous à nos alertes #DirectPolitique

Retrouvez #DirectPolitique dans 20 Minutes

Annonces Google