Hervé Morin : régionales, primaires, alliance avec la droite... Comment il voit l'avenir de l'UDI

Hervé Morin : Hervé Morin : régionales, primaires, alliance avec la droite... Comment il voit l'avenir de l'UDI Quel avenir, quelles ambitions pour l'UDI ? Le député de l'Eure, invité de #DirectPolitique, a donné son point de vue sur l’organisation des régionales, sur la primaire à droite, manifestant ses divergences avec Jean-Christophe Lagarde.

Le député UDI de l’Eure était l’invité ce mardi de #DirectPolitique (Linternaute.com, Ouest-France, 20 Minutes). Il a longuement affirmé son opinion sur ce que doit être l’avenir de l’UDI, de l’organisation des régionales à la primaire de la droite et du centre organisée l'année prochaine, manifestant ses divergences avec Jean-Christophe Lagarde.

"A-t-on un candidat crédible capable d'incarner une alternative ? Non"

"Les militants ? On peut les consulter... Mais on est sur les intérêts de la France, on n'est pas simplement sur du patriotisme de parti !" répond ce matin Hervé Morin à Jean-Christophe Lagarde, qui attend quant à lui des adhérents UDI qu’ils tranchent la question de la participation des centristes à la primaire de la droite en 2016. "Ce n'est pas une caserne un parti politique, ni un régiment. Ni une prison" assure-t-il. "Est-ce qu'on pèse plus en faisant un très mauvais score au premier tour, ou en pesant dans des primaires, où on sera capable de porter un projet politique ?" ironise-t-il d'une question rhétorique.

Régionales en Normandie : "Rien n'est fait, on discute de façon très apaisée"

Hervé Morin n’est pas encore désigné tête de liste dans la grande région Normandie. "Ce que je fais à l'heure actuelle : je consulte beaucoup" dit-il, manifestant son mécontentement sur la manière dont le gouvernement entend changer la donne. "J'ai toujours estimé que Rouen allait être le chef-lieu et qu'il fallait donc mettre à Caen le conseil régional". Or c’est l’inverse qui semble se préparer… "J'ai cru comprendre que les choses n'étaient pas réglées" ajoute-t-il.

Régionales : "Est-ce à l'UDI de choisir les candidats de  l'UMP ?"

Discrètement, le député et ancien ministre de la Défense s’en prend, à nouveau, à la stratégie fixée par Jean-Christophe Lagarde pour les élections régionales. Lui a déjà son idée fixe : il faut une alliance avec l'UMP dès le premier tour. "Est-ce à l’UDI de choisir les candidats UMP ? […]"Si on fait le tri, cela ne va pas se limiter à Laurent Wauquiez...", indique-t-il au sujet du candidat affiché de l'UMP en Auvergne-Rhône-Alpes, qui ne fait pas l'unanimité au centre.

Rafale : "L'Inde, c'est moi qui ai rattrapé Dassault par les cheveux"

Pour l'ancien ministre de la Défense, la vente des Rafale est une excellente nouvelle pour la France. "Dassault explique que s'il ne construit pas 11 Rafale par an, il arrête les chaînes de production", indique ce bon connaisseur du dossier. Par voie de conséquence, avec ce contrat indien, "la France ne sera plus obligée de commander des Rafales chaque année". Mais les économies générées ne suffiront pas à éviter une recomposition de l'armée, selon lui. "On continue à dire que la France est une grande puissance militaire. En vérité on ne l'est plus. Et il faut en tirer les conséquences" estime-t-il, préconisant la suppression de la composante aérienne du nucléaire.

Loi Renseignement : "Ce n'est pas une loi sur le terrorisme !"

"Je n'ai aucun doute sur le fait que Manuel Valls ou François Hollande respecteront les principes républicains" assure l'ancien ministre de la Défense lorsqu'est évoquée la loi Renseignement examinée par les députés. Mais Hervé Morin manifeste son inquiétude quant aux garanties introduites par la loi pour sanctuariser les libertés individuelles. "Qu'est-ce qu'on fait des données collectées ? [...] On construit des fichiers, est-ce que ces fichiers vont être contrôlés ?" s'interroge-t-il. Autre crainte : que cet arsenal tombe un jour entre de mauvaises mains. "On légifère pour le temps long ! [...] Les technologies vont évoluer !".

"L'un des freins à l'embauche, c'est le droit du travail"

Hervé Morin ne se satisfait pas de la timide reprise économique mesurée ces derniers mois et considère qu'il faut s'attaquer à des réformes plus profondes, comme l'assouplissement du CDI. "On est dans un système où on a tellement rigidifié le code du travail qu'on a précarisé la situation des Français" considère le député centriste. Il souhaite également que les allocations chômage soient renégociées pour que "la recherche d'emploi soit immédiate".

Le Pen : "J'en arrive à me demander si cette histoire n'est pas construite"

"L'exercice de dédiabolisation du FN a fait un bond en avant considérable à travers le combat entre le père et la fille" juge Hervé Morin, qui craint que la séquence de mise à l'écart de Jean-Marie Le Pen ne profite au Front national. Le scénario apparaît si idéal pour le député de l'Eure qu'il va jusqu'à se demander s'il n'y a pas eu de manigance.

Voir aussi : 
"Quand on est centriste on a une espèce de bienveillance"
"Il faut aujourd'hui aller frapper Daesh là où il est, c'est-à-dire en Syrie"
"Ce pape donne une belle image de la chrétienté, du catholicisme"

REPLAY - L'intégralité de l'émission

Hervé Morin dans #DirectPolitique

Petit à petit, l'UDI fait son nid. En doublant le nombre de ses élus au sein des conseils départementaux il y a quelques jours et en prenant les commandes de 14 départements, le parti centriste, qui n'a que 2 ans et demi d'existence, a réussi un joli coup. L'UDI a presque systématiquement fait le choix de l'alliance avec l'UMP lors de ce scrutin. Désormais, c'est donc l'avenir commun de ces deux formations politiques qui se pose, d'autant qu'après les élections régionales du mois de décembre, la grande course à l'Elysée pour 2017 va devenir un important sujet de préoccupation.

Hervé Morin, à qui la présidence de l'UDI a échappé au profit de Jean-Christophe Lagarde l'an dernier, a son idée sur la question. Oui, selon lui, il faudra que son parti participe à la primaire ouverte organisée par l'UMP. Mais comment désigner le candidat centriste ? Quelle relation sa formation politique doit-elle entretenir avec le nouveau parti façonné et bientôt lancé par Nicolas Sarkozy ? L'UDI doit-elle privilégier son entente avec la droite plutôt qu'avec le MoDem ? Quelles sont les priorités et les ambitions du centre pour réformer le pays ? Hervin Morin était l'invité de #DirectPolitique mardi 14 avril à 8h30. Il a eu 40 minutes pour répondre à ces questions et commenter, largement, l'actualité politique et économique du moment. Il a été interrogé par les journalistes de Linternaute.com, Ouest-France et 20 Minutes, mais aussi par les internautes.

Retrouvez #DirectPolitique dans 20 Minutes

Annonces Google